Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 05:59

DSC05407.JPG

Evasion 2012

Promenade de l’Esprit 6

 

 

ÉLECTIONS

 

Les oppositions, PSR et PDH, divisées encore à ce jour, ont quand même un point commun, la volonté de participer aux élections démocratiques, prévues en avril de cette année pour choisir des Conseillers communaux et celles de 2013 pour choisir des députés. Cette volonté est légitime et personne n’a droit d’en incriminer. Mais ce qui est incompréhensible dans cette décision, c’est que PSR et PDH reconnaissent d’avance que le PPC serait le gagnant, parce que ce dernier use des artifices dans cette compétition. Drôle de participation ! Je vous prie de m’excuser pour cette exclamation.

Je ne suis pas un activiste de boycottage des élections, parce que dans chaque suffrage, je pense qu’il y a toujours une portée de surprise même qu’il ne soit pas libre et équitable. Dans l’histoire politique, certains politiciens trouvent même leur profit dans des élections trichées par le pouvoir. Ils fixent donc des conjectures pour  provoquer la crise politique, à savoir :

- la préparation des élections par le comité Électoral soit décousue ;

- la campagne électorale soit impossible dans un climat de terreur ;  

- les fraudes sont massives et avérées qui discréditent le gagnant ;

- la victoire inattendue de l’opposition soit annulée par le pouvoir en place.

Mais pour jouer ce jeu, il faut que l’Opposition ait réellement sa force politique, et cette force soit prête à faire une démonstration de puissance pour tirer profit de ses calculs, cités ci-dessus. Quand je parle de la force politique réelle, ce n’est pas comme certains leaders politiques de l’Opposition racontent en mode autosatisfaction que dans les dernières élections, ils ont obtenu un grand nombre de voix que cela leur permet de réengager à nouveau avec une assurance dans le combat électoral. Pour moi, ce nombre de voix n’est pas une force politique, parce qu’il ait un effet temporaire. Les électeurs ne sont jamais une force politique pour personne, parce qu’ils changeraient leur comportement d’une élection à l’autre.

En effet, on trouve la force politique chez des militants du parti politique, leurs réseaux et leur relais amical. Cette mobilisation permet au parti politique de dynamiser en permanence ses activités politiques. Il ne faut jamais, en effet, laisser assoupir cette force, même dans un climat politique difficile, sous prétexte qu’elle ne serve que pour les élections.

On trouve aussi la force politique dans les forces vives du pays : La jeunesse, la religion, les fonctionnaires, les enseignants, les paysans, les commerçants et autres corps de la société. Il ne faut pas confondre les besoins matériels et la conscience politique de ces forces. Sinon on confond complètement des activités des ONG et celles des partis politiques. Bien entendu, on n’empêche pas le Parti politique de faire le travail des ONG, s’il avait les moyens légaux pour le faire.

Si l’Opposition est sûre de sa force politique, il serait possible de participer à toutes les élections, parce que sa participation soit vue comme une stratégie politique par ses militants et ses supporters. Sinon sa participation deviendrait, soit une association aux fraudeurs, soit une simple formalité pour parer son existence fanée. Après les élections, l’opposition sans force politique réelle s’effacera avec ou sans ses élus dans la vitrine du pouvoir.  

Bien sûr, l’Opposition peut argumenter que sa participation lui permettrait d’avoir une légitimité internationale et un statut officiel vis-à-vis du pouvoir. Dans ce cas, il faudrait cesser de parler des fraudes électorales, parce que le fait d’en répéter, on a l’impression qu’elle aide au contraire le pouvoir à poursuivre sa route. En tout cas, Participer, ou ne Pas Participer aux élections, c’est une question de conscience politique de chaque Parti, mais qu’il doit savoir que le public ne soit pas dupe à toute forme de complice déguisé avec le pouvoir. Un proverbe chinois qui dit : « Apporter des fagots pour éteindre un incendie ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires