Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 12:15

Osons-nous faire autrement ?

Dans les jeux, il y a des règles à respecter par les joueurs. Si l’un des joueurs ne respectait pas les règles, il sera expulsé des jeux par les autres joueurs.

Situation 1 : Si l’un des joueurs trichait et les autres joueurs n’en aperçoivent pas, nous pouvons en conclure que le tricheur est habile et les autres sont stupides.

Situation 2 : Si l’un des joueurs trichait et les autres joueurs le savent, mais ils continuent de jouer les jeux comme rien n’était. Dans cette situation, nous pouvons dire que ces jeux sont truqués.

Situation 3 : Si l'un des joueurs trichait et les autres joueurs le savent, mais ils continuent de jouer en dénonçant quand même la triche. Dans cette situation, nous pouvons dire sans ambages que le tricheur est invincible.

Situation 4 : Si l'un des joueurs trichait et les autres joueurs le savent et décidaient de ne plus jouer. Dans ce cas, nous pouvons affirmer que les autres joueurs sont attentifs.

Au Cambodge, l’Opposition participait (participera) aux élections en dénonçant avant et après les élections qu’elles ne sont pas libres et équitables. Cette situation correspond à la situation 3, dans laquelle il y a un choix parmi des stratégies citées ci-dessous.

Stratégie de facilité : s’il gagnait, il pourrait dire que le peuple a choisi le changement, s’il perdait, il pourrait dire que les voix ont été achetées par l’adversaire, s’il obtenait quelques sièges, il pourrait se consoler en disant : nous allons nous faire entendre légalement nos voix dans les institutions nationales et internationales.

Stratégie d’entretien : il savait d’avance qu’il ne gagnera pas, mais sa participation lui donnait une occasion pour stimuler ses militants et ses électeurs en vue de maintenir sa présence dans la vie politique.

Stratégie d’espérance : il savait que les élections ne sont pas libres et équitables, mais il espérait de gagner en pensant que le peuple ait toujours le dernier mot.

Stratégie de sauve qui peut : il ne maîtrisait pas la situation, mais la participation aux élections lui permettait au moins de faire élire ses leaders.

Nous le savons qu’après chaque élection, l’Opposition contestait toujours les résultats. Elle disait qu’elle ne siège pas à côté de ceux qui ne respectent pas les règles, puis elle siégeait et se taisait. Très vite, en effet, les militants et sympathisants exigeait une explication, leur déception devenait désespoir. Ils se posaient la question : Pourquoi accepte-t-il de participer aux élections en sachant que les règles ne sont respectées par les partenaires. Cette acceptation est-elle un défaut moral de l’Opposition ? Que proposer ?

Une nouvelle stratégie est-elle possible ? Celle du «zéro tolérance», envers soi-même et envers ceux qui ne respectent pas les règles de jeux aux prochaines élections. Ce «zéro tolérance» est une révolution de mentalité, c’est-à-dire : oser faire autrement. Si l’Opposition constate que le parti au pouvoir ne respecte pas les règles du jeu, elle doit boycotter la compétition. L’accusation n’est plus suffisante.  Ce n’est non plus crédible de jouer le rôle de victime, quand on savait d’avance la tricherie de l’adversaire. Je me pose donc une question, quelles seront les conséquences, si l’Opposition décide ne pas participer aux élections non libres et non équitables ? Jouer pour gagner un petit peu, ne serait plus acceptable pour l’opinion publique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires