Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 02:35

 

Après avoir pris note des avis donnés par les orateurs, M. Trinh Hoanh, Ek Yi Oun, Hoeur Lay In, Prom Séng, Uch Ek, et le Conseiller du Royaume Phoung Sân, et après avoir obtenu le résultat du vote sur la question de déchéance de Samdech Norodom Sihanouk de ses fonctions de Chef de l’Etat, le Président de l’Assemblée Nationale s’est levé de son siège et d’un geste solennel, a donné lecture du texte de proclamation déclarant au nom de la nation et des deux chambres réunies, ne plus reconnaître Samdech Norodom Sihanouk comme Chef de l’Etat à partir du 18 mars 1970 à 13 heures.

Précisions que le résultat du vote sur la question s’est établi comme suit :

- Bulletins blancs (pour Samdech) zéro    

- Bulletins bleus (contre Samdech) 92

-Bulletins blancs rayés de bleu (Abstention) Zéro.

 Les membres des deux assemblées se sont ensuite séparés après de longs applaudissements qui ont accueilli la proclamation faite par le président de séance, M. In Tam.

 Après quoi, l’Assemblée Nationale a rédigé une motion pour informer le public. Voici le texte.

 Motion : Texte intégral.

 Face à la situation troublée par les Viêt-Cong et les ennemis intérieurs et extérieurs du pays. Tous les orateurs intervenus devant la tribune ont souligné la nécessité de proclamer « la Nation en danger » et demande au Gouvernement d’appliquer l’article 15 de la Constitution, aux termes duquel les libertés notamment celles d’association, de réunions, de presse, les droits sur l’inviolabilité de la correspondance, du domicile, etc. sont suspendus temporairement pour un délai de six mois renouvelables. L’Assemblée a voté à l’unanimité, une déclaration proclamant « la Nation en danger ». Le Parlement a prononcé à l’unanimité la déchéance de Samdech Norodom Sihanouk de ses fonctions de Chef de l’Etat. Une motion a été publiée pour informer le public des causes de cette déchéance. Voici le texte intégral :

 Les agissements passés et actuels de Norodom Sihanouk, ex-Chef de l’État du Cambodge, tels qu’ils viennent d’être révélés devant l’opinion publique ont créé une vague d’indignation dans toutes les couches sociales de la Nation. Chacun de nos compatriotes voit clairement aujourd’hui le vrai visage et la vraie nature de celui qui conduisait notre pays à l’anéantissement. Les faits prouvés et vérifiés sont largement suffisants pour retenir contre Norodom Sihanouk :

 1. Haute trahison  pour avoir livré à l’occupation Viêt-Cong, préparant l’annexion par le Vietnam, de parties importantes du territoire national et pour délibérément soumis des milliers de nos compatriotes aux exactions des occupations étrangères. En circonstance aggravante on retiendra le fait que Norodom Sihanouk a permis à son épouse Neang Monique de se faire verser des sommes très importantes pour prix de cette occupation étrangère.   

2. Violation constante de la Constitution et instauration d’un régime de pouvoir personnel despotique absolu. Norodom Sihanouk a foulé aux pieds les principes directeurs dont s’inspirait le Sangkum Reastr Niyum à sa création, trahi le peuple qu’il prétendait servir, semer la division par ses accusations calomnieuses, atteint à la dignité des personnalités nationales, des représentants élus du peuple et d’innombrables citoyens en les injuriant bassement et publiquement, jugé et condamné sans appel ceux qui ne partageaient pas ses vues.  

Au cours des dernières années, Sihanouk a surabondamment montré son mépris envers le peuple à qui il devait ses pouvoirs jusqu’au jour où ce peuple a redressé la tête.

3. Dilapidation des biens de l’État et de l’argent du peuple pour ses plaisirs personnels et sa mégalomanie ainsi que pour satisfaire la cupidité de sa belle famille et de son clan. Parmi les multiples exemples il convient de citer les ruineux tournages de films, les festivals de films organisés à grands frais, les luxueuses réceptions, alors que le peuple connaissait la disette. Insensible aux difficultés de nos compatriotes et au combat de notre armée aux frontières, Norodom Sihanouk distribuait avec ostentation de maigres secours, voire les uniformes de nos soldats, comme des « dons personnels » et il réservait des sommes considérables à ses menus plaisirs et ceux de son clan.          

4. Corruption qu’il a systématiquement encouragée et favorisée pour s’acquérir la fidélité de sa famille et de son clan. Dans le monde entier on sait et nous avons les preuves que Neang Monique et sa mère, Neang Pomme Peang, avaient la haute main sur tous les trafics intérieurs et extérieurs, sur la répartition des pots-de-vin, les nominations de fonctionnaires aux postes lucratifs à un tarif fixé, etc. Non seulement Norodom Sihanouk ne pouvait l’ignorer mais encore il donna sa caution personnelle à la création du Casino qui devait drainer l’argent du peuple dans les poches de son clan ou encore à des scandales d’adjudication dont l’un des plus connus est celui de Phuong Margain.

5. Atteinte au prestige et à la dignité nationale par une politique fluctuante et contraire à la neutralité et des déclarations injurieuses à l’encontre des dirigeants et de tous les pays étrangers, y compris nos amis. Par ses retournements continuels Norodom Sihanouk a ruiné notre crédit international, créé un climat de méfiance dans tous les pays et dans tous les milieux disposés à nous accorder des aides inconditionnelles ou à investir leurs capitaux dans les secteurs où ils nous sont nécessaires. Enfin ses dernières déclarations à l’étranger constituent une tentative délibérée de nuire à notre paix intérieure, de saboter nos amitiés internationales, de plonger dans le malheur le peuple qui unanimement le condamne.

Pour les motifs ci-dessus énoncés, les députés ont soumis à l’assemblée nationale une proposition demandant que Norodom Sihanouk, ex-Chef d’État du Cambodge, et Monique, son épouse, soient traduits devant un Tribunal Militaire pour y répondre de leurs actes et de leurs crimes contre la Nation et le Peuple.

 Communication du gouvernement de sauvetage :

 Suite à la crise politique provoquée par le Prince Norodom Sihanouk, durant ces derniers jours, l’assemblée Nationale et le Conseil du royaume, réunis en Congrès, conformément à la Constitution du Royaume, ont retiré, à l’unanimité des voix, leur confiance au Prince Norodom Sihanouk.

À partir de ce jour, le 18 mars 1970 à 13h00, le Prince Norodom Sihanouk cesse d’être Chef de l’État du Cambodge, Son Excellence Cheng Heng, Président de l’Assemblée Nationale, assumera les fonctions du chef de l’État, jusqu’à l’élection d’un nouveau Chef de l’État également suivant le texte de la Constitution du Pays.

 Phnom-Penh, le 18 mars 1970

Le Président du Conseil des Ministres

Signé : Lon Nol

 Message à la Nation de Monsieur Cheng Heng, Président de l’Assemblée Nationale, exerçant les fonctions de Chef de l’Etat.

 Chers compatriotes,

 L’Assemblée Nationale et le Conseil du Royaume, réunis en Congrès, ont retiré le 18 mars 1970 à 13h00, conformément à la Constitution, à l’unanimité des voix, leur confiance au Prince Norodom Sihanouk dans ses fonctions de Chef de l’Etat.

Étant Président de l’Assemblée Nationale appelé à assurer les fonctions de Chef de l’État jusqu’à l’élection d’un nouveau Chef de l’État, j’ai le devoir de préciser solennellement à cette occasion que le Cambodge adopte la même ligne politique, c’est-à-dire pour l’indépendance, la neutralité et l’intégrité territoriale, que le Cambodge reconnaît et respecte les traités et accords antérieurement conclu.

Je me permets enfin de lancer un appel à notre clergé des deux ordres, aux deux chefs de ces derniers notamment, aux fonctionnaires, étudiants, à notre jeunesse et à notre population de toutes les couches sociales, leur demandant de rester dans l’ordre pour le bonheur de notre patrie.  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sangha OP - dans République Khmère
commenter cet article

commentaires