Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:47

18 Mars 1970

Évènement  par défaut

Par Lim Kim-Ya

 

C’est déjà le 43è anniversaire de la destitution de Norodom Sihanouk, Chef de l’État, par les deux Chambres représentantes, Assemblée Nationale et le Conseil du Royaume, du Cambodge le 18 mars 1970. Le gouvernement de sauvetage présidé par le général LON Nol avait communiqué suite à l’annonce à l’unanimité du Parlement la déchéance de Norodom Sihanouk de ses fonctions de Chef d’État : « Suite à la crise politique provoquée par le Prince Norodom Sihanouk, durant ces derniers jours, l’Assemblée Nationale et le Conseil du Royaume, réunis en congrès, conformément à la Constitution du Royaume, ont retiré, à l’unanimité des voix, leur confiance au Prince Norodom Sihanouk.

A partir de ce jour, 18 Mars 1970 à 13 h 00, le Prince Norodom Sihanouk cesse d’être Chef de l’État du Cambodge, Son Excellence CHENG HENG, Président de l’Assemblée Nationale, assumera les fonctions du Chef de l’État, jusqu’à l’élection d’un nouveau Chef de l’État également suivant le texte de la Constitution du pays ».

Les motifs retenus par ces deux représentants de la Nation et du Royaume :

  1. Haute trahison ;
  2. Violation constante de la Constitution ;
  3. Dilapidation des biens de l’État et de l’argent du peuple ;
  4. Corruption ;
  5. Atteinte au prestige et à la dignité nationale.

Suite à la résolution de ces deux représentants M. Cheng Heng, en tant que Chef de l’État, avait adressé ce message à la Nation : «  Chers compatriotes,

L’Assemblée Nationale et le Conseil du Royaume, réunis en congrès, ont retiré le 18 Mars 1970, à 13h00, conformément à la Constitution, à l’unanimité des voix, leur confiance au Prince Norodom Sihanouk dans ses fonctions de Chef d’État.

Étant Président de l’Assemblée Nationale appelé à assurer les fonctions de Chef d’État jusqu’à l’élection d’un nouveau Chef de l’État, j’ai le devoir de préciser solennellement à cette occasion que le Cambodge adopte la même ligne politique, c’est-à-dire pour l’indépendance, la neutralité et l’intégralité territoriale, que le Cambodge reconnaît et respecte les traités et accords antérieurement conclus.

Je me permets enfin de lancer un appel à notre clergé des deux ordres, aux deux chefs de ces derniers notamment, aux fonctionnaires, étudiants, à notre jeunesse et à notre population de toutes les couches sociales, leur demandant de rester dans l’ordre pour le bonheur de notre patrie. »

Après cet évènement non préparé, à ce moment le climat politique et social au Cambodge a été calme, mais inquiet. Seulement à Pékin, Sihanouk avait beaucoup remué, poussé par les dirigeant Nord-Vietnamiens, et déclaré la guerre à son propre pays, en soutenant l’agression nord-vietnamienne contre le Cambodge, parce qu’ils lui avaient promis de le ramener au pouvoir en peu de temps.

Hélas ! il s’est revenu au pouvoir dans le chariot des Khmers Rouges, avec plus de sept cents mille morts de guerre et plus de deux millions de morts sous le régime des Khmers Rouges et des Khmers Vietminh (alias PPC).

A la veille du 18 Mars 1970, personne n’avait pensé, ni préparé la destitution du Prince Sihanouk, seulement des décisions de Sihanouk lui-même avait provoqué sa chute.

Au lieu de créer l’union sacrée contre la guerre d’agression nord-vietnamienne, les principaux acteurs du 18 mars 1970, par leur ambition démesurée, proclamaient la République au Cambodge le 9 octobre 1970 dans le seul but d’écarter du pouvoir la famille princière des Norodom au profit des Sisowath. Cela donnait raison à l’ennemi qui accusait le Prince Sisowath et d’autres d’avoir évincé Sihanouk dans le seul but de s’emparer du pouvoir. Ce qui était une erreur politique fatale, aboutissant à la débâcle de la République.

Je pense qu’il faut prendre des leçons de notre histoire passée, récente ou lointaine, sinon on tombe toujours dans le même erreur et abîme auxquels notre pays est entrain de faire face. Au lieu de méditer sur l’histoire de notre pays, certains se prennent dans la même folie, en pensant « qu’il n’y a qu’à faire-ci, qu’à faire-çà » et que cela suffira pour nous débarrasser du pouvoir actuel et libérer notre pays de la domination nord-vietnamienne.

LIM Kim-Ya

   

Le résultat du vote :

Bulletins blancs (pour) : 0

Bulletins bleus (contre) : 92

Bulletins blancs rayés de bleu  (abstention) : 0.

Page 64 du livre de Mme Billon Ung Boun Hor «  Rouge Barbare » Edition Respublica - 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Srey Santhor - dans République Khmère
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sangha OP
  • Le blog de  Sangha OP
  • : La grande Voie n'a pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. (Proverbe zen)
  • Contact

Recherche

Liens