Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 15:18
Et maintenant ?

PSN et PPC ont signé un accord de collaboration dans l’esprit de réconciliation nationale. En effet, Sam Rainsy a été coopé par ces deux partis pour siéger à l’Assemblée Nationale comme député. Et personne n’ose pas contredire cette démarche rarissime. L’homme du peuple devient donc un homme de Hun Sen ou un pleutre. En premier lieu, parce que c’est sa nature, docile au pouvoir. Ensuite, parce que c’est son intérêt, tel qu’il le calcule sur son cas personnel dans le Cambodge désorienté, où il pourrait en tirer profit comme tous les profiteurs du Royaume. Tout va bien, monsieur le marquis. Après tout ce qui s’est passé ! On chiale, on manifeste, on signe des pétitions…puis on accepte le verdict du C.N.E. ! Que tout va bien ? Qu’il faut continuer ? Vous ne trouvez pas ça décourageant ?

Non ? Il faut donc continuer ! Personne n’ose pas vous critiquer. C’est ça la politique au Cambodge depuis plusieurs lustres. Dans le Royaume des Apsaras (danseuses célestes), la démocratie a, désormais, adopté un protocole acrobatique, qui voit les politiciens se précipiter, tous rôles de clown dans un cirque et avec des masques démoniaques pour faire peur aux spectateurs peureux. A la fin du spectacle, tout le monde est heureux d’être dans l’ambiance de ce décor éphémère. Ainsi les morts pendant les manifestations ont été effectivement oubliés.

Longtemps, les dirigeants du Parti du Salut national(PSN) n’ont montré que leurs mensonges ; les voici qui inventent et abusent d’une arme plus cruel et bien pernicieux : le vol. Rien n’oblige maintenant ces dirigeants à porter leur masque démoniaque, car leur vrai visage d’airain se ressemble à l’escroc. Ils n’ont plus besoin d’être mièvre pour gagner la bourse comme acteur, parce que d’être kleptomane, ils gagneraient plus facilement de l’argent. Mais, pour quelques sous à gagner d’avantage, ils n’hésitent plus à brader leur dignité. Cet abandon d’honneur leur permet de fuir leurs responsabilités. Pas besoin d’action du salut national, tant que l’on a la possibilité de voler facilement le peuple et la nation. Après les élections du 28 juillet 2013, les dirigeants du PSN, comme leur leader, sont tentés par un calcul : puisqu’il y a l’argent à gagner du côté de PPC qu’aux électeurs, il vaut mieux faire alliance avec le premier que les seconds. Ce calcul, c’est ajouter la bêtise à l’erreur, et l’inconséquence à la poursuite de la dictature.

Mais cette pratique a une conséquence plus profonde : elle détruit la démocratie et l’esprit de nation au profit du Parti du peuple cambodgien (PPC) totalitaire. Bien sûr, elle maintient relativement la paix sociale. Mais cette paix est-elle profitable pour tout le monde ? Très étrange réconciliation nationale en considérant la paix comme facteur unique de la concorde nationale. Et la liberté ? L’égalité ? ne sont-elles pas les fondements de la démocratie ? Pendant cette alliance nouvelle se forme au sein de l’Assemblée nationale, les Khmers continuent de vivre dans la misère et de l’injustice. Aucune perspective un bel avenir pour eux à l'horizon. La situation du pays est dramatique – bien plus qu’on veut bien le reconnaître. Elle est si dramatique que les dirigeants de ces deux partis essaient de la cacher par leur alliance légère, incisive ou insolente, mais couronnée, s’il vous plaît, par Sa Majesté le Roi : problème des millions de colons vietnamiens, la dictature et le chômage en masse qui s’oblige les Khmers à quitter le pays pour chercher du travail.

28 juillet 2013 n’est pas 28 juillet 2014. La victoire hier du peuple khmer est servie, dans le banquet PSN/PPC, par Sam Rainsy et Kem Sokha à Hun Sen comme plat d’entrée froide, nommé « négociation ». Aujourd’hui, ils sont en train de manger le plat principal, nommé « réconciliation ». Le désert sera préparé par les trois convives et ce sera une surprise pour tout le monde, parce que son nom sera « Parti unique » sur le modèle du Sangkum Reas Niyum (Socialisme populaire). Qui peut y empêcher ? Il ne faut plus compter sur la communauté internationale. Le Peuple Khmer ? Si oui, il faut qu’il fasse maintenant et tout de suite. Sinon, notre pays risque de regretter bien longtemps son sommeil du 28 juillet 2014 : le sort du Cambodge d’aujourd’hui serait identique à celui de notre terre du Kampuchéa Krom.

Et maintenant, qui mettra le peuple khmer au courant de la catastrophe qu’il s’apprête à vivre dans la paix du PSN/PPC. Qui montera au peuple khmer le chemin, démocratique, vers son bonheur, et sa sécurité. Qui aura enfin le courage de penser du pays et non à sa propre tranquillité ? Toutes ces questions sont le défi du peuple khmer face à son propre destin. Si le peuple khmer continue de courir derrière une vie à venir sur laquelle il ne croyait plus à son avenir ou ne croit à rien, à qui se fier ?

Connais-toi toi-même ! Aide-toi, le ciel t’aidera ! Deux jolies formules des illustres hommes de l’humanité qui s’ouvreront la porte de la liberté aux Khmers. Mais la clé de leur réussite, ce ne sera pas l’observation du malheur en pleurant, ce sera l’action pour retrouver la liberté. Un grand peuple regarde et observe pour créer, non pour soupirer du chagrin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Srey Santhor
commenter cet article

commentaires

son phally 06/08/2014 14:25

Je partage entièrement cette analyse de la situation politique au Cambodge !