Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 11:40

 

ធម្ម ឯកសារជាកំណត់ការចងចាំរបស់អ្នកស្នេហាជាតិ

 

 

ហេតុនៃទុក្ខរបស់ខ្មែរ

 

អត្ថបទនេះយើងដកស្រង់ពីនិវេទនប័ណ្ណរបស់ក្រុមខ្មែថ្មីរៀបរៀងដោយគណកម្មការ”មូលនិធិស៊ឺងង៉ុកថាន់

អត្ថបទធ្លាប់បានចុះផ្សាយក្នុងទស្សនាវដ្តី”មូលខ្មែរ”ក្នុងខែមកឆ្នាំ១៩៩២,លេខ១២៩

 

 

១.ខ្មែរជាម្ចាស់ស្រុក,តែខ្មែរខ្ញុំគេ

យើងជាខ្មែរ,យើងជាម្ចាស់ស្រុកខ្មែរ,ដូច្នេះយើងត្រូវមានសិទ្ធិនិងសេរីភាពចាត់ចែងរៀបចំ,និងគ្រប់គ្រងស្រុកយើង

តាមបំណងរបស់យើង(។)យើងម្នាក់ៗទទួលខុសត្រូវលើវាសនាស្រុកយើងនិងលើខ្លួនយើង។

ការពិតយើងជាខ្ញុំគេ,ព្រោះយើងមិនស្គាល់ស្រុកខ្មែរ,មិនស្គាល់សិទ្ធិរបស់យើងជាពលរដ្ឋ,និងសិទ្ធិយើងជាមនុស្ស។

យើងបណ្តោយឲវាសនាស្រុកខ្មែរ,ធ្លាក់ក្នុងកណ្តាប់ដៃអ្នកដទៃ,យើងគ្រាន់តែជាអ្នកដើរតាមបំរើគេ,យើងជាមនុស្ស

ចោលម្សៀត,យើងចោលស្រុកយើង,យើងចោលទាំងខ្លួនយើង។

 

២.ស្រុកខ្មែរមាន,តែខ្មែរក្រ

ស្រុកខ្មែរមានធម្មជាតិ,ទឹកដី,គ្រប់គ្រាន់ល្មមនឹងទ្រទ្រង់ជីវភាពប្រជាពលរដ្ឋបានថ្លៃថ្នូរ,ថ្វីត្បិតតែគមានរ៉ែ,តែខ្មែរ

មានប្រាសាទបុរាណដែលជាទីប្រភពនៃឧស្សាហកម្មខាងទេសចរណ៏។

ស្រុកខ្មែរមានមនុស្សដែលមានទឹកមុខញញឹម(។)ញញឹម”អប្សារា”មានន័យថាខ្មែរមានក្បាលពូកែរមធ្យ័ត,ញញឹម

អប្សារាប្រែថាខ្មែរមានសីលធម៍ភាវនា,នេះជាធនធានដើមរបស់ខ្មែរក្នុងការកសាងស្រុក។

ប៉ុន្តែខ្មែរក្រ,សដ្ឋកិច្ចទ្រុតទ្រោម,អ្នកស្រុកខ្វះខាត(។)ខ្មែរបាត់ទឹកដី,អស់កេរ្តិអាករណ៏,ខ្វះមធ្យោបាយបង្កើតផល,អស់

ថ្នល់,អស់អគ្គិសនីយ៏,អស់ទាំងគោក្របី,ខ្មែរខ្វេះឧបភោគបរិភោគ,សូម្បីតែផ្ទះសម្បែងនៅមិនសមរម្យ(។)យើងខ្វះថ្នាំ

ពេទ្យ,ខ្វះសាលារៀន,យើងជាស្មូមយាចក។

មកដល់សព្វថ្ងៃ,ខ្មែរអស់ទាំងមនុស្ស,អស់ទាំងពូជ,អ្នកផងមើលងាយ,គេពេបជ្រាយ,គេខ្លាចយើងព្រោះយើងមាន

ឈ្មោះថាជាអ្នកសម្លាប់ពូជសាសន៏ឯង។

 

៣.ខ្មែរជាអ្នកឈ្នះ,តែខ្មែរចាញ់

ក្នុងសាវតាខ្មែរ,ខ្មែរជាអ្នកតស៊ូ,មានវិរបុរសធ្វើការបដិវត្ត,រកយុត្តិធម៍,មានរូបចម្លាក់,ទាំងមនុស្សទាំងសត្វ,បង្ហាញ

ចលនានៃអ្នកឈ្នះជាសាក្សី។

ឯការតស៊ូរវាងភេទស្ត្រីនិងប្រុស,ក៏ខ្មែរមានមុនគេដែ(។)ក្នុងសម័យដើមបង្អស់ដែលគេស្រីជាទាសីនៅស្រុកគោកធ្លក,

ស្តេចខ្មែរជាស្រីមាននាមលីវយី(។)ភ្នំប្រុស,ភ្នំស្រីនៅកំពង់ចាម,ត្រពាំងប្រុសត្រពាំងស្រី,នៅកម្ពុជាក្រោមក៏ជាសញ្ញានៃ

ការតវ៉ារបស់ស្រីបញ្ជាក់ឲឃើញ,ថាស្រីឈ្នះជានិច្ច។

ប៉ុន្តែខ្មែរចាញ់៖

-ចាញ់ធម្មជាតិ,គ្មានដំរេះបង្កើតផល,នាំគ្នាវិលទៅយកមនុស្សមកផ្ជួរស្រែ។

-ចាញ់មនុស្សដ៏ទៃ,រហូតដល់បណ្តោយឲគេបណ្តើរទៅសម្លាប់ក៏មិនហានតប។

-ចាញ់ខ្លួនឯង,យើងរស់ជាម៉ាស៊ីនគ្មានវិញ្ញាន,យើងលក់ខ្លួនយើងក្នុងអបាយមុខ។

 

៤.ខ្មែរស្វែងរកសន្តិភាព,តែខ្មែរជួបតែសង្គ្រាម

ខ្មែរគ្រប់រូបជាសិល្បករពីកំណើត,ស្រឡាញ់រូបល្អនិងសម្លេងពិរោះ។យើងមានទំនៀមទំលាប់ជាអ្នកចំរើនសីលទាន

ភាវនា,យើងកាន់ព្រះពុទ្ធសាសនាស្វែងរកសេចក្តីសុខក្សេមក្សាន។

ប៉ុន្តែការពិត,ខ្មែរជួបប្រទះតែការព្រាត់ប្រះ,ទ្រហោរយំស្រែកក្នុងសង្គ្រាមជាដរាប(។)ចុះទឹកក្រពើ,ឡើងលើគោកខ្លា,

យើងរស់នៅជាមួយអំពើប្លន់,ប្លន់សម្បត្តិទ្រព្យ,ប្លន់អំណាច,ប្លន់ចិត្ត។

 

ហេតុនៃទុក្ខខ្មែរ

 

ហេតុនៃទុក្ខខ្មែរគឺមកពីខ្លួនខ្មែរម្នាក់ៗ,គ្មានអ្វីក្រៅពីនោះឡើយ(។)ខ្មែរមានផ្នត់គំនិតអភ័ពចាក់ស្រេះជាសំណាញ់

សង្រ្កបឲនៅក្នុងអន្លង់អវិជ្ជាជានិច្ច។

 

ចង្កោមទី១

-ផ្នត់គំនិតចម្លងគេ

យើងធ្លាប់ទន្ទេញមេរៀនចាំមាត់,សូត្រដូចសេក,យល់ក៏ដោយមិនយល់ក៏ដោយ(។)យើងធ្លាប់បាក់ផ្នត់នៅក្នុងសង្គម

លត់ក្រាប,ព្រោះធ្លាប់គេវាយដំ,បង្ខំឲធ្វើតាមគេ។

ម្លោះហើយយើងខ្លាចខុស,លែងហ៊ានពិចារណា,គិតតែពីចំឡងតាមគេ(។)យើងគិតតាមគេ,យល់តាមគេ,ធ្វើតាមគេ,

យើងលែងមានអ្វីជារបស់យើង,ឃើញរបស់គេសមល្អហើយត្រូវ,យើងជាមនុស្សបាក់ស្បាត(។)ហេតុនេះហើយបានជាអ្នក

នយោបាយខ្មែរដែលបានរៀនទ្រឹស្តីបរទេស,ចម្លងទ្រឹស្តីនេះយកមកអនុវត្តលើស្រុកខ្មែរ,គ្មានការពិចារណាឬយល់ហេតុ

ផលទៅថ្ងៃក្រោយឡើង។

 

ចង្កោមទី២

-ផ្នត់គំនិតចម្លងគេ,បណ្តុះផ្នត់គមនិតពឹងគេ

កាលណាយើងជាមនុស្សបាក់ស្បាត,ចេះតែចម្លងតាមគេ,យើងត្រូវការពឹងគេ។

យើងលែងទុកចិត្តលើខ្លួនឯង,ធ្វើអ្វីក៏ដោយឲតែមានការពិបាកតូចមួយ,យើងនឹកឃើញភ្លាមថាត្រូវតែមានគេជួយ,

ម្លោះហើយត្រូវតែផ្តេកផ្តួលលើគេ,ស្រូវសូកគេ,ត្រូវគេត្រួត។

យើងជឿកេស្លុង,រលះរលួយ,ដើតាមគេដឹក(។)យើងចាមនុស្សកំសាក។

ផ្នត់គំនិតនេះហើយដែលនាំឲខ្មែរពឹងគេចានិច្ច,ពឹងអារ័ក្ខអ្នកតា,ពឹងអ្នកធំ,ពឹងប័ក្សពួក,រហូតដល់ពឹងបរទេសឲគេ

មកកំចាត់បំបាក់បំបែកជាតិឯង,ពឹងសៀម,ពឹងយួន,ពឹងបារាំង,អាមេរិកាំង,ពឹងចិន,ឥឡូវពឹងអ.ស.ប.។

 

ចង្កោមទី៣

-ផ្នត់គំនិតពឹងគេ,បណ្តុះផ្នត់គំនិតផ្ទាល់ខ្លួន

កាលណាយើងជាមនុស្សកំសាក,ចិត្តយើងរួញទន់,យើងខ្លាចបាត់បង់,ដូច្នេះយើងខំប្រវេប្រវ៉ា,ប្រមូលប្រវាញ់អ្វីក៏ដោយ

ឲតែបានមកជារបស់ខ្លួន។

យើងមើលឃើញត្រឹមតែខ្លួនយើង,គ្រួសារយើងបក្សពួកយើង,ប្រយោជន៏យើង(។)យើងលែងចេះរួមកម្លាំងគ្នា,យើងជា

មនុស្សពាល។

ផ្នត់គំនិតនេះហើយដែលនាំឲខ្មែរភ្លេចធ្វើទានសិល,ប្លន់ទ្រព្យសម្បត្តិ,រហូតដល់ប្លន់អំណាចរាស្ត្រយកមកធ្វើជារបស់

ផ្ទាល់ខ្លួន។

 

ចង្កោមទី៤

-ផ្នត់គំនិតផ្ទាល់ខ្លួន,បណ្តុះផ្នត់គំនិតមានៈ

កាលណាយើងជាមនុស្សពាល,យើងពល់វង្វែងជាស្រវឹង,សប្បាយឲមានគេទះដៃហៃអើ,ដូច្នេះយើងចេះតែឈ្នះ,ប្រកាន់

ថាខ្លួនត្រូវទាំងអស់មិនអនុញ្ញាតិឲមានមតិផ្ទុយ(។)យើងជាឯការ,គ្មានឃើញខុសត្រូវធ្លាក់ក្នុងជ្រោះអបាយមុខ(។)

យើងជាមនុស្សស្ពឹក,ផ្តាច់ការ។

ផ្នត់គំនិតនេះហើយដែលនាំឲខ្មែរពូកែរបានតែម្នាក់ឯង,ឲតែមានគ្នាហួសពី២នាក់,យើងត្រូវប្រកាប់ប្រចាក់គ្នាភ្លាម,

ដើម្បីឲបានឈ្មោះថាខ្លួនជាអ្នកត្រូវ។

 

ចង្កោមទី៥

-ផ្នត់គំនិតមានៈ,បណ្តុះគំនិតសងសឹក

កាលណាយើងជាមនុស្សផ្តាច់ការ,ចិត្តយើងឫស្យាគិតតែឲបានលើគេ,លែងដឹងបតបាត,លែងស្គាល់មិត្ត,លែងស្គាល់

សត្រូវ,លែងស្គាល់ខ្លួនយើង។

យើងខ្លាចការពិត,យើងបំបាត់ផ្លូវត្រូវ,ឈ្នះក៏ដោយ,ចាញ់ក៏ដោយ,យើងតាមព្យាបាទសងសឹក,ផ្តាំកូនផ្តាំចៅ,ហិន

ហោចយ៉ាងណាក៏មិនរវល់,ធ្វើដូចម្តេចឲតែបានថាខ្លួនឈ្នះ,ឈ្នះតែម្នាក់ឯង,យើងជាមនុស្សឡប់សតិ។

ផ្នត់គំនិតនេះហើយដែលនាំឲយើងអ្នកកាន់អំណាចខ្មែរ,មិនព្រមចោលអំណាចតាមផ្លូវច្បាប់,សុខចិត្តនៅក្រាញ,លែង

ស្តាប់មតិរាស្ត្រ,លែងស្តាប់ប្រយោជន៏ស្រុក,ត្រូវតែរកមធ្យោបាយទប់ទល់និងសងសឹក៕

 

Repost 0
Published by មូលនិធិស៊ឺងង៉ុកថាន់ - dans Histoire politique du Cambodge
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 06:41

 

 

images (8) ឯកសារជាកំណត់ការចងចាំរបស់អ្នកស្នេហាជាតិ

 

មូលហេតុនៃសង្គ្រាមនៅសាធារណរដ្ឋខ្មែរ

 

ធ្លាប់ចុះផ្សាយក្នុងកាសែត”ខ្មែរសាធារណរដ្ឋ”ថ្ងៃសៅរ៏ទី១៦វិច្ចការ១៩៧៤

សរសេរដោយលោកថាច់ផែន

 

សង្គ្រាមឈ្លានពានដែលបង្កើតឡើង,ដោយពួកកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិន,មានយួនខាងជើងជាមេក្លោង,និងចិនកុម្មុយ

និស្តជាអ្នកគាំទ្រនោះ,កំពុងតែបន្តឥតស្រាកស្រាន្ត,នៅប្រទេសយួនខាងត្បូង,ទោះបីកិច្ចព្រមព្រៀងបញ្ចប់សង្គ្រាម,

ត្រូវបានចុះហត្ថលេខាអស់រយៈពេលជិតពីរឆ្នាំហើយក៏ដោយ(។)ដោយឡែកនៅសាធារណរដ្ឋខ្មែរ,សង្គ្រាមនេះមាន

សភាពកាន់តែសាហាវខ្លំាងឡើងរៀងរាល់ថ្ងៃ,ទោះបីរដ្ឋាភិបាលសាធារណរដ្ឋខ្មែរ,បានធ្វើសេចក្តីអំពាវនាវមួយលើកជា

ពីរលើក,សុំអញ្ជើញក្រុមខ្មែរម្ខាងទៀតចូលរួមអង្គុយតុចរចា,ដើម្បីបញ្ចប់សង្គ្រាមដែលបាននាំមកនូវទុក្ខវេទនាខ្លោច

ផ្សាដល់ប្រជារាស្ត្រខ្មែរស្លូតត្រង់អស់ពេលជិត៥ឆ្នាំហើយក៨ដោយ។

 

តើសង្គ្រាមនេះ,កើតឡើងដោយសារអ្វី(?)ក្នុងលក្ខណៈបែបណា(?)និងក្នុងគោលដៅអ្វីដែរ(?)

មតិអន្តរជាតិមួយភាគប្រហែលជានៅមានការស្រពិចស្រពឹលក្នុងរឿងនេះនៅឡើយ(។)រីឯមតិជាតិមួយភាគតូចក៏

នៅពុំទាន់យល់,ឬ”ធ្វើមិនយល់”,ចំពោះរឿងនេះដែរ។

មុននឹងទៅដល់សេចក្តីសន្និដ្ឋាន,ដើម្បីជាចម្លើយចំពោះសំណួរខាងលើនេះ,យើងសូមរំលឹកអំពីមូលហេតុធំចម្បងពីរ

យ៉ាងនៃសង្គ្រាមដែលកើតឡើងនៅក្នុងសាធារណរដ្ឋខ្មែរជាងបួនឆ្នាំមកហើយនេះ(។)មូលហេតុធំទី១,គឺយួនខាងជើង

ដែលជាប្រទេសកុម្មុយនិស្ត,តែមួយគត់នៅឧបទ្វីឥណ្ឌូចិន,មានបំណងចង់លេបត្របាក់ប្រទេសទាំងបីនៅជិតខាង

ខ្លួន,ដែលមិនមែនជាកុម្មុយនិស្ត,គឺវៀតណាមខាងត្បូង,លាវ,និងខ្មែរ,ដើម្បីបញ្ចូលប្រទេសទាំងបីនេះទៅក្នុង”សហពន្ធ

កុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិន”,ក្រោមការដឹកនាំនិងត្រួតត្រាផ្ទាល់របស់យួនខាងជើង,ស្របតាមបណ្តាំរបស់ខ្មោចហូជីមិញ(។)

មូលហេតុធំទី២គឺសេចក្តីលោភលន់ឥតព្រំដែនរបស់ស្តេចសីហនុដែលត្រូវប្រជារាស្ត្រខ្មែរហូតងារពីតំណែងប្រមុខរដ្ឋ(។)

គឺបណ្តាលមកពីមូលហេតុធំពីរនេះហើយ,ដែលបានធ្វើឲប្រជារាស្ត្រខ្មែរ,ដែលជាប្រជារាស្ត្រស្លូតត្រង់ស្នេហាសន្តិភាព

ប្រកាន់យកនយោបាយអព្យាក្រឹត,និងកាន់ព្រះពុទ្ធសាសនា,ត្រូវទទួលរងគ្រោះដោយអយុត្តិធម៍ក្នុងសង្គ្រាម

ឈ្លានពានតាំងពីឆ្នាំ១៩៧០,រហូតមកទល់ថ្ងៃនេះនៅពុំទាន់ចប់នៅឡើយ។

 

ហេតុអ្វីក៏មានការទម្លាក់ស្តេចសីហនុចេញពីមុខតំណែង?

