Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 07:36

DSC05407

Nous le savions que depuis la nuit des temps la force du mal avait triomphé sur celle du bien au pays des Khmers. Après l’intervention de l’ONU en 1991, la démocratie, ouverte aux autres mains, tutélaire, douteux mais incontournable, nommé « alliance monarchie-communisme », en un mot le moins mal pour le peuple khmer déboussolé par deux décennies de guerre. Une fois les Khmers Rouges disparus, cette alliance semblait promise à une victoire éternelle. Ni adversaire pour la combattre, ni contre-idéologie pour la pousser dans ses retranchements. Dans cette situation léthargique, il y a même quelques fous qui osent dire qu’ils regrettent la disparition de Pol Pot et sa bande pour jouer le rôle de l’opposition.

Aujourd’hui, à la veille des deux scrutins majeurs, nous cherchons à comprendre les activités de l’opposition depuis les cinq années passées dans le Srok Khmer, dominé par ses minorités, une société émiettée, des citoyens déchirés, des individus déboussolés, des dirigeants puissants. Qu’observons-nous ? Les activités humanitaires parsemées, la défense des frontières, le soutien des victimes face à la puissance pouvoir public, etc. Ces activités sont sans doute dominées par le désir de justice, mais elles sont escamotées par les affrontements entre les forces de l’opposition. Il est donc difficile à comprendre ce clivage. Nous avons cru, pendant deux décennies, à la force de l’opposition comme un instrument de régulation face au pouvoir absolu. Sous le poids de la répression, vous avez inventé de nouvelles techniques de survie. Vous êtes devenus, en effet, aujourd’hui un mannequin de la démocratie dans la vitrine de la dictature. Et à chaque fois celle-ci commence à hoqueter, vous abandonneriez vos charges de défendre l’intérêt général pour préserver vos intérêts matériels. C’est à ce jeu sophistiqué que vous employiez qui créait la division dans votre rang et qui faisait voler en éclats la force de l’opposition. Etonnante transformation du visage de l’opposition : liée par des valeurs communes de la démocratie et de la justice s’est brutalement désarticulée, laissant apparaître les intérêts de clans. Votre existence aujourd’hui ressemble de plus en plus à une petite ONG. Pouvons-nous croire encore que vous êtes une force de l’opposition politique ? C’est de plus en plus difficile.

Aujourd’hui, vous croyiez bâtir un avenir en lançant dans la bataille électorale en ordre dispersé, mais tout le monde le savait que cette compétition est limitée aux pulsions de l’instant et aux réflexes des vaincus. Sur la ruine de vos grands projets politiques, vous essayez encore une fois faire fleurir une parole prodigue qui baigne toutes choses dans une sorte de bonté impérieuse. Ou la guerre des mots  s’est substituée à la guerre des promesses qui s’affrontent pour un temps électoral. Pour vous, un ou deux sièges de plus serait une grande victoire. S’agit-il d’une pensée d’égoïsme, d’indifférence et narcissisme ? Vous êtes responsables de vos actes devant l’histoire, parce que vous êtes incapables d’assumer une idéologie dominante pour le peuple khmer : la démocratie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sangha OP
  • Le blog de  Sangha OP
  • : La grande Voie n'a pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. (Proverbe zen)
  • Contact

Recherche

Liens