Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 16:01

DSC05407 

Dans le préambule de la constitution de 1993, l'identité du peuple khmer est bien déterminée. Voici le texte : " Nous, Peuple Khmer, ayant connu la civilisation grandiose d'une nation prospère, puissante et glorieuse dont le prestige brillait comme le diamant..."

Par cette déclaration, les Constituants khmers reconnaissaient implicitement que le peuple khmer est un peuple histoire, héritier successif d'un peuple qui existe depuis plusieurs millénaires, appelé "Peuple Khmer". Par cette reconnaissance implicite, il est évident que la nationalité khmère soit régit par la "loi du sang", non pas celle du sol. Or la loi de nationalité khmère privilège la seconde. Cet écart de l'esprit place la loi de nationalité en vigueur en situation de loi anticonstitutionnelle. Donc, j'aimerais y avoir des avis de nos éminents juristes khmers. Le mien est sans doute motivé et limité par le ressentiment. L'éclair de pensée des experts est la bienvenue dans ce débat.

 

L'histoire suffit-elle à légitimer une identité d'un peuple ? C'est l'histoire qui fait le peuple et c'est elle aussi qui accompagne chaque peuple dans son évolution dans le temps de l'humanité. On réfère souvent à l'histoire pour régler du conflit territorial entre deux pays voisins, exemple de l'affaire du temple Preah Vihear. On revendique ses droits en faisant référence à l'histoire, l'exemple de la ville de Jérusalem. La loi de nationalité américaine, fondée sur la loi du sol, est le produit de l'histoire de la création des Etats-Unis d'Amérique : la conquête des territoires des Indiens et l'immigration des divers peuples de l'Europe à la terre promise. La France a choisi la loi du sol en faisant référence à l'histoire de son pays : l'histoire de la révolution. Mais, la majorité des pays dans le monde préfèrent la loi du sang en prenant l'histoire de leur pays comme point de repère de l'identité de leur peuple. Quant au Srok Khmer, nos législateurs font le contraire à la leçon de l'histoire pour déterminer la nationalité khmère en basant sur la loi du sol : dans l'histoire, l'identité khmère est toujours menacée par les voisins expansionnistes. On voit bien dans cette loi, nos législateurs n'ont pas une vision globale du cadre de la loi du pays, une constance d'esprit et ils ont en plus une mémoire oublieuse. Il est insensé de prendre la loi du sol comme base de nationalité dans un pays qui a été occupé par une armée étrangère pendant une décennie, qui a manqué deux millions d'habitants, tués par les Khmers Rouges et qui a un voisin ayant quatre-vingt million d'habitants. Ceci prouve bien qu'au Srok Khmer, l'histoire ne permette pas donner une légitimité au peuple khmer d'être l'héritier de ses ancêtres.

 

L'histoire au pays des Khmers n'est qu'un ornement de la maison royale ou des hommes au pouvoir. La Constitution est aussi un décor du pouvoir, dont la foi du peuple khmer à cette charte n'est qu’un rêve. Le Pouvoir actuel au Srok Khmer ne peut pas admettre que la loi de nationalité khmère soit inconstitutionnelle, parce que cette loi lui sert pour perdurer au pouvoir. Quand je parle du Pouvoir, je ne fais pas la distinction entre la majorité et l'opposition, parce qu'ils partagent le même pouvoir, c'est celui du mensonge. Cette discussion n'a pas l'esprit du racisme. Elle est évoquée pour un seul but : préserver les Khmers dans leur propre pays, dans lequel 50% de la population est d'origine étrangère. Chaque erreur commise dans le passé par les dirigeants khmers coûtait cher au pays. La moitié de la population khmère y périssait déjà. Chaque élection, depuis 1998, permettait aux Vietnamiens de venir s'installaient en grand nombre au pays. Ces immigrés deviennent des résidents privilégiés et bénéficient immédiatement une protection spéciale de la part des autorités khmères. Dans cette situation, les patelins, cadres des partis de l'opposition, ont lancé inconsciemment la campagne électorale, comme le Srok Khmer est un pays démocratique, sans avoir cherché à comprendre le pourquoi peuvent-ils distribuer leur profession de foi en toute liberté ? Une fois tous les cinq ans ils se réjouissent de cette liberté surveillée comme des gamins qui jouent dans la rue pendant la pluie. Et  ils donnent un nom à cette campagne, « pour le changement ». La loi anticonstitutionnelle ou non, ce n'est pas leur préoccupation durant les deux mandats passés. Avec leur tête de bourrique, il est difficile de suivre leur logique. Dans ces élections avec une loi anticonstitutionnelle et pays non démocratique, l'opposition se rende d'elle- même dans le rang du parti au pouvoir. Ce que des grenades n'auraient pas obtenu, l'obéissance l'a fait. Belle victoire pour le parti au pouvoir. Parler de la loi de nationalité pendant des élections est sans doute anachronique, mais c’est cette loi qui fait gagner les élections le parti au pouvoir. Le Srok Khmer a besoin aujourd’hui la conscience humaine, c’est quelqu’un qu’on ne voit pas, et qui est plus fort qu’une armée. Non ! les élections ne sont pas le mal nécessaire pour le peuple Khmer ! Non ! le mal n’est jamais utile !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sangha OP
  • Le blog de  Sangha OP
  • : La grande Voie n'a pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. (Proverbe zen)
  • Contact

Recherche

Liens