ដើម្បីឆ្លើយនឹងសំណួរនេះ,យើងសូមវិលទៅរកប្រវត្តិសាស្ត្រ,និងព្រឹត្តិការណ៏ធំៗមុនថ្ងៃ១៨មីនា១៩៧០(។)ស្តេចសីហនុ

បានកាន់អំណាចផ្តាច់ការអស់រយៈពេល១៥ឆ្នាំ(។)ពីឆ្នាំ១៩៤១ដល់ឆ្នាំ១៩៥៥,សីហនុបានដឹកនាំប្រទេសក្នុងឋានៈជា

មហាក្សត្រ(។)ពីឆ្នាំ១៩៥៥ដល់ឆ្នាំ១៩៦០,ជារដ្ឋមន្ត្រីទី១(។)ពីឆ្នាំ១៩៦០ដល់ឆ្នាំ១៩៧០,ក្នុងឋានៈជាប្រមុខរដ្ឋ(។)ហេតុអ្វី

ក្នុងរយៈពេល៣០ឆ្នាំ,សីហនុមានឋានៈជាមហាក្សត្រផង,ជារដ្ឋមន្រ្តីទី១ផង,ហើយប្រមុខរដ្ឋផងយ៉ាងដូច្នេះ(?)រឿងនេះ

គេពុំមានអ្វីគួរឲងឿងឆ្ងល់ទេ(។)ដោយដឹងថាក្នុងឋានៈជាមហាក្សត្រ,អំណាចរបស់ខ្លួនត្រូវឋិតនៅក្នុងព្រំដែនចង្អៀត

ចង្អល់,ពីព្រោះកិច្ចការដឹកនាំរដ្ឋ,ត្រូវធ្លាក់ទៅក្នុងកណ្តាប់ដៃនៃរដ្ឋមន្រ្តីទី១,ហើយដោយមកពីមើលឃើញការវិវត្តន៏របស់

សាកលលោកឆ្ពោះទៅរករបបប្រជាធិបតេយ្យ,បានជានៅឆ្នា១៩៥៥,ស្តេចសីហនុបានដាក់រាជ្យ,ហើយផ្ទេរទៅឲឪពុក

របស់ខ្លួន(។)ចំណែកសីហនុក៏បានតាំងខ្លួនឯងជារដ្ឋមន្ត្រីទី១វិញ(។)បន្ទាប់ពីស្តេចសុរាម្រិតជាឪពុករបស់ខ្លួនស្លាប់ទៅ

នៅឆ្នាំ១៩៦០,ដោយពុំបានតែងតាំងស្តេចណាមួយគ្រងរាជ្យបន្ត,សីហនុដែលបានសម្រេចចិត្តដាក់រាជ្យនៅឆ្នាំ១៩៥៥,

ហើយស្បថស្បែរថានឹងមិនឡើងសោយរាជ្យទៀតទេនោះ,ក៏បានតាំងខ្លួនជា”ប្រមុខរដ្ឋ”វិញ,ដោយបញ្ជាឲរដ្ឋសភាធ្វើ

ការកែប្រែរដ្ឋធម្មនុញ្ញឲស្របតាមបំណងលោភអំណាចរបស់ខ្លួន,ចាប់តាំងពីថ្ងៃទី១២មិថុនាឆ្នាំ១៩៦០,រហូតដល់ថ្ងៃ១៨

មីនា១៩៧០,ដែលត្រូវធ្លាក់ពីតំណែងដោយសារតែអំពើក្បត់ជាតិរបស់ខ្លួន,ដែលប្រជារាស្ត្រខ្មែរពុំអត់ឪនឲបាន(។)

ពីព្រោះក្នុងកំឡុងពេលកាន់អំណាចជាប្រមុខរដ្ឋផ្តាច់ការ,ដែលឥតមានកំណត់ព្រុំដែនអាណត្តិនិងអំណាចនោះ,

សីហនុបានចាត់ចែងកិច្ចការ,និងនយោបាយរបស់ប្រទេសតាមតែអំពើចិត្ត(។)សីហនុចាត់ទុកយួនខាងជើងនិង

យៀកកុងដែលជាសត្រូវរបស់រាស្ត្រខ្មែរ,ហើយដែលធ្លាប់បានលេបត្របាក់ទឹកដីខ្មែរ,អស់មួយភាគធំកាលពីអតីតកាល

នោះថាជា”បងប្អូន”និងជា”មិត្ត”របស់ខ្លួន(។)ជាពិសេសចាប់តាំងពីឆ្នាំ១៩៦៥,សីហនុបានក្បត់នឹងនយោបាយ

អព្យាក្រឹតខ្មែរដោយអនុញ្ញាតឲទ័ពយួនខាងជើងនិងយៀកកុងចូលមកតាំងមូលដ្ឋានសឹកពាសពេញក្នុងទឹកដីខ្មែរ

ជាពិសេសក្នុងខេត្តខ្មែរទាំងឡាយនៅប៉ែកខាងកើត,តាំងពីរតនគីរីរហូតមាត់សមុទ្រ,ដើម្បីឲពួកនេះចេញទៅវាយ

ប្រហារវៀតណាមខាងត្បូង(។)ក្រៅពីនេះសីហនុបានអនុញ្ញាតដោយសម្ងាត់ឲយួនខាងជើង,និងយៀកកុងប្រើប្រាស់

កំពង់ផែកំពង់សោម,ដើម្បីដឹកនាំគ្រឿងអាវុធ,និងគ្រាប់រំសេវយកទៅផ្តល់ឲកងទ័ពរបស់ខ្លួនធ្វើសង្គ្រាមឈ្លានពាន

នៅវៀតណាមខាងត្បូង(។)ដោយបានសេចក្តីអនុញ្ញាតពីសីហនុតាមរយៈនៃកិច្ចព្រមព្រៀងសម្ងាត់មួយ,ពួកទ័ពយួន

ខាងជើងនិងយៀកកុង,ដែលចូលមកមកតាំងទីនៅលើទឹកដីខ្មែរ,បានប្រកាន់ឫកពាជាម្ចាស់លើទឹកដីនេះតែម្តង(។)

ពួកគេបានលួចប្លន់យកភោគផលរបស់រាស្ត្រខ្មែរ,តាមអំពើចិត្ត,ដើម្បីយកទៅចិញ្ចឹមទ័ពខ្លួនកំពុងធ្វើសង្គ្រាមនៅ

វៀតណាមខាងត្បូង(។)មិនតែប៉ុណ្ណោះ,ពួកឈ្លានពានទាំងនេះបានធ្វើបាបជិះជាន់រាស្ត្រខ្មែរស្លូតត្រង់,ដែលមិនពេញ

ចិត្តនឹងខ្លួន,ដោយឥតមានការរអែងអ្វីសោះឡើយ(។)នៅចំពោះមុខសភាពការណ៨បែបនេះ,ប្រជារាស្ត្រខ្មែរ,ជា

ពិសេស,ប្រជាពលរដ្ឋនៅតំបន់ទាំងឡាយដែលទ័ពយួនខាងជើង,និងយៀកកុងចូលកាន់កាប់,កើតក្តីក្តៅក្រហាយ

យ៉ាងខ្លាំង(។)បាតុកម្មជាច្រើនក៏បានផ្ទុះឡើងប្រឆាំងនឹងវត្តមានរបស់ទ័ពយួនខាងជើង,នឹងយៀកកុងនៅលើទឹក

ដីខ្មែរ(។)ជាដំបូងបាតុកម្មផ្ទុះឡើងនៅខេត្តស្វាយរៀងនៅថ្ងៃទី៨មីនា១៩៧០(។)នៅថ្ងៃបន្ទាប់មក,បាតុកម្មរបៀបនេះ

ក៏បានរាលដាលមកដល់ក្រុងភ្នំពេញ,និងខេត្តក្រៅខ្លះទៀត(។)ជាពិសេសនៅថ្ងៃ១១មីនា១៩៧០,បាតុកម្មដ៏គគ្រឺក

គគ្រេងបានផ្ទុះឡើហប្រៀបបាននឹងទឹកហូរបាក់ទំនប់,ពុំមានអ្វីអាចទប់បានប្រឆាំងនឹងស្ថានទូតយួនខាងជើង,

និងយៀកកុងនៅកណ្តាលក្រុងភ្នំពេញតែម្តង(។)ក្នុងបំណងសម្រុះសម្រួល,នៅថ្ងៃ១២មីនា,រដ្ឋាភិបាលស្រោចស្រង់ជាតិ

កាលណោះ,បានស្នើសុំឲយួនខាងជើងនិងយៀកកុង,ដកកងកម្លាំងរបស់ខ្លួនថយចេញពីទឹកដីខ្មែរឲអស់នៅត្រឹមថ្ងៃ

១៥មីនា១៩៧០(។)តែយួនខាងជើង,និងយៀកកុងឥតបានយកចិត្តទុកដាក់ដល់សេចក្តីស្នើរបស់ខ្មែរនេះទេ(។)នៅ

ព្រឹកថ្ងៃ១៦មីនា,បាតុកម្មដ៏ធំមួយក៏បានផ្ទុះឡើងជាថ្មីទៀតនៅក្រុងភ្នំពេញ,ទាមទារឲទ័ពយួនខាងជើង,យៀកកុង

ញាប់ថយចេញជាប្រពីទឹកដីខ្មែរ(។)ដោយចង់ដោះស្រាយបញ្ហានេះឲបានឆាប់រហ័ស,និងដោយសន្តិវិធី,រដ្ឋាភិបាលខ្មែរក៏

បានស្នើបើកកិច្ចចរចាមួយលើកទៀតនៅថ្ងៃ១៦មីនានេះជាមួយនឹងពួកតំណាងយួនខាងជើង,និងយៀកកុងនៅ

ភ្នំពេញ(។)ប៉ុន្តែ,ដូចគេបានដឹងស្រាប់ហើយថា,កិច្ចចរចានោះពុំបានហុចផលនូវលទ្ធផលអ្វីបន្តិចបន្តួចសោះទេ,ដោយ

ពួកខាងយួនកុម្មុយនិស្តនៅតែប្រកាន់អាកប្បកិរិយារឹងត្អឹងនឹងលាក់ពុតដដែល,ជាពិសេស,ពួកគេបានគេចវេះមិន

ព្រមនិយាយអំពីបញ្ហាដកកងទ័ពឈ្លានពានរបស់គេចេញពីទឹកដីខ្មែរ,ដែលជាកម្មវត្ថុតែមួយនៃកិច្ចចរចានោះទៀត

ផង(។)ពួកគេបានឆ្លើយទាំងព្រហើនថា,ទ័ពគេដែលចូលមកតាំងលើទឹកដីខ្មែរនោះ,គឺបានទទួលសេចក្តីអនុញ្ញាតពី

ស្តេចសីហនុ(។)នៅមុខសភាពការណ៏ដ៏ធ្ងន់ធ្ងរបែបនេះ,ក្រុមអ្នកដឹកនាំខ្មែរពេលនោះ,ក៏បានធ្វើសេចក្តីរាយការណ៏ផ្ញើ

ទៅស្តេចសីហនុ,ដែលកំពុងព្យាបាលរោគនៅប្រទេសបារាំង,ដើម្បីប្រាប់អំពីហេតុការណ៏ដែលកើតឡើង(។)តែគួរឲ

ស្តាយ,ក្នុងសាទូរលេខមួយច្បាប់ផ្ញើមកពីក្រុងបារីស៏,តបមកអ្នកដឹកនាំនៅក្នុងប្រទេសវិញ,សីហនុមិនត្តឹមតែចេញ

មុខ,កាន់ជើងយួនខាងជើង,និងយៀកកុង,ថែមទាំងបានចោទបាតុករខ្មែរ,ដែលប្រឆាំងនឹងវត្តមាននៃទ័ព

យៀកកុង,យួនខាងជើងក្នុងទឹកដីខ្មែរ,ថាជាពួក”ក្បត់ជាតិ”ធ្វើតាមខ្សែញាក់ញុះញង់របស់ចក្រពត្តិអាមេរីកាំង(។)

សីហនុបានភ្លេចថាខ្លួនជាខ្មែរ,ហើយភ្លេចនឹកគិតដល់ប្រយោជន៏ជាតិជាធំ,បែរទៅកាន់ជើងពួកសត្រូវនឹងប្រជារាស្ត្រ

ខ្មែរទៅវិញ(។)នៅចំពោះមុខ,ឥរិយាបឋក្បត់ជាតិរបស់ស្តេចសីហនុ,សភាទាំងពីរ,គឺរដ្ឋសភានិងក្រុមព្រឹក្សារាជាណាចក្រ

រួមប្រជុំនៅថ្ងៃ១៨មីនា១៩៧០,បានធ្វើការសម្រេចចិត្តជាឯកច្ជន្តប្រកាសទម្លាក់ស្តេចសីហនុចេញពីតំណែងប្រមុខរដ្ឋ

ស្របតាមមាត្រា១២២នៃរដ្ឋធម្មនុញ្ញឆ្នាំ១៩៤៧។

 

ដោយក្តៅក្រហាយនឹងប្រជារាស្ត្រខ្មែរ,តាមរយៈនៃសផាទាំងពីរ,ដែលបានទម្លាក់ខ្លួនចេញពីមុខតំណែង,សីហនុក៏បាន

ផ្សាយសារមួយច្បាប់ពីក្រុងប៉េកាំងនៅថ្ងៃ២៣មីនា១៩៧០,អំពាវនាវហៅកងទ័ពយួនខាងជើង,យៀកកុង,ដែល

បានមកតាំងទីពាសពេញលើទឹកដីខ្មែរស្រាប់,តាមការសមគំនិតរបស់ខ្លួននោះឲបើកការវាយប្រហារប្រទេសខ្មែរ,

ដើម្បីជួយខ្លួនឲវិលត្រឡប់មកកាន់អំណាចវិញ(។)តាមេសេចក្តីអំពាវនាវហៅរបស់ស្តេចក្បត់ជាតិឈ្មោះសីហនុ,ដែលត្រូវ

រាស្ត្រខ្មែរទម្លាក់ពីតំណែងនេះ,ទ័ពយួនខាងជើងនិងយៀកកុងក៏បានចាប់ផ្តើមបើកការវាយប្រហារយ៉ាងចេញមុខ

និងយ៉ាងសាហាវព្រៃផ្សៃក្នុងប្រទេសខ្មែរ,តាំងពីថ្ងៃ២៩មីនា១៩៧០រហូតមក។

ឥឡូវនេះបួនឆ្នាំប្លាយកន្លងមកហើយ,សីហនុឋិតនៅឯក្រុងប៉េកាំងក្លាយខ្លួនជាអាយ៉ងរបស់ក្រុងប៉េកាំងនិងក្រុង

ហាណូយ,ដែលទុកប្រើប្រាសសំរាប់ផែនការពង្រិចទឹកដីនិងមនោគមវិជ្ជារបស់គេ(។)ចិនកុម្មុយនិស្តនិងយួនខាងជើង

បានផ្តល់លុយកាក់,និងជំនួយគ្រប់បែបយ៉ាងដល់រដ្ឋាភិបាលនិរទេសរបស់សីហនុសំរាប់រស់(។)គោលបំណងរបស់សីហនុ,

គឺចង់វិលត្រឡប់មកកាន់អំណាចវិញ,ក្រោមការហែហមការពារនៃទ័ពយួនខាងជើង,យៀកកុង,និងក្រោមក្លស់បាំង

របស់ចិនកុម្មុយនិស្តដោយមានភ្លេងម៉ុងសាយហែកំដរផង(។)ក្នុងសម្ភាសន៏មួយដែលបានធ្វើជាមួយអ្នកកាសែតស្រី

ជាតិអ៊ីតាលីម្នាក់ឈ្មោះអូលីយ៉ាណាហ្វាឡាស៊ី,ហើយដែលត្រូវបានកាសែតអឺរុបនិងអាស៊ីជាច្រើន,លើកយកទៅផ្សាយជា

ហូរហែនៅដើមខែកញ្ញាឆ្នាំ១៩៧៣,សីហនុបានប្រកាសថាខ្លួនធ្វើសង្គ្រាមដើម្បីឲប្រទេសខ្មែរក្លាយទៅជាប្រទេសកុម្មុយ

និស្ត,តែក្នុងពេលជាមួយគ្នានោះសីហនុក៏បានប្រកាសដែរថា,ប្រជារាស្ត្រខ្មែរជាង៩០ភាគរយមិនមែនជាកុម្មុយនិស្ត

ទេ។

 

តើសីហនុ,អាចសម្រេចដូចបំណងរបស់ខ្លួនប្រៀបបាននឹងការយល់សប្តិរាវម្ជុលក្នុងបាតសមុទ្រនេះបានដែរឬទេ?

