Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 04:59

 

DSC05407

La force collective

 

Dans toutes les nations, comme celle du Cambodge se dégage fatalement une force collective. Mettez cette force au service de la liberté, de la démocratie, faites-la régir par le suffrage universel, cette nation, qui avait connu tant de sang coulé sous le régime communisme, deviendrait une nation démocratique libérale. Cette force collective, n’est pas, de sa nature, intelligente. Étant à tous, elle n’est à personne ; elle flotte pour ainsi dire en dehors du peuple. Elle est à la merci de beaucoup de hasards et d’ambition, a besoin d’être gardée et défendues par des institutions démocratiques et clairvoyantes. Elle peut être asservie par la tradition ; elle peut être manipulée par la dictature ; elle peut être surprise par la ruse.

 

Un homme peut se jeter, la saisir, la brider, la dompter et la faire marcher sur le peuple. Le tyran est cet homme qui, sorti de la tradition comme feu Sihanouk, du communisme comme Hun Sen, ou de la ruse comme Sam Rainsy, s’empare à son profit et dispose à son gré de la force collective d’un peuple.

 

Cet homme-là, s’il était de nature ce qu’était feu Sihanouk, c’était l’ennemi des citoyens, s’il est de nature ce qu’est Hun Sen, c’est l’ennemi du peuple, s’il est de nature ce qu’est Sam Rainsy, c’est l’ennemi des démocrates. Le premier avait ce qu’il fallait pour mourir dans le palais et pour finir royalement comme finissent les monarchies et les tragédies. Le second doit vivre, vivre entre quatre murs derrière des grilles, protégés de jour et de nuit par des régiments, qui laisse voir au peuple sa fortune colossale. Le troisième doit mentir pour exister et doit tout simplement obéir aux ordres du premier et du second.

 

Si la situation actuelle de la nation khmère se prolongeait et durait encore cinq ans avec cet homme-là, après les élections du 28 juillet, le grand dommage, l’effrayant dommage, ce serait le dommage moral ; mais ce qui est plus affreux encore, c’est songer qu’à l’heure où nous sommes, les supporteurs manipulés ou aux ordres des meneurs de partis, hommes de l’absolutisme ou de l’anti-démocratie, ne doutent de rien que la grande splendeur morale du Cambodge, a disparu, et pour eux la campagne électorale n’est qu’un carnaval de motos et des haut-parleurs pour faire de bruit afin de divertir le peuple. Quelle douleur profonde ! regardons cette inconscience collective où il y a une puissance du mensonge qui oblige le peuple khmer à baisser la tête. Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités s’assouvissant dans la misère de ce peuple. Et l’on sait que cet homme-là boit toute honte pour faire perdurer cette misère.

 

Hélas ! ces élections du 28 juillet feront plus de mal que du bien au peuple khmer, parce qu’elles seront anti-démocratique, et Sam Rainsy le savait bien, parce qu’il en est la première victime. Hun Sen lui demande, en échange du billet de retour au pays, d’être animateur de ces campagnes électorales, mais ce dernier ne doit jamais prononcer les mots indépendance nationale, intégrité territoriale, fierté nationale et surtout accords de Paris du 23 octobre 1991. Qu’est-ce que cet homme ? Flotter en suivant le courant d’une force collective en dehors du peuple, il croit que tout le monde lui obéisse – Non, tout le monde le méprise, parce qu’il est au service de la dictature !

 

 

Vraiment, quand nous avons fixé trop longtemps notre regard sur de certaines photos de la campagne électorale, il y a des heures où une sorte de vertige prendrait les plus fermes esprits, mais tout le monde le savait qu’avec les élections anti-démocratiques du 28 juillet, voilà toute la loi morale et celle de la démocratie volent en éclats. Il faut donc bien y réfléchir avant d’aller voter pour renforcer la dictature. Vous irez voter ou approuvez ces élections, c’est comme vous fermez les yeux à la mort de la nation khmère et à votre propre malheur. On n’a rien à vous dire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires