Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 07:30

DSC05407

Le 23 septembre 2013

 

 

Ce lundi 23 septembre 2013, l’assemblée nationale, entourée en ce moment-là d’un imposant déploiement de troupes, étant en séance d’ouverture pour la cinquième législature en présente du roi et les soixante-huit représentants du parti du peuple du Cambodge(PPC), à la suite de la proclamation officielle du Comité national électoral (CNE) des résultats, laquelle a été approuvée par le Conseil constitutionnel du Cambodge (CCC), donnant le PPC gagnant avec 68 sièges et le parti du salut national khmer (PSNK) perdant avec 55 sièges. Le PSNK a contesté immédiatement ces résultats et les 55 députés élus ont boycotté cette séance d’ouverture, en la qualifiant d’anticonstitutionnel.

 

Ce 23 septembre, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale moitié vide, le roi Sihamoni, au perchoir qui se ressemble à un juchoir, se leva et proclama solennellement avec laconisme tranquille l’ouverture de cette cinquième législature. Cette déclaration royale, c’était l’avenir qui entrait, un avenir connu : le Cambodge sera gouverné par des voleurs. Ce moment eut quelque chose de tristesse. L’assemblée nationale n’était plus la maison du peuple khmer, c’était une cachette des malfaiteurs vivant hors la loi. Oui, ce moment de monotonie connu déjà depuis deux décennies, Hun Sen, le chef des bandits, devait remercier à son roi qu’il avait fait ses efforts pour lui transmettre à nouveau le pouvoir dictatorial intact pour maintenir la tranquillité du régime et la monarchie.

 

Ce 23 septembre, le roi Sihamonie et les 68 bandits venaient à violer la souveraineté du peuple khmer et la constitution. On savait depuis le 28 juillet, journée des élections truquées avec la participation du parti salut National Khmer (PSNK), un guet-apens réussi, un crime odieux qui a été commis par les partis PPC et le PSNK. Ce crime contient tous les crimes, la trahison dans la conception, le parjure dans l’exécution, la spoliation, et le vol dans le triomphe ; ce crime traîne après ces élections injustes, comme parties intégrantes de lui-même : la négociation entre ces deux partis, en ce moment même pour partager la victoire, constitue la suppression de la volonté du peuple et des lois, parce que le criminel est absout et la volonté du peuple est proscrite. Et oui ! ceci est poignant à dire, le roi Sihamoni, le garant des inviolabilités constitutionnelles, est dans le coup et le peuple khmer pourrait lui dire « C’est un faux poids qui règne dans le Royaume des 68 bandits ».

 

A l’heure qu’il est que tous ceux qui servent ces 68 bandits et leur roi, s’ils se croient les serviteurs du peuple, qu’ils se détrompent. Ils sont les camarades des voleurs et du parti communiste vietnamien. Depuis le 23 septembre, il n’y a plus au Cambodge de fonctionnaires de l’Etat, il n’y a que des complices. Le moment est venu que chacun se rende bien compte de ce qu’il a fait et de ce qu’il continue de faire. Continuer à obéir Hun Sen et le PPC est un crime contre le peuple khmer et de l’humanité. Accepter de partager le pouvoir avec Hun Sen est une trahison aux électeurs qui avaient le courage de briser les chaînes de la dictature.

 

Allons, consciences, debout ! éveillez-vous, il est temps ! Et si la loi, le droit, le devoir, la raison, le bon sens, l’équité, la justice, ne suffisent pas, que nous continuons à songer à notre avenir meilleur sans la dictature. Si la peur se tait, que la responsabilité de chacun parle pour faire tomber la dictature ! Certes, la démocratie est menacée, c’est là un état de choses grave. S’endormir sur une telle situation dans laquelle, il y a le triomphe du crime, c’est un déshonneur de plus. Nous, Khmers, ne devons pas adhérer au gouvernement des voleurs par le consentement de la léthargie. Ce gouvernement est la honte du pays. Soit, cette honte est attirée des investisseurs chinois et vietnamiens. N’espérons rien de ces exploiteurs !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sangha OP
  • Le blog de  Sangha OP
  • : La grande Voie n'a pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. (Proverbe zen)
  • Contact

Recherche

Liens