នេះជាសំណួរដែលយើងសុំទុកការៈជូនមិត្តអ្នកអានឆ្លើយដោយខ្លួនឯងទៅចុះ(។)យើងគ្រាន់តែសូមរំលឹកថា,នៅពេល

ដេកយល់សប្តិយ៉ាងនេះ,សីហនុប្រាកដជាភ្លេចនឹកគិតថាខ្លួនត្រូវគេយកមកប្រើប្រាស់ក្នុងមួយរយៈ,ដើម្បីគ្រាន់តែធ្វើ

ជាឡប់ឡែ,បិតបាំងនូវផែនការឈ្លានពានរបស់ពួកកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិនប៉ុណ្ណោះ(។)សីហនុភ្លេចគិតថាខ្លួនជាអ្វីហើយ,

ហើយភ្លេចគិតថា”ប្រសិនបើប្រទេសខ្មែរក្លាយទៅជាកុម្មុយនិស្តដូចការយល់សប្តិមែន”,តើខ្លួនសីហនុអាចចូលចុះ

ជាមួយនឹងពួកខ្មែរក្រហម,ដែលក្រុងហាណូយបានបណ្តុះបណ្តាលសំរាប់ឲបំរើនយោបាយពង្រិចទឹកដីនិងមនោគម

វិជ្ជារបស់គេនោះដែរឬ(?)អ្នកណាក៏នៅចាំបានដែរថា,កាលនៅកាន់អំណាចផ្តាច់ការ,សីហនុធ្លាប់ចាត់ទុកពួកខ្មែរ

ក្រហមជាពួកជន”ក្បត់ជាតិ”,ថាជាសត្រូវស្លាប់រស់របស់ខ្លួន,ដែលមិនអាចរស់នៅក្រោមដំបូលតែមួយបាន(។)ក្នុងសារ

ថ្លែងតាមវិទ្យុកាលពីថ្ងៃ៥តុលា១៩៦៨,សីហនុកាលនៅជាប្រមុខរដ្ឋ,បាននិយាយទៅកាន់អស់លោក,ហ៊ូនឹម,ហ៊ូយន់,

ខៀវសំផន,ភោគឆាយ,ហើយនិងបក្សពួកថា៖”...ខ្ញុំសីហនុនឹងប្រយុទ្ធប្រឆាំងទល់នឹងអស់លោកទាំងនោះរហូតដល់ទី

បញ្ចប់,រហូតដល់ពេលណាធ្វើឲផុតកំពូជខ្មែរដែលមិនមែនខ្មែរ,ទោះបីសីហនុខ្ញុំត្រូវស្លាប់ក៏ដោយ...”។

តាមពិតសីហនុ,ប្រាកដជានៅចាំពាក្យសំដីទាំងនេះរបស់ខ្លួនជាងនរណាទាំងអស់(។)ក៏ប៉ុន្តែ,សីហនុត្រូវក្បត់សំដីឯង,

យកការយល់សប្តិជាការពិត,ហើយសុខចិត្តលេបគ្រាប់គ្រួសជំនួសគ្រាប់ស្ករ,ជាជាងនៅមាត់ទំនេរ(។)សីហនុដឹងច្បាស់

ថាខ្លួននឹងត្រូវគេបោះបង់ចោលនៅពេលណាពួកកុម្មុយនិស្តសម្រេចនូវគោលបំណងរបស់គេហើយ(។)ក៏ប៉ុន្តែដោយ

គំនុំរបស់ខ្លួនចង់សងសឹកប្រជារាស្ត្រខ្មែរ,ដែលបានទម្លាក់ខ្លួនពីមុខតំណែង,សីហនុក៏ពេញចិត្តធ្វើឡប់ឡែ,បិតបាំង

នូវគំរោងការឈ្លានពានរបស់ពួកកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិន,ទោះបីដឹងថាខ្លួនពុំអាចវឹលត្រឡប់មកកាន់អំណាចវិញក៏

ដោយ។

 

ក្នុងសង្គ្រាមឈ្លានពាន,ដែលកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិនបានយកឈ្មោះសីហនុមកធ្វើជាឡប់ឡែនេះ,ពួកគេបានឃោសនា

បោកប្រាសមតិអន្តរជាតិថាជា”សង្គ្រាមរំដោះទឹកដីខ្មែរ,ពីកណ្តាប់ដៃនៃចក្រពត្តិអាមេរិកាំង”(sic),ការឃោសនាភូត

ភរនេះ,ជាដំបូងបានធ្វើឲមតិសាធារណៈមួយភាគតូចដែលកំពុងបានដឹងការពិត,ឬមិនព្រមទទួលការពិត,មានការ

យល់ច្រឡំជឿតាមទាំងងងិតងងល់(។)តែទីបំផុត,ការពិតនៅតែជាការពិតដែលពុំអាចលាក់បំបាំងបាន(។)ក្នុងរយៈ

ពេល៤ឆ្នាំកន្លងមកនេះ,មតិអន្តរជាតិកាន់តែយល់ដឹងនូវការពិតនេះ,គឺសង្គ្រាមដែលកើតឡើងនៅក្នុងស្រុកខ្មែរ

រហូតមកដល់ពេលនេះ,ជាសង្គ្រាមឈ្លានពានដែលពួកកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិន,មានយួនខាងជើងជាមេក្លោងបង្កឡើង,

ក្នុងគោលបំណងជ្រលក់ក្រហមទឹកដីខ្មែរ,បង្ខំឲរាស្ត្រខ្មែរទទួលយកនូវរបបមនោគមវិជ្ជាមួយដែលរាស្ត្រខ្មែរពុំចង់បាន

ទាល់តែសោះ(។)នេះជាគម្រោងការ,របស់ពួកបរទេសឈ្លានពានក្នុងដំណាក់ការទី១(។)នៅដំណាក់ការទី២,គឺកាលណា

ជ្រលក់ក្រហមទឹកដីខ្មែរហើយ,ពួកឈ្លានពាននឹងអនុវត្តបណ្តាំរបស់ខ្មោចហូជីមិញ,គឺបញ្ចូលប្រទេសទាំង៣នៅអតីត

ឥណ្ឌូចិនទៅក្នុង”សហពន្ធកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិន”,ក្រោមការត្រួតត្រាផ្ទាល់របស់ក្រុងហាណូយ(។)ពេលនោះហើយ,ដែល

មាតុភូមិខ្មែរ,ប្រជាចាតិខ្មែរ,ពូជសាសន៏ខ្មែរ,និងព្រះពុទ្ធសាសនា,នឹងត្រូវរលាយសាបសូន្យ,បាត់ឈ្មោះពីពិភពលោក។

ទាំងនេះហើយដែលជាមូលហេតុ,ជាលក្ខណៈ,និងគោលដៅនៃសង្គ្រាមដែលពួកកុម្មុយនិស្តឥណ្ឌូចិនបានបង្កឡើងនៅ

ក្នុងស្រុកខ្មែរ,ក្នុងរយៈពេលជាង៤ឆ្នាំកន្លងទៅនេះ៕

Repost 0
Published by ថាច់ផែន - dans Histoire politique du Cambodge
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 08:17

LA MARCHE VERS L’OUEST – INDOCHINE EN L’AN 2000

Par Noun Khieun

 

Traduction non officielle par Sangha OP

 

Lorsque le sage désigne la lune, l’imbécile regarde le doigt.

 André Gulcksmann

 

 

Avertissement : Cet essai est écrit par un historien et intellectuel khmer, engagé dans la vie politique de son pays. L’auteur a écrit cet essai pendant la période (1969-1970) où le Cambodge était menacé par l’implantation, au mépris de la loi internationale, des forces armées communistes vietnamiennes de 50 000 hommes dans son territoire. Il faut noter que le 24 mai 1970, ces forces ont attaqué l’armée khmère sans faire la déclaration de guerre. Cette époque l’auteur n’avait que 24 ans, mais à cet âge de raison, M. Noun Khieun n’hésitait pas à montrer à ses compatriotes combien le Cambodge est fragile par ses faiblesses économiques vis-à-vis de ses voisins. Son pronostic sur l’avenir du Cambodge s’avère juste aujourd’hui.

 

Epilogue

 

La participation de chaque khmer à la défense de son pays qui se trouve dans une région où la menace est permanente sur son existence, est une aide précieuse. Cette volonté n’est pas le fruit du hasard ; c’est un sentiment qui se cristallise autour de la haute valeur de la culture, de la civilisation et en particulier de l’histoire de son pays.  

 

L’histoire de notre nation est indiscutablement notre héritage que nos ancêtres nous ont légué et que nous assumons entièrement aujourd’hui. Cet héritage fait naître une conscience nationale. Nous sommes donc le fruit de cet héritage.

 

Malgré ses défaites répétitives à partir du XIIIème, après  avoir connu pendant une longue période de gloire (VIIIème au XIIIème siècle), la civilisation khmère est encore là, debout et vivant dans le monde d’aujourd’hui. En revanche, beaucoup d’autres grandes civilisations, comme Chaldée, Assyrie, Grèce, Rome etc. sont hébergées seulement dans les musées et les livres d’histoire.

 

Ceci nous montre bien que le peuple khmer  savait se battre pendant 6 siècles et il continue de se battre contre toutes sortes d’agressions à son égard. Il n’accepte jamais d’être vaincu. Cette volonté de vaincre est sans aucun doute notre destin supérieur.     

 

Au XIXème siècle, le nombre de la population khmère était à peine un million habitants   (800 000, selon un savant français). À cette époque, nous avons cru que la fin de notre peuple est proche. Au lieu d’être un peuple condamné à disparaître, le peuple khmer redevient aujourd'hui comme un peuple qui sait transformer son pays en un État moderne et scientifique. Et actuellement, le régime féodal, monarchie absolue, qui était le fardeau de notre peuple et la source de la décadence de la nation khmère, est destitué par le peuple khmer. La victoire sur ce régime est acquise. Cette fois-ci, nous regardons la lumière de notre fierté avec courage. Il n’y a plus d’obstacles qui nous empêchent de marcher vers une un monde meilleur. Aujourd'hui, le nombre de la population khmère est de 8 millions habitants, sans compter les Khmers krom et les Khmers vivant en Thaïlande dont le nombre est environ de 3 à 4 millions personnes. Ici 30 ans, le nombre de la population khmère va atteindre 15 millions habitants. La question est donc de savoir : Avec 15 millions habitants, la nation khmère sera-t-elle encore menacée de mort par ses voisins ou les grands puissants étrangers ?

 

Demain, nous continuons de vivre. La question est de savoir : comment nous allons vivre ? vivre pour vivre ou vivre dans la prospérité et la dignité. Si c’était seulement vivre dans la pauvreté extrême et sans la dignité, il faut mieux mourir que vivre. Pour éviter de vivre dans la pauvreté comme le peuple khmer a vécu pendant 6 siècles, il faut reconstruire le nouveau Kampuchéa sur une base de démocratie politique et sociale. Cette base est la nouvelle fondation de notre Nation.

 

Je pense que si l’application de la démocratie dans la vie de tous les jours de la population et partout dans le pays est seulement sur le papier, notre peuple ne pourra jamais débarrasser de la peur, de l’ignorance et du manque de confiance en soi.

 

Nous le savons que la volonté de changer la mentalité est le désir le plus difficile à réaliser, surtout, si cette mentalité s’incruste dans notre esprit depuis plusieurs siècles. Mais, le désir du changement n’est pas non plus une chose irréalisable. Dans le cas de notre pays, il suffit que nos dirigeants aient le courage et le bon sens de bâtir une stratégie politique claire et cohérente, à laquelle, le peuple khmer adhère totalement.  Il faut savoir que le plus difficile à faire, c’est de franchir le premier pas en avant, parce qu’il représente le pas de la réussite de notre révolution.     

 

Je suis un optimiste de nature, c’est pourquoi, j’écris cet essai, dans lequel, il y a des idées nouvelles pour notre Nation. Ces idées sont, peut-être, un peu hors temps pour nos compatriotes et elles peuvent aussi les choquer. Ils pensent que celui qui écrit cela est sans doute un rêveur.    

 

Je suis un Khmer, né à six kilomètres du temple l’Angkor Wat. J’aime ce temple comme mes propres biens. Angkor Wat est pour moi un trésor inestimable pour la Nation khmère. Il symbolise la gloire de l’ère Angkor Thom. A chaque fois, je le rends visite en tant que historien et adorateur, il me rend mélancolique : un désir de revoir le Kampuchéa redevient un grand pays et puissant comme dans le passé. Enfin, j’ai une seule idée en tête pour écrire cet essai : Défendre les intérêts supérieurs de mon pays.

 

Ces intérêts ont un lien avec l’avenir du pays et le peuple khmer. Pour cette raison, je ne crains pas d’en parler. Les idées dans cet essai, sont les fruits de mes recherches et de mes réflexions. Je voudrais donc en partager avec mes compatriotes afin qu’ils y réfléchissent aussi. Je demande aux Khmers, citoyens de leur pays, soient juges de mes propos. Je pense que si nous parlions aujourd’hui de l’avenir de notre pays, c’est pour moi, «un acte de patriotisme porté à son paroxysme». Je conviens en plus d’ajouter que ce paroxysme est la conscience nationale. Enfin, pour moi, si les Khmers s’intéressaient un peu à mes idées, je pense que mon objectif est déjà atteint.

 

Je demande aux lecteurs de m’excuser de certains excès dans mes propos, parce que je ne peux pas tout contrôler mes passions quand il s’agit de parler de l’avenir du pays. Il est normal qu’un homme est triste quand son esprit est envahi par un passé douloureux et un avenir incertain de son pays.

 

Mais, j’ai l’espoir en avenir de mon pays et je veux que mes compatriotes y aient aussi, parce que nos ancêtres nous avaient fait confiance. Cet espoir et cette confiance s’inscrivent dans notre mémoire collective, comme dit notre adage « le pays khmer ne périra jamais ! ».

 

Phnom Penh, décembre 1970.

 

Lettre ouverte aux compatriotes khmers.

 

Chers compatriotes au Kampuchéa,

Chers compatriotes au Kampuchéa Krom,

Chers compatriotes en Thaïlande,

 

Nous sommes aujourd'hui très loin de l’époque où l’on imposait à vous séparer de nous. Elle nous fait oublier notre lien de sang, depuis notre nation s’enfonça dans l’abîme. Actuellement, notre peuple est réveillé et il est conscient de la tragédie du passé. Cette tragédie nous avons fait verser beaucoup de larmes qui se transformaient en sang, lequel s’arrosaient tout notre corps depuis déjà plusieurs siècles. Pourquoi ces larmes ? C’est parce que nous sommes accablés par notre séparation forcée et laquelle nous fait oublier notre identité de bâtisseur du temple d’Angkor qui symbolise la gloire de notre Nation.

 

Un exemple provenant des Khmers du Kampuchéa Krom et en Thaïlande nous montre bien que l’identité khmère n’est pas perdue, parce que les Khmers partout où ils habitent se manifestent leur volonté de demeurer Khmer. Cette volonté nous donne l’espoir. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous devons nous montrer à nos ennemis que nous ne sommes pas un peuple qui accepte facilement d’être vaincu. D’ores et déjà, nous devons lutter afin que notre objectif final soit atteint. Bien entendu, le sang khmer va encore couler, mais ce sacrifice est un mal nécessaire pour montrer combien nous sommes déterminés à défendre notre pays et notre religion.

 

Avoir l’Espoir, c’est nos atouts dans notre combat, destiné à avoir une meilleure vie. Pour réaliser ce dont, il faut que nous cessions de croiser les bras en attendant que le ciel nous aide. Ensemble, levons-nous, comme un seul être, sera une force qu’aucunes autres forces ne puissent opposer. Nos voisins n’ont pas de pitié envers notre pays. Leur seule convoitise est d’exterminer notre peuple, notre langue, notre tradition et d’envahir le reste de notre territoire actuel.

 

Où se trouve notre espoir ? Chaque Khmer fixe ses yeux vers la capitale Phnom-Penh qui est le cœur de 13 millions âmes khmers dans la région d’Asie Sud-Est. A la base, il y a toujours un groupe d’hommes qui enflamme l’opinion par son verbe, son allure, son patriotisme, sa pureté. C’est à partir de cette base, notre rêve pourra devenir une réalité. Cet espoir nous donnera une occasion  de nous réunir comme un seul peuple pour bâtir à nouveau la gloire de notre Nation. Ce moment là, nous nous rencontrerons, nous nous serrerons la main et nous nous embrassons avec larme de joie. Nous le savions que cette réalité-là est loin d’être réalisée ou peut-être, elle ne saurait jamais réalisée. Mais notre espoir existe aujourd’hui. Il est donc notre premier pas. L’espoir est notre potion magique qui peut faire renaître notre âme nationale.

 

Mes chers compatriotes, nous sommes en train de vivre à nouveau dans l’ère d’espoir. À partir aujourd'hui, nous nous tenons nos mains dans un seul but : l’union et la nouvelle vie de notre Nation khmère.

 

Introduction :

 

En tant que Khmer, vivre et mourir dans son pays et en tant qu’Historien, je dédie cet essai à la renaissance de la conscience du peuple khmer et à la compréhension croissante entre les nations qui est l’unique facteur de cohabitation dans la paix dans le monde.

 

Est-ce que le Vietnam devienne-t-il l’Allemagne nazie en Asie Sud-Est, en particulier au Kampuchéa ?

 

Je ne peux pas évoquer ce sujet sans que mon esprit soit envahi par la désolation. Et en tant que Khmer, mon obsession d’aujourd’hui, c’est la question de survivre de mon pays et, je sais que personne ne saurait prévenir sa destinée. Toutefois l’histoire confirme le contraire. Certains faits historiques se répètent, il est donc possible de prévoir les aboutissements de ces faits.

 

Qu’est-ce que la leçon de l’histoire ?           

 

Mon but n’est pas d’écrire un livre d’histoire. Néanmoins, il est nécessaire de rappeler ses principes de base pour avertir les lecteurs sur le caractère de mon essai dont le fondement est « déterminisme », pas « dogmatisme ».

 

Beaucoup des historiens posent des questions : est-ce que l’histoire, peut-elle nous fournir des leçons pour la société ? Est-elle utile pour les hommes ? Selon Hegel et Paul Valery, l’histoire pourrait y avoir un reflet pour les hommes et, elle pourrait aussi être inutile pour la société. Tout dépend des évènements historiques.

 

En ce qui me concerne, j’ai essayé de donner ici une opinion personnelle concernant la question posée ci-dessus.

 

L’histoire n’a pas son utilité. L’histoire ne se répète pas, néanmoins pas de la même façon. Les conditions sociales, politiques, économiques de chaque période sont différentes des uns aux autres. Ainsi, nous ne pouvions pas assimiler un fait historique à un autre. En tout cas, il ne puisse pas y avoir un modèle de l’histoire. Par exemple :

 

L’Allemagne était-il coupable du déclenchement de la première mondiale ?

 

L’Allemagne n’était pas le seul responsable. Les causes sont nombreuses et complexes. L’Europe avait une part de responsabilité dans cette guerre meurtrière, parce qu’elle avait créé au sein d’elle-même des rivalités violentes dans le domaine économique, industrielle, commerciale, politique, diplomatique et militaire. La crise économique sans précédente qui entraînait ensuite une crise du capitalisme international en Europe était aussi un des facteurs du déclenchement de la 1ère guerre mondiale.

 

Lorsque la 2e guerre mondiale s’éclate, on pense tout de suite que l’histoire se répète, parce que l’Allemagne était encore une fois le déclencheur de cette guerre.

Et pourtant, si nous examinons de près les situations sociales, économiques, politiques et militaires de l’Allemagne et du monde entier depuis Guillaume II à Hitler, nous constatons qu’il y avait une mutation radicale. Avec ces deux situations différentes, il n’est pas logique de dire que les causes du déclenchement des deux guerres étaient analogues. Nous savons que la seconde guerre mondiale était l’œuvre d’un seul homme, fou, qui était Hitler.

 

L’histoire a son utilité. On ne peut pas couper l’histoire en morceaux.  Aujourd'hui est le fruit du passé récent, et le passé récent, à son tour, est le fruit du passé lointain et ça remonte ainsi jusqu’au début de la naissance du monde.

 

Bien entendu, dans ce monde, tout est lié à tout. En tout cas, nous ne pouvons pas séparer le passé récent à l’époque antique et le présent au futur. Ainsi, l’histoire est sans doute le reflet du passé sur le présent et le présent sur le futur.

 

Revenons à notre question : Est-ce que le Vietnam devienne-t-il l’Allemagne nazie en Asie Sud-Est, en particulier au Kampuchéa ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de faire un rappel historique concernant les relations khméro-vietnamiennes depuis le début des contacts entre les deux pays.    

 

Le Vietnam et nous dans le passé

 

Le phénomène de migration des hommes d’une région à l’autre est un phénomène général dans l’histoire de l’humanité. Le cas du peuple vietnamien correspond bien au phénomène de la marche vers le sud des hommes de l'hémisphère nord.

 

En Europe, les hommes du nord, les Normands, les Germaniques, font le mouvement vers le sud depuis le Ve siècle jusqu’au XIe siècle. En Inde, les Aryens de peau blanche, descendent du Nord de la Russie vers le Sud et s’installent à l’Himalaya. Quant aux Indiens de peau noire, les Dravidiens et les Dekkan, migrent vers le Sud.

 

Au Nord et à l’Est du Kampuchéa, les Siamois, originaires de la province chinoise, Yunnan, commencent à migrer vers le Sud à partir du XIIe siècle et ils s’installent dans des provinces khmères de l’Est jusqu’à aujourd'hui. Ils continuent leur mouvement jusqu’au territoire de Malaisie. En Indochine, les Vietnamiens, originaires de Tonkin font le mouvement vers le Sud depuis le Xème siècle jusqu’au XIème siècle. Ils annexent plusieurs provinces du Champa, telles que Quang Tri, Hué et Tourane (Danang). Et, à partir du XVe siècle jusqu’au XVIIe siècle, le Champa est totalement annexé par les Vietnamiens. Dernière province du Champa, annexée, est Binh Thuan. En 1696, la totalité des territoires de Champa sont conquis et ils deviennent les provinces vietnamiennes d’aujourd’hui.

 

Après le Champa, les colons vietnamiens continuent leur avance jusqu’à Kampuchéa Krom (Cochinchine). Le delta du Mékong (territoire du Kampuchéa Krom), est fertile pour l’agriculture et riche en ressources naturelles, les poissons etc.

 

La population khmère de cette région n’était pas nombreuse. Au XVIIe siècle, le nombre était de 40 000 familles khmères, c’est-à-dire, à peu près 200 000 d’habitants, vivants sur un vaste territoire de 60 000 Km². Attirés par les ressources naturelles abondantes et la faiblesse de la densité de la population khmère, les Vietnamiens du delta du fleuve rouge sont venus s’installer dans le delta du Mékong. À partir du XVIIe siècle, les objectifs à court terme des Vietnamiens sont la conquête du Sud. Au début du XVIIe siècle, les Vietnamiens s’infiltrent discrètement dans les différentes provinces khmères, telles que, Baria (Preah Sourkir), Chanva (Bien Hoa), Prey Nokor (Saigon) d’aujourd'hui. Deux causes majeures qui permettaient aux Vietnamiens de venir s’installaient dans ces provinces sont : La négligence du gouvernement cambodgien et la guerre civile entre les prétendants du trône khmer. En 1651, le roi Khmer sollicite l’aide du roi vietnamien, Hien Vuong, pour résister à ses opposants politiques et armés. En compensation de son aide, Hien Vuong annexe deux provinces khmères Baria et Bien Hoa. Après quoi, les Vietnamiens continuent de mener leur politique de colonisation des terres khmères, ainsi, en 1696, la province Prey Nokor devient province vietnamienne. Au XVIIe siècle, les Vietnamiens, prenant les prétextes de défendre leurs intérêts contre l’invasion siamoise dans les provinces khmères de l’Est, décident d’envahir et annexer les provinces khmères suivantes : Peam (Ha Tien) et Kramoung Sâr (Rach Gia). Plusieurs provinces khmères étaient aussi annexées au cours du XVIIIe siècle : En 1731, Mé sâr (My Tho), Loung Hoa (Ving Long), en 1757, Psâr Dec (Sa Dec), Mouth Chrouk (ChauDoc), malgré la contestation du roi khmer. En 1765, le Kampuchéa Krom tout entier est tombé sous la domination vietnamienne, à l’exception de deux provinces, Trang (Soc Trang) et Chhroy Teûk Khmao (Camau), mais, en 1840, leur sort est décidé par l’ambition des Vietnamiens. À partir de ce temps, l’histoire du Kampuchéa Krom comme celle de Champa, font parties intégrantes de l’histoire du Vietnam d’aujourd'hui.

 

Le conflit entre les trois colonies de l’Indochine

 

Le rappel du passé douloureux de notre Nation est une pièce majeure sur l’évolution de l’histoire de l’Indochine. Ce rappel a pour but de réveiller notre conscience collective, afin de comprendre les causes de notre malheur. Les analyses de ces causes n’ont pas pour objectif d’insulter qui que soit, ou pousser à des peuples à se détester. En tout cas, il n’est pas dans les démarches des historiens. Notre travail consiste seulement à expliquer des faits historiques pour comprendre leur évolution.

 

Depuis toujours, la politique d’expansion du territoire, menée par le Vietnam et la Thaïlande, constitue une menace mortelle pour le Kampuchéa et le Laos. Avant l’arrivée des Français dans la région, au début du XIXe siècle, le Kampuchéa et Laos ont connu un destin tragique comme celui du Champa et ceux des autres pays, annexés par leurs voisins, dans le monde entier.

 

Sous le règne de l’empereur vietnamien, Minh Mang (1820-1841), le Kampuchéa était divisé en deux. Les lignes de démarcation étaient tracées à partir des limitrophes des provinces Pursat, Battambang, traversant le Tonlé Sap, Mlou Prey et Stung Treng jusqu’aux frontières vietnamiennes d’aujourd'hui. Ainsi, un tiers du territoire khmer au Nord du Tonlé Sap était sous le contrôle thaïlandais et le reste, était sous le contrôle vietnamien, dont le nom était Trân Tay Thanh. Ce territoire était placé sous le commandant d’un général vietnamien, Trung Minh Giang, dont le quartier général se trouvait à Phnom Penh (Nam Yân).     

 

Nous pouvons noter que pendant cette occupation permettait aux Vietnamiens d’annexer définitivement la province Teûk Khmao (Camau).

 

L’occupation de Trân Tay Than ne dure pas trop longtemps. La politique d’assimilation forcée du Général Trung Minh Giang provoque un soulèvement populaire. Ce soulèvement est dirigé par le prince Ang Doug, prince khmer, avec l’aide des Siamois. Battu par les Khmers, en 1841, le Général Trung Ming Giang s’est réfugié à Ang Giang. Ce retrait forcé marque aussi la fin de la politique de Trung Minh Giang au Kampuchéa.

 

En revanche, les Siamois continuent à occuper les provinces khmères, Siem reap, Battambang et Mlou Prey (Preah vihear actuel) jusqu’en 1907. Ces provinces ont été rétrocédées au Kampuchéa, grâce aux actions diplomatiques et à la pression militaire de la France sur le Siam. Néanmoins dans cette rétrocession, la France oblige de céder définitivement au Siam deux provinces khmères Trat et Chanthaburi. Au Laos, la situation était presque identique qu’au Kampuchéa. Début XIXe siècle, le pays était partagé entre le Vietnam et la Thaïlande. Il ne restait que deux petites provinces, Loung PreahBang et ChampaSak qui attendent à leur tour d’être annexées, s’il n’y a pas eu l’intervention de la France, le Laos aurait été annexé par ces voisins.

 

Bien entendu, au XIXe siècle, la France était sans aucun doute un frein efficace à bloquer l’ambition expansionniste du Vietnam et de la Thaïlande sur le Kampuchéa et le Laos.

 

Où est le danger ?

 

Où est notre danger ? Le Vietnam ou la Thaïlande ? Est-ce que la Thaïlande soit un danger pour l’avenir du Kampuchéa ?

 

La Thaïlande d’aujourd’hui a une population plus de 30 millions d’habitants. Elle se trouve au milieu de l’Asie Sud-Est continental et sur une terre fertile, possédant beaucoup de ressources agricoles, grâce au fleuve Ménam. Son emplacement au milieu d’une plaine riche permet à la Thaïlande de jouer un grand rôle dans cette région. En fait, la Thaïlande est un pays dont la superficie est très grande : Du Nord, elle atteint le Laos et la Birmanie et au Sud, elle atteint la Malaisie dont la distance est à peu près 2 000 km. En revanche, on constate qu’il y a l’absence d’unité géographique, politique et économique. La région riche est le delta du Ménam avec 460 Km en longueur, 200 Km en largeur. Cette région est le grenier du riz et le cœur économique de la Thaïlande. D’autres régions ne jouent qu’un rôle secondaire pour les Siamois où la population n’est pas d’origine siamoise. Au Nord, il y a les Karens, Chams et Laotiens ; Au Nord-Est, il y a les Khmers et Laotiens ; Au Sud-Est, il y a les Khmers, Vietnamiens et chinois ; Au Sud, il y a les Malaisiens de religion musulmane. Ces minorités vivent au tour du Ménam et ils sont très mécontents, parce que les siamois les considèrent comme des citoyens de seconde zone. Entre outre, ces régions sont en retard au point de vue de développement économique par rapport à celle de Bangkok et du long du fleuve Ménam où il y a une grande densité des Siamois et des Chinois. Cette situation provoque une naissance du mouvement séparatiste qui constitue un grand danger pour l’unité politique du pays.

 

Le grand problème de la Thaïlande d’aujourd’hui est la démographie galopante du peuple thaïlandais. La région du delta du Ménam ne peut plus supporter le poids de cette démographie et les terres au tour du Ménam ne sont pas riches pour nourrir tout le monde. Pour faire face à cette question, il est impératif pour le gouvernement de développer le secteur industriel. Il y d’autres solutions pour les Thaïlandais, le territoire khmer, la plaine du Mékong, le Tonlé Sap, Battambang qui sont riches en ressources agricoles, où il puisse nourrir plusieurs millions d’habitants. Pour cette raison, la Thaïlande se nourrit toujours de réoccuper cette région. Cette volonté est freinée aujourd’hui par des problèmes internes thaïlandais. Mais, dans l’avenir, si le développement de l’économie thaïlandaise ne pourra pas faire face à l’accroissement de la population, la ruée de la population thaïlandaise, accablée par la faim, vers la région riche de l’Est du Kampuchéa puisse devenir une réalité. Il faut noter que pendant la seconde guerre mondiale, ces provinces khmères citées ci-dessus ont été réoccupées en 1940 par la Thaïlande.

 

Actuellement, le Siam est préoccupé par la menace des minorités ethniques sur l’unité nationale. Ce problème interne lui empêche de développer davantage son ambition territoriale. Par conséquent, je pense que dans l’immédiat, le danger du Kampuchéa ne vient pas de l’ouest, mais plutôt de l’est.

 

Le Vietnam unifié constitue un danger pour le Kampuchéa

 

Si le Vietnam du Nord et le Vietnam du Sud se réunissaient, il se formera un grand pays dans le Sud-Est asiatique.

 

Nous le savons que la quantité de la population de chaque État n’est pas un facteur majeur pour déterminer sa force politique, mais plutôt, les qualités du peuple et l’évolution démographique, sont sans aucun doute des facteurs importants pour déterminer la force politique d’un pays.

 

Nous constatons que le Vietnam possède indiscutablement ces trois facteurs :

 

Le nombre important de la population lui permette de dominer l’Indochine ;

La démographie galopante ;

Les qualités de son peuple.

 

Ainsi, nous pouvons comparer le peuple vietnamien au peuple japonais et allemand. Le peuple vietnamien est peuple intelligeant, énergique, courageux et en particulier battant etc. L’histoire du Vietnam nous montre bien que son peuple fait tout temps la guerre contre ses voisins, Cambodge, Thaïlande, Laos et même entre les Vietnamiens. Ces guerres durent depuis plusieurs siècles et nous en posons la question : Comment ces guerres puissent s’arrêter, même après la fin de la guerre d’aujourd'hui.

 

Le destin du peuple vietnamien est guidé par la guerre de conquête territoriale. Cette guerre continue aujourd’hui et continuera encore demain.

 

Cette guerre renforce le peuple vietnamien à devenir un peuple déterminé dans sa lutte, enduré dans sa souffrance et persévéré dans son projet. Cela lui permet de mener des combats violents. Je pense qu’en effet, ces guerres constituent un facteur psychologique important pour le peuple vietnamien. Rappelons-nous bien, qui ont envahi le Cham et Kampuchéa Krom ? Les Vietnamiens.

 

Dans le passé, les Vietnamiens étaient des prisonniers chinois, chassés du Nord, errants, pauvres, venant s’installer dans le Sud comme soldats et colons. Au début, ils s’étaient discrets et ensuite ils commençaient à se quereller avec les propriétaires du lieu jusqu’à ces derniers se retiraient pour s’installer ailleurs. Ce phénomène recommence au Kampuchéa Krom d’aujourd’hui. Notre inquiétude est donc confirmée.

 

Colonialisme territorial ou colonialisme économique ?

 

La conquête territoriale par la force armée est révolue au XXe siècle. Actuellement, de nombreuses institutions internationales comme l’ONU, opinions publiques internationales, organismes de défense de la paix, alliances politiques etc. sont des forces d’opinion qui empêchent la conquête territoriale d’une nation sur l’autre. Mais, notre inquiétude se repose sur une nouvelle forme du colonialisme, celle de l’économie. Le Vietnam du Nord possède une grande force industrielle et celui du Sud est riche en ressources agricoles. Leur complémentarité permettra le Vietnam unifié de devenir une force économique dans le Sud-Est asiatique. La richesse des ressources minières, énergétiques, le développement du système du marché moderne dans les grands pays et la qualité des agriculteurs, etc. ceux-ci existent réellement dans Vietnam d’aujourd'hui. Ils constituent, en effet, les facteurs du développement économique de ce pays, malgré la destruction de toutes sortes d’infrastructures durant ces dernières années. Les Etats-Unis d’Amérique ne pourront pas abandonner le Vietnam dans la misère après la fin de la guerre. Pour se montrer sa bonne volonté, ils aideront ce pays à reconstruire. Ainsi, l’économie du Vietnam dépassera celle de ses voisins. Cela entraînera le Kampuchéa dans le premier temps à perdre son indépendance dans le domaine économique et ensuite dans le domaine politique. L’histoire parlera encore une fois, la marche vers l’Ouest du peuple vietnamien. Ce mouvement vers l’Ouest a un caractère naturel comme le courant d’eau qui coule du haut vers le bas. Ce «bas» n’est que le Kampuchéa où il n’y a pas des obstacles naturels qui empêchent l’eau vietnamienne de venir inonder la terre Khmer. Ceci est un phénomène géographique.

 

La politique du Grand Vietnam ?

 

Il n’y a aucune formule magique pour lire l’avenir de notre pays. Néanmoins, il est dans notre devoir d’avoir un minimum de prévision en tenant compte les faits historiques du passé dans le monde. Les exemples ne manquent pas dans l’histoire récente de l’humanité, parmi lesquelles, celle de la seconde guerre mondiale est encore marquée dans la mémoire de chacun de nous, à savoir : L’ambition d’Hitler de conquérir un espace vital pour le peuple allemand. Cette ambition, à l’époque, s’inscrivait dans la politique nationale de l’Allemagne. Elle était fondée, d’une part sur la supériorité du peuple allemande sur les autres peuples en Europe, à l’Est comme à l’Ouest, c’est-à-dire, les Slaves et les Latins. Cette supériorité, selon les dirigeants nazistes, donnait le droit au peuple allemand pour son bien-être d’occuper un grand territoire. Cette ambition était favorisée par le développement extraordinaire de l’économie de l’Allemagne, à noter, le secteur industriel et militaire. Personne n’avait pu croire que cette ambition aurait pu arriver par une volonté d’un seul homme, Hitler. 

 

Pour commencer, les dirigeants allemands nazistes revendiquaient le retour dans la Nation allemande, une partie des territoires de l’Europe central et de l’Ouest où il y a des allemands et ceux qui parlent la langue germanique y habitent. Ces dirigeants encourageaient les Allemands qui vivaient dans ces territoires à créer le parti naziste. Une fois, ces mouvements autonomistes ou mouvements séparatistes étaient mis en place, ces mouvements faisaient appel à la mère-patrie allemande de venir leur aider par les moyens militaires et diplomatiques. Ainsi, les Nazistes ont pu réaliser leur but noir de transformer, en provinces allemandes, l’Autriche en 1936 et la région des Sudètes, à l’Est de la Tchécoslovaquie, où y vivent trois millions d’Allemands. Ensuite, la Tchécoslovaquie tout entier qui fut placée sous la domination allemande. Cet exemple, nous laisse donc à nous poser la question : Est-ce que cet événement pourra se produire à nouveau dans l’histoire de l’humanité ?

 

Bien sûr, compte tenu du caractère de répétition des faits historiques, cet événement pourra se reproduire à n’importe quel moment. Par exemple, après la seconde guerre mondiale, l’URSS a envahi les pays de l’Asie centrale, parce qu’elle était économiquement et militairement forte. Il y ait un risque éventuel pour les petits pays d’être agressés par les grands puissants.

 

 L’exemple de l’Allemagne, pourra-t-il se produire en Indochine ? L’avenir nous dira. Néanmoins, pour contribuer dans ces réflexions, nous essayons d’analyser la situation politique et économique de l’Indochine.                        

 

Le peuple vietnamien est incontestablement un peuple dynamique et possède les qualités intellectuelles importantes. L’économie du Vietnam après la guerre sera une économie puissante et moderne. En outre, le peuple vietnamien aura un niveau élevé dans le domaine éducatif, scientifique et technique. Son pays aura une force armée puissante dans la région de l’Asie Sud-Est. Cette force n’est-elle pas une menace pour les pays voisins ? Il faut rajouter qu’il y ait des Vietnamiens qui vivent actuellement dans les pays suivants :

 

500 000 personnes au Kampuchéa ;

70 000 personnes au Laos ;

50 000 personnes en Thaïlande.

 

Aujourd'hui, cette présence des Vietnamiens dans notre pays constitue déjà un souci majeur pour le pays. Et demain, si les Vietnamiens continuent de pénétrer clandestinement en grand nombre au Kampuchéa, ce souci deviendra un fardeau économique et politique pour notre nation. Il faut bien noter que ces Vietnamiens ne veulent jamais intégrer dans la société où ils vivent. Ils préservent toujours leur mode de vie, leur tradition et continue d’avoir un lien sentimental très fort avec leur mère-patrie.

 

Pour toutes ces raisons citées, nous considérons que le peuple vietnamien représente sans aucun doute un grand danger pour notre pays. Le Vietnam fort donnera davantage la fierté aux colons vietnamiens partout où ils habitent. Avec ses réseaux économiques et politiques dans le monde, le Vietnam deviendra rapidement un puissant économique en Asie. C’est seulement question de temps parce que toutes les conditions pour permettre le Vietnam deviennent grand pays puissant de la raison, sont presque réunies.

 

Nous pouvons en conclure sans ambages que la renaissance nationale vietnamienne, en premier lieu, son développement économique et sa propagande idéologique, constitue une menace réelle pour notre nation d’aujourd’hui et de demain.

 

 

En ce qui concerne les Chinois du Kampuchéa, compte tenu de la situation géopolitique de notre pays, de leur capacité et de leur volonté à intégrer dans notre société khmère, je pense qu’ils ne présentent pas une menace pour notre pays.

 

L’avenir vital de notre pays dépendra donc de notre capacité à faire face au danger cité ci-dessus. Quelle sera notre force nationale qui permet de faire face à ce danger mortel ?

 

La réponse est dans nos possibilités et nos capacités à agir devant cette menace.

 

Comment faire ?

 

Nos analyses n’ont pas pour but de considérer le peuple vietnamien comme notre ennemi. En revanche, nous souhaitons sincèrement que le peuple vietnamien nous considère comme son ami. Le passé, c’est le passé. Dans notre esprit, nous n’aimons pas mélanger le passé, le présent et le futur.

 

Notre idéal d’aujourd’hui, comme celui des peuples civilisés dans le monde, est de construire notre avenir, lequel sera basé sur la compréhension réciproque entre les nations et les peuples. Nous ne souhaitons pas que notre tragédie se répète parce que notre idéal dépendra d’elle. Aujourd’hui, nous sommes assurés par les dirigeants vietnamiens qu’ils respectent la souveraineté et l’intégralité territoire de notre pays. Cette assurance est sans doute pour d’aujourd’hui et, demain ? Le peuple vietnamien continue-t-il de nous respecter ? Le temps passe et le monde change, chaque époque est différente et des solutions aux problèmes sont aussi différentes. Nous supposons que malgré la bonne foi du peuple vietnamien, est-ce que deux pays qui sont en contact permanent dont l’un est en développement fulgurant et l’autre en stagnation, le plus puissant ne menace-t-il pas le plus faible ? Dans cette situation d’inégalité de développement, il est logique que le plus faible soit menacé de mort par le plus fort. Notre pays d’aujourd’hui est dans cette situation.

 

En conséquence, il faut que nous sommes conscients de notre danger, parce qu’il existe réellement. Aucune arme spéciale puisse contenir l’ambition de l’homme, si on n’était pas conscient du danger encouru et ne connaît pas les devoirs en tant que le responsable. Pour nous, notre arme efficace qui puisse nous sauver, c’est notre conscience nationale. Avoir la conscience nationale, est la connaissance de la valeur sociale et culturelle de notre nation. En outre, cette conscience nationale, renforce notre patriotisme, et notre nationalisme. Le nationalisme politique et économique constitue l’unique arme pour notre survie en tant que nation.

 

Le nationalisme n’est pas seulement l’amour de la patrie, il est aussi un moyen pour revaloriser l’idéologie nationale et toute autre valeur qui favoris la réalisation de notre objectif, tel que le développement de la force nationale dans le domaine politique et économique. Dans cet objectif, notre premier devoir est de renforcer notre nationalisme, lequel constituera la fondation solide de notre nation. Cette fondation pourra transformer en idéologie nationale efficace. Autrement dit, pour que le mot  « nationalisme » soit dans son vrai sens, il faut que tous les éléments cités ci-dessus soient réunis. En outre, le développement du nationalisme dépendra le développement de la démocratie qui permettra au peuple de participer réellement et profondément dans les affaires de l’Etat. Cela renforcera réellement la justice sociale. S’il n’y avait pas « devoirs » en tant que citoyen responsable, il n’aura jamais le nationalisme. Ainsi, le sens du mot « amour de la patrie » se ressemble plutôt au son venant d’un tambour caché, auquel personne n’attache aucune importance.

 

Le facteur humain est le principal facteur de la construction nationale pour le haut progrès de la civilisation d’une nation

 

Lorsque le facteur humain devient un facteur responsable, il ne reste qu’à développer l’économie nationale comme un dernier devoir. Notre unique but, c’est le développement la force économique de notre pays pour faire face à celles des pays voisins. On dit toujours que l’économie dirige la politique. On dit aussi que, si l’économie est faible, il n’y ait pas l’indépendance nationale. Autrement dit, le mot indépendance nationale est vide de sens si l’économie est faible.

 

L’époque actuelle n’est plus une époque où l’on peut vivre en autarcie et l'on peut vivre sans avoir des relations économiques avec les autres pays. Il y a seulement deux grands puissants dans le monde qu’ils puissent réaliser leur indépendance économique. Ces deux puissants ont des richesses abondantes dont la nature a fourni. Nous le savons que notre pays n’a pas beaucoup de richesses naturelles, à l’exception d’une quantité très importante de l’alluvion fertile du Mékong et la chaleur du soleil, autrement dit, nous n’avons que trois ressources naturelles : eau, terre et chaleur du soleil. Ces trois ressources nous obligent en premier lieu à développer notre économie dans le secteur agricole. Nous devons considérer donc comme une priorité pour notre économie. Nous avons déjà les ressources, il nous reste à former la technique à nos paysans. Si notre agriculture était en développement maximum, notre pays sera en tête des pays de l’Asie du Sud-Est.

 

Ce développement, est-il une excellente base pour soutenir notre nationalisme et notre économie ? La réponse est oui.

 

 Ce qui nous manque aujourd’hui, c’est notre détermination de fer et notre volonté sans réserve pour pousser en avance le développement de notre agriculture. Avec notre détermination et notre volonté, la durée de Dix à Vingt ans seraient suffisante pour réaliser notre objectif. En outre, dans trente ans, le nombre de notre population sera de 15 millions d’habitants. Notre pays deviendra grand et riche dans la région de l’Asie Sud-Est.

 

Avec ces richesses, notre peuple n’aura plus de complexe d’infériorité vis-à-vis de nos voisins. Notre pays sera reconnu dans le monde entier comme pays qui remporte la victoire sur la pauvreté. Cette victoire sera la libération de notre peuple de la décadence perdurée pendant plus siècles qui écrase pendant longtemps déjà notre santé physique et moral de notre Nation. Cette renaissance nous donne, en effet, le courage, l’énergie et la confiance en notre valeur, dont nous avons besoin.

 

Conclusion

 

Dans un monde où la force économique est une force indispensable pour la survie de chaque pays et dans une région où il y a les troubles l’instabilité permanents, il est difficile pour nous de faire un pronostic sur l’avenir. Le Kampuchéa se trouve dans une zone géopolitique compliquée. A chaque étape de son évolution, il rencontre toujours des difficultés à surmonter. Pour construire le Kampuchéa pour qu’il devienne un pays développé, possédé une force économique suffisante pour faire face à l’expansion économique des pays voisins, le seul moyen, c’est de réunir notre force spirituelle et physique.

 

La survie de notre pays dans cette situation difficile dépendra totalement de notre détermination et de notre solidité. Rappelons-nous bien que la réussite du développement de notre économie repose sur la réussite de notre développement agriculture. Cette réussite est notre seul moyen pour faire face à l’impérialisme économique et au colonialisme de nos voisins. Pour terminer la première partie de mon essai, nous citons ici les paroles du docteur Nehru : « Dans le cas où notre économie serait encore faible, il est normal que nous ne puisse pas avoir notre politique extérieure parce que nous ne sommes pas maître de nous-même et notre indépendance nationale ne soit qu’une illusion pour nous. Ne soyons pas déçu, si nous ne savions pas comment faire pour aider nous-même ».

 

Phnom-Penh, le 24 novembre 1969

 

La marche vers l’Ouest

Document

 

Le dernier numéro du bulletin «Etudes Cambodgiennes» (n°18, avril-juin 1969, page 2), publié par le Ministère de l’information, Monsieur Charles Meyer, dans son éditorial, a écrit dans le cadre des relations Khméro-Vietnamienne : «La présence des colons vietnamiens sur le territoire khmer représente un danger politique auquel se manifeste dans certaines régions. On constate que les agents de propagande vietnamien mènent des actions en secret dans des différents villages et en outre, ils guident et conduirent les manifestants, suppôts de l’idéologie vietnamienne». Un peu plus loin, l’auteur a ajouté : «Un autre danger venant des problèmes Khméro-Vietnamien est l’implantation pacifique des immigrés vietnamiens en territoire khmer». «Pour éviter les bombardements américains, des centaines de familles se forcent de fuir leur foyer pour venir s’installer au Kampuchéa. Une grande partie de ces réfugiés, s’installera définitivement dans le pays après la fin de la guerre. Il est probable que des Vietnamiens, partisans des Américains et de l’autorité de Saigon, viendront aussi s’installer dans le territoire khmer après la guerre. Ce phénomène créerait sans aucun doute une grande inquiétude pour les Khmers frontaliers.

 

Ces propos, nous font savoir où sont le danger immédiat et à venir du peuple khmer ? Nous avons déjà soulevé le problème de la marche vers l’Est du peuple vietnamien. À part son caractère politique et idéologique, ce mouvement n’est que la représentation exacte de l’évolution historique de l’Indochine française : Au début, le peuple vietnamien fut mouvement vers le Sud par les chaînes de montagne annamite pendant neuf siècles. Au XIXe siècle, le Champa et le Kampuchéa Krom (année 1940), furent absorbés totalement par le Vietnam. Ainsi, Chhroy Teûk Khmao (Camau), province khmère, se trouve à l’extrême Sud de l’Indochine, fut tombée sous le contrôle vietnamien.

 

Dans l’avenir, la suite de l’expansion territoriale sera la marche vers l’Est, c’est-à-dire vers le Kampuchéa. La guerre du Vietnam depuis 1945 jusqu’à aujourd’hui, favoriserait déjà une infiltration inquiétante des vietnamiens au Kampuchéa. Si aujourd’hui, nous ne prenions pas des mesures efficaces pour face à ce problème, demain, il sera de plus en plus important.

 

Un autre facteur à tenir compte dans ce problème si compliqué, est l’accroissement rapide des vietnamiens vivants à l’étranger. L’inquiétude s’agrandit, si on tient compte le résultat d’enquêtes sur l’accroissement démographique, fondées sur des méthodes scientifiques : Le taux d’accroissement démographique du peuple khmer est de 2,5 % à 2,6 %. En revanche, celui du peuple vietnamien est supérieur que le nôtre, 3%%. En outre, ce taux va certainement augmenter plus de 3%, après la guerre. Cela pourrait créer des problèmes aux pays voisins. En outre, cet accroissement rapide pourrait aussi créer des problèmes agraires. Le Vietnam aurait sans doute besoin un espace suffisant pour nourrir à l’augmentation sans cesse de la population. Actuellement, le nombre de la population du Nord et du Sud réunis, est déjà 40 millions d’habitants. Avec ce nombre, le problème de terre se pose déjà. Lorsque le nombre de la population atteindra 80 millions d’habitants dans 20 à 30 ans, combien le problème de terre va-t-il augmenter ? Sauf, l’économie vietnamienne deviendra une économie dont les industries sont très puissantes. Cette situation permettra le Vietnam à résoudre son problème de terre. Sinon, beaucoup des Vietnamiens vont obliger de quitter leur pays pour venir s’installer sur les terres disponibles, lesquelles se trouvent au Kampuchéa. Quant au Laos, pays montagneux, d’après l’histoire, les vietnamiens n’aiment guerre y vivre parce qu’ils sont des hommes de la plaine et la plaine se trouve forcément au delta du Mékong. Il ne faut pas oublier, en l’an 2000, le nombre de la population khmère sera de 15 millions d’habitants, selon la prévision, basée sur la méthode scientifique, quant au nombre des vietnamiens, il sera de 70 à 80 millions d’habitants. Sans avoir trouvé des solutions aux problèmes démographiques, il risque de faire naître parmi les intellectuels et les nationalistes vietnamiens des idées ultranationalisme fondées sur une nouvelle théorie de l’espace vital. Si cette théorie naissait, l’avenir de notre Kampuchéa se souffrira énormément.

 

Par ailleurs, le nombre des colons vietnamiens au Kampuchéa est de plus en plus nombreux.  Actuellement, leur nombre est de 450 000 à 500 000 personnes, c'est-à-dire à peu près 7 % de la population khmère. Le taux de naissance chez les colons vietnamiens est supérieur que celui qui est chez notre population. Plus les infiltrations clandestines, le nombre des colons vietnamiens augmenterait sans cesse sur le territoire khmer. Nous avons constaté que les colons vietnamiens sont en général pauvres. Cette pauvreté génère beaucoup des problèmes sociaux : Vols, crimes, chômage, jeux hasard, prostitution etc.… Les Khmers en subiraient indiscutablement donc, toutes sortes de conséquences de leur contact avec les colons vietnamiens. Ceci est un problème sociologique, il faut que nous soyons conscients afin de préserver la pureté de notre société.

 

Une autre difficulté que nous soyons attentive pour notre avenir, est l’addition entre les colons vietnamiens et ceux des chinois. Actuellement, le nombre des étrangers est plus ou moins d’un million de personnes sur sept millions de notre population, c'est-à-dire sur sept Khmers, il y a un Chinois ou vietnamien. Cette situation pourrait créer un problème racial qui fait partie du problème de société. Par exemple, dans la Malaisie actuelle, il y a eu et il y a encore des problèmes de religion qui provoquent l’instabilité politique du pays. Les colons vietnamiens ne vivent pas en discrétion chez nous. Ils ont toutes sortes d’organisations : Religion et politique. Tout le monde est au courant de ceci. Actuellement, ils n’agissent pas parce que le Vietnam est en guerre. Leurs intérêts premiers sont de vivre en bonne entente avec l’autorité khmère. Quand la guerre sera terminée, et la réunification des deux Vietnam sera réalisée, que sera-t-il passé ?

 

Si la réunification des deux Vietnams ne soit pas possible pour raison politique, le monde entier prévoit qu’il y aura certainement une réunification économique et culturelle. Cette réunification transformera les deux Vietnams en un pays puissant en Asie. Cela réveillera la conscience des colons vietnamiens de leur force en tant que minorité ethniquement et politiquement dominante. Il y aura donc des diverses revendications dans le domaine social et politique. Cela sera un grand danger et entraînera sans cesse des troubles dans des relations khméro vietnamiennes. Nous avons affirmé ainsi, ne signifie pas, nous avons de haine héréditaire envers le peuple vietnamien. Cette affirmation n’est que nos réflexions sur des problèmes khméro vietnamiens. Ces problèmes existent dans l’histoire de l’humanité au XXe siècle.

 

Où est la solution ?

 

Résoudre les problèmes entre le Kampuchéa et le Vietnam, la bonne solution n’est pas l’utilisation de la force comme moyen. Parce que la force entraînera sans cesse une réponse par la force. Elle aggraverait la situation et entraînera une instabilité politique en Indochine. Nous voulons dire l’utilisation la force, veut dire, nous allons forcer les Vietnamiens à retourner ces eux par la force (le rapatriement forcé). Cette méthode aurait une mauvaise conséquence pour notre économie : Perte des techniques et le marché à l’intérieur du pays qui sont nécessaires au développement de nos industries. Même, le rapatriement forcé soit possible, mais il générerait des problèmes énormes qui sont au-delà de nos capacités. La méthode applicable et qui évite de créer trop de problèmes, serait de contrôler toutes les activités dans le domaine religieux, social et politique pour neutraliser toutes les préparations de mauvaises intentions des colons vietnamiens. Le plus important, serait la fermeture des frontières à l’immigration clandestine par le réseau économique et l’organisation crapuleuse. Il faut comprendre que l’infiltration temporaire des vietnamiens au Kampuchéa ne constitue pas un grand danger, mais l’implantation permanente avec la construction de maisons, l’exercice de métier de l’agriculteur et autres, s’enracine sur notre terre. Il est difficile pour eux avec des enfants et leur lien avec des amis sur place de retourner au pays. Notre frontière serait peuplée, en effet, de nombreux colons vietnamiens qui provoquent des conflits avec notre population, auxquels deviennent invivables pour ces derniers. Dans cette situation, comme le peuple khmer est un peuple paisible qui n’aime pas le conflit, se lui oblige de quitter les lieux pour aller vivre ailleurs. Voilà, les Vietnamiens ont pu occuper en silence la terre khmère. Il faut que nous en soyons conscients.

 

Notre espoir en face de ce péril pour notre nation, repose complètement sur le gouvernement de sauvetage national dont il est conscient. Si nous ne résolvons pas ces problèmes, notre avenir serait recouvert par de nuages noirs dans une Indochine conflictuelle.

 

Phnom-Penh, 23 décembre 1969

  

Indochine en l’an 2000

 

La théorie sur le rôle important de la population et de l’évolution de cette population dans la vie politique nationale et internationale, n’est pas une nouvelle théorie. Chaque région, par son peuplement, a sans doute une influence sur les dirigeants politiques de chaque pays ou de chaque région. Bien entendu, quand on place l’Homme au centre de toute forme du régime du gouvernement d’une nation ou une société, la population et le régime de gouvernement sont inséparables.

 

Le surpeuplement

 

Fondée sur la théorie citée ci-dessus, beaucoup des sociologues expliquent ceci : Les causes des guerres entre les nations et les mouvements révolutionnaires dans chaque pays et chaque région dans le monde, sont basées sur la situation et l’évolution de chaque peuple. L’histoire de l’humanité nous montre quelques exemples auxquels nous pouvons prendre comme base pour expliquer la théorie déjà citée : En l’an 1930, en Europe, l’Allemagne de l’époque Hitler et en Asie, le Japon de l’époque militarisme, avaient pratiqué une politique militarisme, provoquant le déclenchement de la guerre mondiale pendant plusieurs années, dans laquelle régnait la tristesse humaine. Les deux pays, de cette époque, sont des pays où il y avait le surpeuplement, auquel ne permettait pas aux dirigeants de mener une politique normale pour leur pays. Ils avaient donc choisi la politique de conquête territoriale par la force militaire sur les pays voisins. Leur unique but était la recherche de l’espace vital pour nourrir la population dont le nombre ne cesse d’augmenter de chaque année. Dans ce but, avant même la seconde guerre mondiale, le Japon avait conquis la Corée et la Mandchourie du Nord de la Chine. En outre, il menaçait certaines provinces de l’union soviétique. Cette conquête provoqua un conflit sino-japonais pendant plusieurs années, de 1938 jusqu’à 1945. Quant à l’Allemagne, durant des années 1938 à 1945, elle avait annexé l’Autriche, la Pologne et une grande partie de la Russie. On constate depuis l’année 1814 jusqu’à 1914, qu’il y ait un doublement de la population en Europe. Dès l’aube du XIXe siècle, ce continent avait connu le bouleversement qui remenait directement à la seconde guerre mondiale. Enfin, on constate que les pays sous-développés d’aujourd'hui, qui viennent de connaître le problème d’accroissement de la population en vitesse de flèche, rencontre en même le problème de révolution à laquelle est soutenue par le mouvement communiste international.  Cette révolution a pour but d’abattre la politique économique de l’ancien régime pour bâtir un pouvoir révolutionnaire dans lequel, il croit trouver des solutions efficaces pour résoudre des problèmes de société, en particulier des solutions aux problèmes d’accroissement de la population. Dans cette théorie, il y a des savants de réputation internationale comme Gaston Bouthoul, démographe français, avait considéré la guerre comme un système d’équilibrage de l’accroissement de la population dans le monde.

 

Un contre deux

 

Pour bien comprendre le péril qui pèse de manière permanente sur le Kampuchéa de demain, il est nécessaire de nous rappeler certaines réalités historiques comme repère. Dans l’évolution historique des trois pays, Khmer, Siam et Vietnam ; Les relations entre Khmer et Vietnam, les relations entre Khmer et Siam et enfin, les relations entre Siam et Vietnam, sont une permanence historique dans l’histoire des peuples de l’Indochine depuis plusieurs siècles. Le Siam est une nation jeune (née au XIVe siècle). Après l’invasion d’une grande partie du Nord-Est du Kampuchéa actuel, il poursuivait sa politique de séduction le pays Khmer pour le ramener sous sa domination, c'est-à-dire faire le Kampuchéa un protectorat siamois. Le but était de faire le Kampuchéa une ligne de défense contre les nouveaux ennemis, les Vietnamiens. De cette façon-là, le conflit entre le pays Khmer et Siam était un conflit entre une nation jeune et vieille. Il est normal, une civilisation jeune est toujours plus énergique que celle plus âgée. Pour cette raison, nous avons perdu beaucoup de provinces. En revanche, la marche du peuple vietnamien vers le Sud par les côtes du Champa et Kampuchéa Krom, avait pour objectif d’envahir pour annexer directement le territoire khmer et de supprimer la religion et la culture khmère, c’est-à-dire de transformer le pays Khmer en un nouveau territoire vietnamien. Ce sont des faits qui s’expliquent la politique vietnamienne sur le pays Khmer durant des 18e-XIXe siècles et du XXe siècle au Kampuchéa Krom d’aujourd'hui. L’accroissement de la population vietnamienne et le manque des terres fertiles pour nourrir cette population, sont des causes profondes de la politique d’expansion territoriale du Vietnam en Indochine. Il faut noter, la division du pays Khmer en deux, est la conséquence de la confrontation successive entre le Siam et le Vietnam. Et on en conste aussi au Laos. Les Siamois sont de plus en plus méfiants envers leurs ennemis Vietnamiens. Dans cette situation, la prochaine confrontation entre ces deux nations sera sur le territoire Khmer et Lao. Pour nous, le problème majeur à noter, est l’accroissement de la population vietnamienne et thaïlandaise. Par notre position géographique qui se situe au milieu du Vietnam et le siam, notre pays va subir certainement la conséquence de l’accroissement de la population des deux pays. Le nombre faible et le retard de l’accroissement de la population khmère sont des causes de notre inquiétude justifiée. Dans le cadre de la vision sur l’avenir de notre nation, nous pouvons nous poser la question afin de pouvoir y réfléchir : En Indochine, est-ce que le nombre de la population khmère peut-il faire face aux nombres de la population thaïlandaise et vietnamienne ?

 

Quinze millions d’habitants en l’an 2000

 

Nous avons déjà parlé succinctement de la région dans le monde où elle connaît l’accroissement trop rapide de la population et ses mauvaises conséquences. Nous pourrions réfléchir ces mêmes conséquences en Indochine dans le cas où il y aurait une évolution normale, c'est-à-dire pas de guerre et pas des évènements qui pourraient modifier cette évolution.  Parlons de ce problème n’est pas un rêve pour nous. Nous en parlons en tant que l’Homme, possédant une conscience d’un homme normal, qui veut réfléchir pour savoir davantage.

 

Nous pouvons faire une prévision sur le nombre de la population khmère en l’an 2000 en basant sur le taux d’accroissement démographique de 2,5 % à 2,6%%. Par conséquent, nous estimons par la méthode scientifique que le nombre de notre population en l’an 2000 sera de 14 à 15 millions de personnes, bien entendu : Pas de guerre ou l’insécurité qui vient modifier ces donnes. Notre densité sera de 80 d’habitants sur 1km2. Dans cette situation, dans 30 ans, l’espace vital de notre terre n’est pas encore serré. Par ailleurs, notre terre est une plaine, riche en ressources naturelles, le fleuve du Mékong par exemple. Nous pourrions augmenter nos exploitations agricoles par l’irrigation. Il nous reste beaucoup de l’espace pour la culture de légumes. Actuellement, nous en utilisons seulement 18%. Nous pourrions encore augmenter cette espace de culture de légumes pour répondre à l’accroissement de notre population. Dans 30 ans à 50 ans, comme nous avons déjà dit, notre terre ne sera pas encore serré. Dans l’avenir, nous pourrions encore augmenter le rendement de notre agriculture parce qu'il y aura un progrès dans la technique de l’exploitation. Nous ne sommes pas effrayés pour notre avenir parce que notre pays pourra nourrir suffisamment notre population. Notre pays n’a pas besoin de recourir à la politique d’expansion territoriale envers nos voisins. Mais la question inquiétante est de savoir, est-ce que nos voisins, l’Est comme l’Ouest, veut-il nous laisser vivre en paix ? Ici dans 30 ans et 50 ans, leur territoire sera plein comme l’eau pleine dans un réservoir. Elle se débordera et se versera dans la plaine, sans avoir l’eau. Cette plaine est la vallée du Mékong. Ainsi, le Kampuchéa pourrait-il éviter ce péril ?

 

Notre danger vient de l’Est où 80 millions d’individus se tâchent pour vivre dans un étroit territoire

 

Les Vietnamiens sont venus du Nord par les côtes du Champa pour conquérir, à la fin du XVIIe siècle, la terre de nos ancêtres de l’Est et du Sud. À peine 150 ans, les Vietnamiens avaient envahi totalement notre terre du Kampuchéa Krom et devenaient en l’an 1840, les propriétaires de la terre. Il faut rappeler qu’une grande partie de terre annexée, représente une superficie de 64 000 km2, équivalente à celle du Ceylan. À l’époque, malgré la fertilité incomparable de la terre de nos ancêtres, nous étions peu nombreux sur cette terre. C’était la cause de là poussé des Vietnamiens vers le Sud. En effet, le Vietnam n’avait pas assez de terre cultivable pour nourrir la population de plus en plus nombreuse.  Pour cette raison, il menait sans cesse une politique de conquête territoriale sur le Kampuchéa. À cette époque, les Vietnamiens ne cessent plus d’entrer inégalement pour s’installer sur nos terres non habitées.

 

Actuellement, le Vietnam a une superficie de 330 000Km2, deux fois plus grande que la nôtre. C’est un pays, ayant une longueur très longue du Nord au Sud, 2 000km2. En 1970, le nombre de la population est à peu près 40 000 millions d’habitants, 20 millions au Nord et 18 millions au Sud. La terre du Vietnam est riche en forêt et en montagnes, auxquelles couvre une superficie de 80 % (260 000 km2), sur la superficie totale. 20 millions sur une population de 38 millions d’habitants concentrent sur 20 % (60 000km2) de la superficie totale. La densité est donc de 600/1km2. Comme nous avons constaté, qu’actuellement la terre du Vietnam est déjà encombrée. Le rendement de la production du riz est insuffisant. Le grand grenier du riz du Vietnam, se trouvant au delta du fleuve Mékong et celui du fleuve rouge, peut fournir le riz 6 millions de tonnes en moyen par an, 4 millions d’autres au delta du fleuve Sok Kay. En tout, 10 millions de tonnes. Cette quantité sera insuffisante pour les besoins de la population en accroissement. Parmi les pays d’Asie, le Vietnam a un taux d’accroissement démographique de 3%. Selon ce taux, la population vietnamienne va augmenter très raidement, à laquelle s’ajoute au nombre actuel, 40 millions d’habitants, qui est déjà nombreux. Sur cette augmentation, s’il n'y avait pas des évènements qui ne viennent pas en perturber, le nombre de la population vietnamienne atteindra 80 millions d’habitants dans 30 ans. En ce qui concerne le Kampuchéa, en l’an 2000, nous serons 15 millions d’habitants. Dans cette situation, au XXIe siècle et la suite, le nombre démesuré de la population vietnamienne par rapport à l’espace vital, à laquelle est déjà encombré aujourd'hui, constituera un lourd fardeau pour les petites nations en Indochine, comme le Kampuchéa et le Laos. Ce lourd fardeau aura une influence sur la politique intérieure et extérieure du Vietnam. À l’avenir, elle pèsera sans aucun doute sur la politique économique de notre pays, parce que nous ne pouvons pas fermer, d’une façon hermétique, les frontières Khméro-Vietnamiennes. En effet, nos frontières avec le Vietnam n’ont pas des obstacles naturels pour défendre notre pays.

 

Quelles sont ces lourdes conséquences ?

 

Nous avons déjà nous posé la question : Le 20 % (60 000km2) seulement de terre cultivable sur une superficie de 330 009km2, pourrait-il fournir de nourritures suffisantes pour un nombre de populations de 80 millions d’habitants ?

 

Nous pouvons y répondre illico : Avec 40 millions d’habitants, le Vietnam d’aujourd'hui est à peine de les nourrir. Lorsque que le nombre atteindra 80 millions d’habitants, combien des grands problèmes surgiront-ils ?

 

Le Vietnam, deviendrait-il le deuxième Japon en Asie ou l’Allemagne en Europe ?

 

Il y a 3 réponses :


En revanche, si la force économique du Vietnam ne développait pas suffisante et la limitation des naissances n’était pas appliquée, le Kampuchéa devra faire de deux à dix fois à son péril.

 

Comment se fait-il que toutes ces éventualités soient-elles possibles ?

 

La guerre pourrait éclater entre Khmers et Vietnamiens. Cette guerre est difficile à éviter parce que le nombre de la population vietnamienne continuer sans cesse à augmenter, 50, 60, 70,90 millions dans 10 à 30 ans. Et ses ressources agricoles restent au même niveau ou augmentent lentement. Ces conditions ne permettent pas donc, le Vietnam à nourrir suffisant sa population. Cette situation entraînera la crise sociale, ensuite la crise politique, à laquelle provoqueront le mécontent et la pauvreté de la population. C’est à ce moment-là, les Vietnamiens ultra-nationalistes élaborent la théorie d’expansionnisme, avec la théorie d’Allemande d’Hitler comme référence, pour conquérir d’espace vital pour leur population. Ces terres se trouvent au Kampuchéa, au Laos et en Thaïlande. Pour réaliser cet objectif, ils provoqueront la 3e guerre d’Indochine. Si c’était le cas, le ciel indochinois recouvra les nuages noirs qui cachent définitivement notre espoir avec beaucoup de tristesse. Si cette politique de conquête de l’espace vital était appliqué, nos terres et notre population seront absorbées petit à petit jusqu’au nom de notre pays sera rayé de ce monde comme le Royaume du Champa et le Kampuchéa Krom. L’histoire décrira plus tard la marche vers l’Ouest du peuple vietnamien sous la pression de l’accroissement démographique maximal. Ce dont, le Vietnam attend une occasion depuis déjà plusieurs siècles pour anéantir notre pays. En conclusion, la région indochinoise, est une région qui n’a aucune stabilité où le Kampuchéa dans son avenir, traversera un grand danger pour sa survie. N’importes quelles conditions où se trouvent le Vietnam, la menace sur notre existence, nous poursuivent en permanence. Notre danger se montrera de plus en plus précis avec le temps. Comme nous avons déjà dit, seul le renforcement rapide de notre force économique nous donnera des moyens pour nous défendre toutes ces éventualités.

 

Ces idées ne sont qu’une opinion ou une thèse d’un homme. Ainsi, on ne peut les considérer comme une réalité, laquelle dépendra dans l’avenir de l’évolution de l’histoire. C’est elle qui déterminera.

Mais, il n’y ait pas que des Vietnamiens qui nous guettent pour nous anéantir, il y ait aussi à l’Ouest, des siamois qui attendent une bonne occasion pour emparer les terres de nos ancêtres.

 

La Thaïlande et ses 70 millions d’habitants

 

À l’Ouest et au Nord du Kampuchéa, il y a un autre qui pourrait nous poser des problèmes.

Nous avons déjà soulevé les problèmes vietnamiens pour y réfléchir afin de pouvoir éclaircir notre conscience nationale. En revanche, nous ne pouvons pas oublier qu’il y ait un autre danger qui pourrait aussi menacer notre pays. Bien entendu, ce danger n’est pas venu de l’Est ou du Sud et de nos ennemis qui ont déjà volé nos terres dont la superficie est de  60 000km2, c'est-à-dire 3 fois plus grand que l’Israel. Nous avons un autre ancien ennemi qui a emparé beaucoup de nos provinces : Cet ennemi inoubliable, qui a envahi en 1907, 1/3 de notre territoire et 1941 jusqu’à 1945, nous a attaqué par la force pour réoccuper nos provinces, Siemreap, Kampong Thom, Battambang, est le Siam ou la Thaïlande.

Dans notre histoire, les Vietnamiens étaient vraiment dangereux pour nous. Quant à nos voisins Thaïlandais, ils étaient aussi dangereux et sauvages que les premiers. Pour cette raison, avoir des préoccupations sur les ces deux dangers, est un moyen pour nous de nous préparer pour les résister. Ces préoccupations constituent notre conscience précieuse.

L’histoire récente de notre pays, nous a donné une leçon. Il ne faut plus attendre le niveau d’eau qui monte jusqu’au nez pour chercher de tous les côtés un nouvel abri. Parce qu’il est trop tard et ce sera le début de naufrage ou de désespoir.

 

Quelles sont les influences de la population thaïlandaise sur l’avenir de notre pays

 

Il n’y aura pas la réponse juste à 100 % à cette question. Personne n’est capable d’y répondre avec précision, mais on pourrait faire des prévisions dont le contenu est plus ou moins vrai, comme des thèses.

Dans le document de Monsieur La Loubère, écrit en 1693, le nombre de la population siamoise était seulement 1 900 000 d’habitants. Un siècle après, il était augmenté à 5 200 000 d’habitants. À la même époque, la population khmère était de 800 000 d’habitant. En 1910, le nombre des siamois était de 8 200 000 d’habitants. En 1937, ils étaient 14 500 000. En 1965, ils étaient déjà 22 800 000. En 1970, le nombre de la population est augmenté à 34 millions d’habitants. Après le calcul scientifique, en 1975, ils seront 40 millions.

 

Comme nous avons le constaté, la population siamoise a augmenté rapidement, en particulier, après la seconde mondiale. Cette augmentation sans cesse est une conséquence de la baisse du taux de mortalité. Avant l’année 1950, la Thaïlande était considérée comme pays prospère et paisible. Après 1950, la Thaïlande avait rencontré beaucoup de beaucoup de problème. Les causes sont : L’augmentation rapide de la population thaïlandaise et l’évolution politique internationale dans la région de l’Asie d’Extrême-Orient.

 

La Thaïlande : 70 000 000 d’habitants en l’an 2000 !

 

Selon les statistiques, le taux de naissance de la population thaïlandaise est de 3%, celui des Khmers est seulement de 2,6%. S’il y avait aucun évènement qui vient troubler le cours normal de l’accroissement démographique de la Thaïlande, le nombre de sa population atteindra 70 millions d’habitants au début du XXIe siècle. À la même période, le nombre de la population khmère sera de 15 millions d’habitants. Nous ne pouvons pas ignorer ce nombre de 70 millions thaïlandais en 30 ans, parce qu’il transformera l’Indochine en une région surpeuplée. La somme des Thaïlandais et des Vietnamiens est égale à 150 millions d’habitants. Avec 15 millions d’habitants, un contre 10, quels sont nos moyens pour faire face à nos ennemis ? Et, s’ils se réunissaient pour nous faire du mal avec toutes sortes de leurs mauvaises intentions ? En plus ; Avec notre position géopolitique centrale, tout est facile pour eux. L’exemple est la Pologne. Ce pays, quelles fois, avaient perdues ses territoires, son existence en tant que l’État et était un objet de partage entre l’Allemagne, partie Ouest, et la Russie, partie Est, pendant la seconde guerre mondiale.

           

En conséquence, à l’avenir, l’Indochine rencontrera certainement le grand problème surpeuplement.

 

Conséquence de surpeuplement

 

Quelles sont les mesures prises par le gouvernement thaïlandais pour résoudre le problème de l’accroissement démographique ?

 

Aujourd’hui, même que le nombre de la population n’est pas encore atteint à 40 millions d’habitants, les dirigeants thaïlandais commencent déjà à s’inquiéter. Dans les 1956-1958, la B.I.R.D., sur la demande du gouvernement thaïlandais, a rendu un rapport d’études sur la situation économique thaïlandaise. La conclusion est la suivante : L’avenir de l’économie thaïlandaise sera très faible. En revanche, le développement de la force économique devrait passer nécessairement par l’augmentation de la production des produits agricoles et industriels pour résoudre le problème d’accroissement démographique. Ces augmentations ont pour but d’empêcher la baisse du niveau de vie de la population jusqu’à la carence de nourriture.

Actuellement, les produits exports à l’étranger sont en baisses, comme les bois Mey Sak, les plombs, Pa Haing, Caoutchoucs et le riz en particulier. D’où le renforcement de la force économique est une priorité pour la Thaïlande. Dans ces idées, le gouvernement royal thaïlandais a des grands projets : Construction du barrage pour produire les courants électriques et irriguer les plantations dont on prévoit d’augmenter la superficie. Quant au secteur industriel, le gouvernement fait appel à des capitaux étrangers pour son développement. Parmi ces capitaux, le Japon est en première position à investir, ensuite, il y a le Taiwan, et en 3e position, est les Etats-Unis. Dans ces projets de développement son économie, le gouvernement royal fait le maximum pour faciliter les investissements des capitaux étrangers.

 

Le problème le plus important pour la Thaïlande est le riz. 1/4 de la superficie de la plaine du fleuve Ménam, grenier du riz du Siam, est riche en eau. Malgré cela, la Thaïlande a moins de problème que le Vietnam pour augmenter ses terres de plantation. La Thaïlande a une superficie 500 000km2 dont une grande partie est une plaine. Dans 30 ans ou 50 ans, la Thaïlande ne sera pas encore un pays en défaut de terres. Elle pourra encore augmenter sa production agricole, au moyen de l’irrigation, des engrais et machine agricole, pour répondre aux besoins croissants de sa population. Depuis 1950, pour réaliser cet objectif, le gouvernement siamois a eu beaucoup de grands projets : Construire des barrages, creuser des canaux avec l’aide des pays étrangers. Ces projets permettront d’augmenter la superficie de plantations et les énergies électriques. Si les projets d’augmenter les productions agricoles et industrielles soient réalisés, une partie des crises sociales sera résolues et la force économique sera de plus en plus forte grâce à son immense marché intérieur (de 15 million sà 70 d’habitants au XXe siècle). Cette force économique menacera le Kampuchéa qui a un petit marché intérieur. Il est normal que l’eau coule d’en haut vers le bas. Le Kampuchéa, se trouvant d’en bas et au milieu du Vietnam et la Thaïlande, ne pourra pas éviter les pressions d’ordre économique et démographique grandissant la part de ces deux pays. En outre, il est impossible de bâtir des frontières impénétrables avec les pays voisins.

La Kampuchéa est une petite enclume, pourra-t-il résister à un gros marteau qui frappe sur lui ? Pour l’avenir, il est nécessaire d’augmenter l’épaisseur de l’enclume pour qu’elle soit solide.

Il vaut mieux que la Thaïlande réussisse dans son développement économique. Dans le cas contraire, quelle sera sa solution ?  Les dirigeants siamois se voient obliger de fixer leurs yeux sur notre province de Battambang et notre plaine de Tonlé Sap où il y a beaucoup de poissons et du riz.

Si la Thaïlande s’entendait avec le Vietnam, comme en 1840, au XIXe siècle, pour partager notre pays. Est-ce que nous pouvons en faire face ? ou il suffit d’attendre notre mort.

 

Conclusion

 

Ce que nous venons d’écrire ci-dessus, n’est qu’une pensée réfléchie et projetée dans l’avenir. Personne ne peut affirmer que cette situation pourra se réaliser et deviendra une réalité. L’histoire pourrait nous donner une leçon à laquelle nous permet de mieux nous préparer pour faire face à toutes les éventualités qui pourront se produire. Il faut donc entrée dans l’histoire pour éclairer le futur parce que le futur est une boîte noire.

 

Nous pouvons nous tromper dans nos analyses. Mais, nous savons que le poids de l’économie, de l’accroissement démographique et de la politique de nos voisins, nous menace réellement sur l’avenir de notre pays où le ciel sera voilé de nuages noirs.

 

Dans ces conditions, notre chemin à parcourir est le devoir de développer au maximum notre économie pour faire face aux pressions des pays voisins, auxquelles constitue une menace sur notre survie.

 

Si l’économie était forte, la politique la suivra comme dirait l’autre : C’est l’économie qui conduit la politique.

 

Ces idées sont les résultats de réflexions d’un homme. Elles ne représentent donc pas une généralité, dans lesquelles, il existe normalement des erreurs. Notre avons seulement essayé d’éclairer notre avenir et notre conscience. Et les moyens pour développer l’économie moderne sont les affaires des techniciens.

 

Nous souhaitons que le Kampuchéa, notre patrie bien aimé, vive dans la prospérité.

 

 

Kampong Cham, le 20 janvier 1970

 

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 09:08

La paysannerie khmère et le processus démocratique

Par Marie Alexandrie Martin, Directrice de recherche au CNRS

Texte écrit en juin 1992

 

 

En mai 1993 auront au Cambodge des élections dans lesquelles les ruraux, de par leur nombre, joueront un rôle majeur. Jusqu’en 1970, ils formaient plus de 85% de la population(1). Aujourd’hui, une partie vit dans les villes ; cela ne signifie pas qu’ils ont acquis une mentalité de citadins. Quoi qu’il en soit, ils demeurent majoritaires. D’où l’intérêt d’examiner leurs souhaits politiques et leur maturité en ce domaine, de voir ce qui, dans la tradition familiale, religieuses, socio-politique, constitue des facteurs favorables ou au contraire des freins à l’adoption de la démocratie.

 

Tradition et démocratie en milieu paysan

 

Les rapports entre individus :

Une règle sociale essentielle (qu’on retrouve avec une importante diverse dans des pays voisins) est le respect du cadet envers l’aîné. « Aîné » signifie une personne plus âgée, plus instruite en connaissances modernes ou en savoirs traditionnels, plus riche, ou influence auprès des grands. Dans ce contexte, un fils a forcément tort dans un différend qui l’oppose à son père. Un supérieur hiérarchique repose sur cette notion d’«aîné » et non sue des mérites personnels. Chacun doit rester à la place assignée par la société, ce qui bloque toute initiative individuelle. Dans les années soixante, des jeunes rejettent cette tutelle familiale et sociale(2).

 

Le modèle socio-politique :

Jusqu’au coup d’État du 18 mars 1970, c’est-à-dire en période de paix, les Cambodgiens n’ont connu et valorisé qu’une sorte de régime : la royauté d’essence divine. Certes, il y eut, dans la fin des années quarante et le début des années cinquante, l’intermède des démocrates qui voilaient instaurer une démocratie de type occidental et à qui l’on doit la première Constitution du Cambodge, dotant le pays d’un système de monarchie parlementaire. Toutefois leur gouvernement fut trop bref (28 mois au total et intermittence) pour marquer durablement la vie des paysans ; les amendements apportés à la Constitution par Norodom Sihanouk n’ont pas permis le fonctionnement d’une véritable monarchie parlementaire(3). Les régimes qui ont suivi le coup d’État de mars 1970 ont été, soit encouragé par des Occidentaux (République Khmère), soit inspiré par une idéologie étrangère (les Khmers Rouges), soit mis en place dans un pays voisin (la RPK). Tous ont semé le deuil et aboutit, volontairement ou non à une dislocation des structures :

d’une part la désorganisation de la cellule familiale avec, dans la République de Lon Nol, le départ des hommes au front, sous le régime des Khmers Rouges, la négation de la famille et, dans la République populaire du Kampuchea (RPK), la dispersion des membres de la maisonnée mobilisés pour la guerre, la milice ou les travaux de « défrichage »(4) ;  

D’autre part, l’obolition de toute forme de religion (bouddhisme et croyances populaires) dans le Kampuchea Démocratique des khmers Rouges et les brimades visant l’un et les autres dans la RPK ;

Enfin la rupture d’avec le terroir pour des raisons diverses : fuites devant la guerre et les bombardements des B52, exode organisé par les Khmers rouges, insécurité de certaines dans la RPK.

 

Donc la monarchie, aussi autoritaire fût-elle, notamment dans la fin des années 1960, apparaît-elle aux paysans comme plus douce, et de loin, que tous les autres régimes vécus depuis 22 ans et qu’ils rejettent. En outre, elle seule leur apparaît légitime car elle perpétue une pratique bimillénaire. Encore faut-il pour le bon fonctionnement de la monarchie que celui qui l’incarne soit pourvu des mérites nécessaires, qu’il possède le pouvoir magique attribué au roi(5). Dans cette conception de la royauté d’essence divine, le peuple s’en remet au roi, ou son représentant, est le « maître de la terre et des hommes » donc responsable de tous ; c’est en quelques sortes un super-génie. Dans cette optique, on comprend pourquoi les Khmers, depuis l’indépendance en 1953 (et pas seulement la paysannerie), se sont exprimés lors d’élections en votant pour des hommes, pas pour des partis ou pour des idéologies. On rejoint là la prééminence des clans familiaux à l’époque moderne et le rapport patron-clients qui a prévalu jusqu’à l’arrivée des français en 1863.

 

Dans la tradition, il n’y a donc rien de démocratique dans les domaines familial et socio-politique et des Khmers, notamment des boursiers ayant étudié en France dans les années cinquante et soixante, réclamaient un système social plus juste et un régime politique plus libéral, manifestant, dès cette époque un désir de changement(6).

 

Les croyances populaires :

Si pour la vie future et le repos des âmes des défunts, les Khmers s’en remettent à Bouddha dont ils respectent les commandements, pour la vie quotidienne, ils honorent les génies qui règles chaque moment de la journée, chaque acte individuel, familial ou social, et qui règnent en tous lieux (génie de la maison, du village, des champs ou de la rizière, des arbres, des ruisseaux, des animaux sauvages…) Tous les Khmers croient en ces génies au pouvoir souvent ambivalent en les augures révélées par les astrologues donc certains officient au Palais royal. Des prédictions dont on ne connaît pas toujours la source peuvent influencer par la vie matérielle ou politique : ainsi la route prolongeant le pont de Chruoy Chanvar construit dans le milieu des années soixante et qui permettaient d’éviter l’attente au bac de Prek Khdam, ne fut achevée qu’en 1969 (en tous cas les petits ponts qui jalonnaient) car on disait qu’il s’en suivrait toutes sortes de malheurs. Sur le plan politique, ces croyances permettaient la manipulation. En 1969 une série de signe avant-coureurs, pour les Khmers, de la fin de la monarchie alimentaient leurs conversations : on peut citer les prédictions tirées d’un livre, dépassé pour les dates mais en lesquelles aujourd’hui on continue de croire pour prévoir l’avenir(7), l’apparition dans le ciel d’une comète, interprétée comme présage de guerre, l’ascension du mât royal par un devin annonçant un changement de régime politique, etc. C. Meyer(8) donne toute une série d’évènements malheureux qui se produisirent alors dans l’entourage princier, y semant une psychose qui gagna les autres couches de la population.

 

Avec ces valeurs, la société khmère traditionnelle apparaît donc vulnérable. Qu’en est-il de ces valeurs, peuvent-elles encore influencer les paysans dans leur vote ?

 

L’état d’esprit des paysans en 1992

 

Pour être affirmatif sue ce qui va suivre, il faudrait avoir circulé dans tout le pays, discuté sans intermédiaire avec les gens et écouté leurs conversations spontanées : je ne pense pas que qui que ce soit ait pu faire ce travail ces derniers mois. Les informations ci-après ont été recueillies lors de visites en Takèo, Kandal, Kompong Speu faites en novembre-décembre 1991 et au cours de conversations avec les Khmers venus de provinces diverses pour assister à Phnom-Penh à la fête des Eaux en novembre 1991 ; elles tiennent compte aussi de données rapportées par les Khmers de la diaspora ayant visité leurs familles en divers points du pays début 1992. Elles ne sauraient être exhaustives ou sûres à 100%, et pourront ne plus être valables au moment des élections en mai 1993 ; elles constituent des points d’appui.

 

Dans la perspective d’élections libres et équitables que prévoit le plan de l’ONU, quel choix vont faire les ruraux, comment perçoivent-ils les différents leaders ?

 

Ceux de Phnom-Penh ont eu toutes leurs chances du printemps 1989 à l’été 1990, en particulier Hun Sen qui avait promis une paix rapide et l’arrêt de la corruption ; la poursuite de la guerre, le développement considérable de la corruption – dont certains dirigeants ont profité – la braderie des biens publics les ont déconsidérés aux yeux de la population entière. En outre, le sentiment anti-Vietnamiens, est le trait le plus partagé à l’intérieur du Cambodge aujourd’hui, avant même le sentiment anti-Khmer Rouges ; il unit à peu près tous les Khmers, citadins ou ruraux, jeunes ou vieux(9). Or les dirigeants de Phnom-Penh, quelle que soit la faction à laquelle ils appartiennent (car là aussi les rivalités internes apparaissent en même temps que la formation de clans), sont perçus comme étant ou ayant été des hommes de Hanoï. Il semble qu’ils obtiendront peu de voix aux législatives. Phnom-Penh apparaît donc comme la partie perdante, ce pourquoi sans doute elle s’allie Sihanouk (du moins en apparence car on ignore les calculs politiques du prince) et déclare ne pas présenter de candidats aux élections présidentielles pour lesquelles elle soutiendra Sihanouk que tout le monde verrait occuper le poste de président qui se dessine plutôt comme une fonction honorifique.

 

Quant aux Khmers Rouges, également honnis de la majorité de la population, ils auront peu de suffrages spontanés ; néanmoins ils possèdent un noyau paysan de soutien – que ne semble pas avoir à Phnom-Penh – et qui votera pour eux. Des informations inquiétantes font état d’une vie supportable pour les villageois contrôlés par les Khmers rouges et d’autant plus qu’ils demeurent dans des zones éloignées de celles où résident les grands chefs ; ce relatif mieux-être de la population en milieu khmer rouge n’est sans doute qu’une tactique et non pas un véritable changement. Sans compter les cadres infiltrés qui peuvent exercer une action dans les zones contrôlées par les autres factions. Les cadres et la population de soutien voteront aussi pour Sihanouk aux présidentielles.

 

Restent les mouvements identifiés à Sihanouk (FUNCINPEC) et à Son Sann (FNLPK) et les éventuels partis.

 

Le retour de Sihanouk en novembre 1991 a apporté aux Khmers en général un très grand espoir ; à l’époque cet espoir reposait, pour certains, sur le fait que Sihanouk est leur candidat, pour d’autres sur un calcul par élimination qui le montrait comme le moins mauvais des hommes politiques actuels. On entendait couramment : « c’est encore Sihanouk qui est le plus à même d’arranger les choses ». Pour les paysans, c’était davantage de pluies, de bonnes récoltes et la paix : « Samdech revient, disaient-ils, ç’en est fini de la sécheresse et des combats ». Qu’en est-il six mois après son retour ?

 

Il faut pour les ruraux distinguer au moins deux groupes d’âge :

 

Les paysans âgés :

Chez les hommes et femmes au-delà de cinquante ans, la tradition demeure vivace : les croyances populaires tout autant que le respect de l’«aîné » tel que défini plus haut. Ils continuent de croire en la monarchie : ils réclament Samdech Ov (« Monseigneur papa », c’est-à-dire Sihanouk) comme chef d’État et les représentants de son parti comme députés. Pour eux, Sihanouk est synonyme de paix et incarne la légitimité. Ils ne se posent pas de question sur l’avenir car ils pensent que tous les problèmes se régleront dès qu’il gouvernera à nouveau ; c’est une foi totale. Rappelons les déclarations de paysans réfugiés à la frontière khméro-thaïlandaise dans les années 1970-1980, attribuant tous les malheurs passés au renversement du roi et concluant « Quand il n’y a plus de roi, tout peut arriver ».

 

Il est difficile d’évaluer le nombre de ces inconditionnels de Sihanouk – comme d’ailleurs celui des autres groupes -, le Cambodge ne possèdent pas de statistiques démographiques. Ils représentent un réel danger pour les autres leaders et pour les partis autres que FUNCINPEC. Certains, ne pouvant concurrencer loyalement le prince essaient d’influencer cette masse de ruraux âgés par des pratiques dont les non-Asiatiques ne mesurent pas toujours la portée. Récemment des rumeurs ont fait état d’un mauvais rêve qu’aurait eu Sihanouk et au cours duquel le dieu de la mort (the god of death khmers) l’informait de sa fin prochain, lui aurait proposé un marché : la longévité et le gouvernement du Cambodge contre la mort de citoyens khmers que certains rumeurs chiffrent à un million ; affolé, nombre de paysans ont ceint leur poignet d’un fil de coton afin d’empêcher la priey de prendre leur vie. Sihanouk a dû faire un démenti radiodiffusé le 15 mars 1992(10), en insistant sur le fait qu’il n’avait eu aucun mauvais rêve depuis qu’il était rentré au Cambodge le 14 novembre dernier et qu’il n’avait reçu de la part de la population que des vœux de longévité. Les éduqués pensent que cette pratique est le fait des mêmes hommes accusés d’avoir trempé dans les assassinats politiques du premier trimestre 1992.

 

Ainsi les fidèles du prince risquent d’être empêchés de faire leur choix par des manœuvres sur lesquelles l’APRONUC n’aura pas prise.

 

Les autres :

 

Parmi eux les jeunes n’ayant pas ou peu connu la monarchie (jusqu’à 30-35 ans). Ceux nés depuis la fin des années soixante (25 ans) n’ont guère reçu d’éducation traditionnelle : dans le Kampuchea Démocratique certes mais aussi dans la RPK, les parents, occupés à de multiples tâches alimentaires, n’ayant guère eu de temps à y consacrer. Sans compter les paysans parqués en ville dans des camps, sous la République Khmère et dont la vie traditionnelle a été perturbée. Les enfants sont plus libres de leurs actes. Il en résulte une émancipation qui – malgré des conséquences parfois désastreuses telle la délinquance – peut avoir des côtés positifs car elle aboutit à une relativisation du rapport cadet-aîné et à des initiatives personnelles. Ces jeunes et les moins jeunes de ce groupe représentent une masse flottante réceptive aux changements ; mais ils peuvent aussi être tentés de voter pour celui qu’ils croient être en mesure de leur assurer le riz quotidien. Et les Khmers Rouges en ce domaine se montrent très habiles. Il ne faudrait pas en effet minimiser les problèmes de la survie dans certaines régions du pays.

 

Dans ce même groupe et parmi les plus âgés (35-45 ans), certains font preuve d’activité politique ; ils propagent des idées nouvelles et font figure de meneurs parmi les jeunes paysans(11). Phénomène nouveau, ils remettent en cause Sihanouk ; leurs critiques reposent sur les faits suivants :

Sa présence n’a diminué en rien la corruption ni la vente des biens publics et son appel au calme lors des manifestations de décembre 1991 n’a eu aucun effet sur les manifestants ni sur les forces de l’ordre commandées par Phnom-Penh ; la magie a cessé de jouer, la parole du roi n’est plus écoulée ;

La caution qu’il semble donner à Phnom-Penh par son attitude bienveillance révélée, d’une part par l’alliance, conclue en novembre dernier, entre le Parti du peuple du Cambodge (PPC), ex parti communiste) et le FUNCINPEC (créé en mars 1981 par Sihanouk et remis en novembre 1991 entre les mains de son fils Ranariddh), alliance dont personne n’attribue la responsabilité à Ranariddh ; d’autre part par ses tournées en province au côté des hommes de Phnom-Penh honnis de la population(12).

La résurgence de pratique ancienne, contestées dès la fin des années soixante par l’élite, à savoir le népotisme et la remise en selle de l’entourage royal de l’époque sangkumienne(13).

 

Les comparent : « avant 1970 il y avait moins de corruption et plus de paix ». Cette critique est rendue plus aisée qu’autrefois car la propagande des deux régimes communistes qui se sont succédés (Khmers Rouges et RPK/État du Cb) ont laissé des traces en semant le doute, notamment chez les adultes qui agissent auprès des jeunes. Tous ont une expérience vécue qui les amène à réfléchir. En outre, les radios des factions khmères autres que Phnom-Penh et la voix de l’Amérique informent la population au jour le jour. Enfin les moyens de transport nouveaux, la moto surtout, aident à cette diffusion des nouvelles.

 

Donc en même temps que la volonté de croire encore en Sihanouk, une partie des ruraux commencé de mettre en doute son pouvoir et, par là, sa légitimité ; une nouvelle image du prince apparaît. C’est un début de critique même si cette critique n’a pas l’ampleur de celle qui vise les dirigeants de Phnom-Penh. Elle remet en cause non pas de rôle de président de Sihanouk maos de son pouvoir autoritaire. Il n’est pas exclus que les khmers rouges tirent profit de cette usure politique de Sihanouk : la magie royale perdant de son efficacité et Khieu Samphan et consorts faisant une propagande intense pour se présenter en nationalistes défenseurs du pays contre les appétits vietnamiens, pourraient être considérés par des paysans comme les mieux à même d’assurer cette protection de la nation(14).

 

Inversement, parmi cette masse de ruraux, Son Sann prend de l’importance, on dit qu’il est le plus honnête des hommes politiques actuels. Toutefois ses chances restent faibles car son grand âge joue contre lui, de même que l’absence de relève (là aussi on a pratiqué le népotisme et les jeunes compétents n’appartenant pas au clan familial ont été écartés des instances de décision du FNLPK) ; l’éclatement du mouvement en 1985 l’a considérablement affaibli.

 

Ainsi, la population recherche des valeurs morales dont sont dépourvus les dirigeants de Phnom-Penh ; même sur le plan politique, elle tend à privilégier des valeurs et non des individus, quite à voir émerger des visages nouveaux. Si ces tendances se confirment, l’on assisterait à une mutation socio-politique au Cambodge, la préférence allant à un régime multipartite dont Sihanouk serait président ou roi constitutionnel, ce qui rappelle les intentions des démocrates des années quarante et cinquante.

 

Toutefois, pour les législatives il risque d’y avoir une confusion sur le statut du FUNCINPEC du fait de l’alliance FUNCINPEC/PPC. Comme Sihanouk, dans ses tournées, est entouré d’hommes du PPC, les paysans âgés peuvent s’imaginer qu’il est le chef de file de ces hommes et donner au PPC des voix qu’ils destinent au FUNCINPEC. Le prince Ranariddh a d’ailleurs refusé de changer le nom de ce parti comme le demandait Phnom-Penh, parti connu des paysans comme étant celui de Sihanouk. Aux responsables du FUNCINPEC de préciser les choses auprès de la population.

 

Pour conclure sur ce point, on voit donc se dessiner en milieu paysan une évolution des mentalités qui se manifeste par la prise de conscience politique de ceux susceptibles de jouer un rôle dans l’avenir du Cambodge.

 

Les freins au libre choix électoral des paysans :

 

Il s‘agit des freins contrôlables par l’ONU, à l’inverse des manipulations religieuses évoquées plus haut. Pour les khmers du Cambodge et bien avant la signature des accords de Paris en Octobre 1991, l’ONU représente la seule instance capable de garantir la sécurité et la liberté des citoyens. Or *, six lois après la signature de ces accords et deux mois et demi après le vote à New York de l’envoi au Cambodge d’un contingent onusien de 22 000 personnes, seulement 4 000 sont sur place pour déminer, désarmer, recenser, établir les listes électorales, en bref créer des conditions favorables au retour des réfugiés et à la tenue d’élections qui devraient se dérouler en avril ou mai 1993 ; donc très peu du plan de l’ONU est réalisé. C’est dire les doutes, les interrogations qu’entraine ce remue-ménage verbal. La population désire une présence onusienne suffisamment longue non seulement pour que ses membres effectuent toutes les tâches énumérées plus haut mais aussi pour mieux affronter l’avenir. Famille, éducation, religion, on l’a vu, tout est à reconstruire et de la solidité de ces nouvelles structures dépendra l’aptitude des paysans et même des autres à se défendre contre l’arbitraire ; le rôle des moines dans l’avenir du Cambodge sera important compte tenu des valeurs morales qu’ils représentent. En outre, le départ de l’ONU quelques mois après les élections n’est pas fait pour rassurer les paysans qui seront obligés de tenir compte de représailles possibles le jour où ils se retrouveront en tête-à-tête avec ceux qui auront exercé des pressions sur eux, au nez et à la barbe du personnel onusien. En effet les Khmers Rouges essaient d’infiltrer les structures gouvernementales ou d’atteindre les paysans à la faveur de visites nocturnes et l’on connaît leur cruauté extrême. Phnom-Penh a déjà commencé sa campagne électorale par le biais des tournées Sihanouk/PPC et, depuis fin 1990, par un renforcement de l’administration dans toutes les zones qu’elle contrôle ; elle semble déterminée à s’imposer par la violence si l’on se réfère aux meurtres politiques perpétrés début 1992 et qui lui sont attribués.

 

Les visages nouveaux souhaités par la paysannerie risquent de ne pouvoir émerger. Dans ce cas, les paysans voteront pour Sihanouk qu’ils considèrent soit l’unique leader, soit comme le moins mauvais. Phnom-Penh l’a bien compris qui freine les nouvelles candidatures possibles : assassinats d’opposants politiques, interdiction de se réunir à Phnom-Penh, intimée à des Khmers de la diaspora dont l’acteur Haing Ngor ; les prisonniers politiques libérés connaissent les mêmes contraintes. Des Khmers, y compris des membres du FUNCINPEC, se sont vu refuser un visa.

 

Par ailleurs, le plan électoral proposé par M. Akashi prête à discussion(15). Il ne semble pas tenir compte des risques encourus par les électeurs (représailles). Même si l’on se place dans l’hypothèse d’un mandat de l’ONU de 18 mois (ce qui paraît insuffisant), il semble qu’on puisse minimiser le danger en évitant la multiplication des bureaux de vote et le dépouillement au niveau des villages ou des communes car le repérage du choix des paysans sera d’autant plus aisé que leur nombre par bureau de vote sera réduit ; faire voter dans de petites structures c’est exposer les gens à la fureur des extrémistes. Un vote au niveau du Srok « district » suivi éventuellement d’un dépouillement au niveau de khet « province » garantiraient l’anonymat. Transportés dans des camions prévus à cet à cet effet – et il en existe en quantité dans l’armée et au sein des organisations caritatives -, les paysans auraient l’impression d’aller à la fête ; cela gommerait les réticences, les craintes, la peur.

 

Les procédures compliquées faisant appel parfois à l’écriture alors que beaucoup de paysans ont été privés d’instruction correcte pendant plus de 20 ans, la nécessité de copies certifiées conformes montrent un certain irréalisme de la part de ceux qui l’ont élaboré. Et l’absence du mot citoyen alors que les Khmers s’inquiètent du vote possible des colons vietnamiens perçu comme une entorse au jeu démocratique, n’est pas fait pour maintenir un climat de confiance et de paix.

 

Pour conclure sur le vote, il gagnerait sans doute à être revu par des asiatiques (ANASE par exemple), plus réceptif que les Occidentaux à la mentalité khmère et mieux au courant des pratiques sociales et politiques qui ont cours dans la région.

 

Donc le problème qui se pose pour permettre aux paysans de jouer le jeu démocratique semble être davantage celui de la sécurité (sécurité physique et assurance que les étrangers ne voteront pas) que de la prise de conscience politique et l’on ne peut que souhaiter des aménagements à ce plan onusien pour permettre au peuple khmer de vivre ensuite dans la paix, la dignité et la cohésion sociale.

 

Notes de base page :

         

(1) CfJ. Migozzi. Cambodge, Faits et problèmes de population, Paris. CNRS, 1973, 303p.

(2) Cf en particulier, Pou Choti. Le Cambodgien d’hier et d’aujourd’hui. Essai sur les conflits de génération, Ecole technique d’Outremer du havre, mémoire de 2e anné, 1965, 454p multigr.

(3) Norodom Sihanouk, « Étude corrective de la Constitution du cambodge octroyée par le roi en 1947, France-asie, Saïgon, 1955, XI, 108p. 654-663. 

(4) Désigne les travaux entrepris sous le régime de la RPK, soit l’abattage de forêts minées et impaludées dans le but d’éliminer des sanctuaires de résistances, de construire des routes dans les zones frontalières, de ceinturer le Cambodge à ses frontières avec la Thaïlande et le Laos d’un « Mur de bambou » doublé de rangées de mines. Cf en particulier M.A. Martin « Cambodge : une nouvelle colonie d’exploitation », Paris, Politique internationale, 1985, 28 : 177-193 et E.Luciolli. Le mur de bambou. Le Cambodge après Pol Pot, paris, Régine Deforges – Médecins sans frontières, 1988, 313p.

(5) Sur ce point, cf S. Thierry, Le Cambodge des contes, paris, l’Harmattan, 1985, 295p.

(6) Sau Bory, L’administration rurale au Cambodge et ses projets de réforme, thèse pour le doctorat de 3e cycle en sciences administratives, Paris II. 1974, 258p. multigr ; Tith Houn, Problème de l’assainissement dans la fonction publique cambodgienne, thèse pour le doctorat de 3e cycle en sciences administratives, Paris II, 1976, 294p.

(7) Put Tumneay, Paris Ed. du Cedorek, 1982, 30p.

(8) Derrière le sourire khmer, Paris, Plon, 1971, 406p.

(9) François Ponchaud note que les réfugiés des camps frontaliers considèrent les Khmers Rouges comme l’ennemi majeur, avant les Vietnamiens (communication personnelle).

(10) Rapporté dans le SWB du 17 mars 1992.

(11) Le flou est volontairement entretenu sur ces meneurs afin de les protéger.

(12) Sihanouk a dénoncé cette alliance le 5 décembre 1991 lors d’une conférence de presse en Thaïlande sans toutefois mentionner les deux traités, politique et militaire qui ont été signés en novembre. En outre, il continue de se déplacer avec les officiels de Phnom-Penh qui n’entendent pas se priver de l’appui princier.

 

(13) Époque pendant laquelle Sihanouk a de facto dirigé la politique du Cambodge via le parti qu’il créa en 1955, le Sangkum Resatr Niyum.

(14) Cf. dans ce même volume, l’article de C. Le Chevry, « La danger Khmer Rouges », p. ???

(15) United Nation Electoral Law fort the Conduct of a Free and Frair Election of a Constituent Assembly for Cambodia, draft. 31 mars 1992, 56p.

(16) Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (sigle anglais ASEAN) comprenant la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, l’Indonésie, Brunei et les Philippines. 

Repost 0
Published by Marie Alexandrie Martin - dans Histoire politique du Cambodge
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 13:41

Cambodge : La saignée et la curée (1953-1984)

Par Bernard Hamel

(Extrait du livre « Indochine – alerte à l’histoire, publié en 1985 par l’association Nationale des anciens d’Indochine))

 

Les quatre-vingt-dix années de « survie » et de « renaissance » du Cambodge, sous le protectorat français, telle qu’elles viennent d’être présentées par Pierre L. Lamant soulignent le caractère dérisoire du seul aspect folklorique à travers lequel une « certaine désinvolture » prétend définir cette période.

Mais si cette histoire, close depuis plus de trente ans, peut-être enfin dégagée de sa caricature, il n’en est pas de même pour les dramatiques événements qui, depuis lors, ont recouvert d’une large tache de sang de son peuple toute l’étendue de ce pays.

San doute ces événements se sont-ils précipités et sont-ils chargés de tant de bouleversements qu’il serait présomptueux de chercher à en rétablir la succession avec rigueur et objectivité. Mais en distinguant bien leurs « trois périodes » (avant 1970 – 1970-1975 – l’après –avril 1975) qui se dégagent d’elles-mêmes, l’Histoire doit déjà être placé, comme le titre précisément le premier chapitre de cet ouvrage, en état d’alerte. Des contre-vérités, des vérités partielles, des insinuations et, ce qui est plus redoutable encore, des simplifications arbitraires, tendent à s’établir dans les esprits. Il convient donc de s’appliquer d’abord à les redresser.

D’où le ton de réplique, de prévention ou de dénonciation donné parfois à cet exposé.

 

Le Cambodge de 1953 à 1970

 

À la différence des deux Vietnam (Nord et Sud) le Cambodge a obtenu de la France sont indépendance pleine et entière avant les Accords de Genève de 1954 : effectivement au début de novembre 1953. Et ceci par des moyens essentiellement pacifiques, sans guerre comme au Vietnam, ni affrontements sanglants (à l’exception de quelques accrochages mineurs avec quelques éléments du mouvement Khmer-Issarak). Certes, les Cambodgiens voulaient l’indépendance, il y avait eu une certaine agitation nationaliste à partir de 1945 (sous l’influence de Son Ngoc Thanh principalement), mais le Cambodge resta assez paisible pendant toute la première guerre d’Indochine.

L’artisan principal de l’indépendance fut, on le sait, le roi Norodom Sihanouk « Varman » (né le 31 octobre 1922) qui avait été porté au trône par les autorités françaises du protectorat en 1941, après la mort de son grand-père le roi Monivong. Agissant surtout sur le terrain diplomatique, Sihanouk put mener à bien ce qu’il avait lui-même appelé en 1953 la « croisade royale pour l’indépendance ». Cette « croisade », couronné de succès, lui valut naturellement une grande popularité auprès de son peuple.

Roi d’un Cambodge indépendant, affranchi de toute tutelle française, Sihanouk sera bientôt tenté par l’exercice d’un pouvoir personnel sans entraves parlementaires. Il avait dû, en effet, en 1947 promulguer une Constitution d’allure démocratique et laisser se former des partis politiques dont il n’appréciait guère l’existence (surtout celle du plus important, le Parti démocrate de tendance républicaine). En mars 1955, à la surprise générale, il décida donc d’abdiquer au profit de son père (Norodom Suramarit, roi de 1955 à 1960), en invoquant comme motif son désir « de se rapprocher de son peuple ». En fait Sihanouk – qui portera désormais le titre de prince et plus tard celui de chef de l’État – voulait en finir avec les partis politiques et avoir la haute main sur tout dans le royaume. Quelques mois après son abdication il créa donc un mouvement assez bizarre, le « Sangkum Reastr Niyum » (ou « Communauté socialiste populaire »), dont il devint le président et qui absorba rapidement les autres formations politiques (à l’exception du « Pracheachon », communiste, qui devint clandestin et donna naissance par la suite au mouvement des Khmers rouges).

Dès lors le prince Sihanouk put tout diriger à sa guise, il fut omnipotent pendant quinze années du régime « Sangkum » (1955-1970). La mort du roi Suramarit, le 3 avril 1960, ne changera rien à cette situation. Le trône resta vacant, mais la reine Kossomak (veuve du défunt roi et mère de Sihanouk, son unique enfant) en devint la « gardienne » - sans détenir la moindre parcelle d’autorité. Celle-ci était tout entière concentrée entre les mains de son fils, dont la politique intérieure allait se révéler, au fil des ans, de plus en plus autoritaire et autocratique. Nous n’insisterions pas, toutefois, sur cette politique qui n’a pas un rapport direct avec notre sujet.

Il convient par contre d’examiner d’assez près la politique extérieure du leader cambodgien, souvent décrire comme désespérément neutraliste et faisant de la corde raide entre les deux blocs. Peut-on tenir pour exacte cette affirmation ?

Oui, sans doute, pour ce qui concerne les premières années qui suivirent l’indépendance. Le Cambodge fut alors « neutraliste » (Sihanouk avait participé à la conférence de Bandung en 1955) et même réellement neutre. Mais pendant peu d’années seulement. En effet, comme l’a fort justement noté M. le Professeur Jean Delvert dans un récent ouvrage (« Le Cambodge », 1983, p. 106), « cette neutralité s’infléchit dès 1956 ». Car c’est cette année-là que le prince amorça un « flirt » politique avec la Chine maoïste, destiné à se poursuivre jusqu’à sa chute (en 1970). Mais c’est surtout à partir du début des années 1960 que la neutralité khmère va s’infléchir de plus en plus, en faveur des pays et des mouvements communistes asiatiques : Chine, Corée du Nord, Nord-Vietnam, « F.N.L. » (Vietcong) et Pathet-Lao. Les causes de cet infléchissement sont diverses, et leur étude pourrait appeler de longs développements. Elles furent à la fois d’ordre psychologique (susceptibilité de Sihanouk froissée par les critiques de la presse anglo-américaine à son égard) et politique (le prince d’étant facilement laissé convaincre que les communistes triompheraient au Vietnam). Toujours est-il que vers 1962-1963 le leader cambodgien avait pratiquement cessé de faire « de la corde raide entre les deux blocs » pour s’aligner sur l’un de ceux-ci. Par là même la neutralité khmère était devenue dès cette époque une pure fiction. Rappelons succinctement les principales étapes de ce processus.

En 1962 ont lieu les premiers incidents de frontière avec les Sud-Vietnamiens (des forces nord-vietnamiennes et vietcong s’étant déjà infiltrées en territoire khmer). En 1963 Sihanouk rompt les relations diplomatiques avec Saïgon (27 août), laisse s’installer une représentation nord-vietnamienne à Phnom-Penh, puis, à la fin de la même année, rejette l’aide économique et militaire des États-Unis. En mai 1965, rupture des relations diplomatiques avec Washington (à la suite d’incidents de frontière dans lesquels se trouvèrent impliquées les forces américaines opérant au Sud-Vietnam). Le 1er septembre 1966, « discours de Phnom-Penh » du général de Gaulle qui conforte l’attitude anti-américaine de Sihanouk. En juin 1967 le prince, qui soutient de plus en plus ouvertement Hanoï et Vietcong, obtient du gouvernement nord-vietnamien et du président du « F.N.L. » des engagements écrits de « reconnaissance de l’intégrité territoriale du Cambodge dans ses frontières actuelles » (avec promesse de respecter cette intégrité) et, paraît prendre pour argent comptant ce qui n’était que chiffons de papier. Deux ans plus tard, de plus en plus engagé du côté communiste, Sihanouk s’empresse de reconnaître, en juin 1969, le « gouvernement révolutionnaire provisoire » (G.R.P.) formé par le Vietcong. Le 30 juin il reçoit solennellement à Phnom-Penh Huynh-Tan-Phat, président du G.R.P. Le 8 septembre il se précipite à Hanoï pour assister aux obsèques de Hô-Chi-Minh. Le 25 du même mois il fait signer par le gouvernement cambodgien un « accord de commerce » avec le G.R.P., destiné en fait à légaliser le ravitaillement des forces vietcong par le Cambodge. Enfin le 9 octobre 1969, il décide le renvoi de la Commission internationale de contrôle (C.I.C) institué par les accords de Genève de 1954. (Celle-ci ne pouvait plus rien contrôler dans les régions frontalières de l’est du Cambodge, infesté par les forces communistes vietnamiennes).

Le prince Sihanouk avait mis ainsi le doigt dans un redoutable engrenage, en abandonnant peu à peu sa neutralité au profit du bloc communiste asiatique. Il s’était d’ailleurs rendu compte lui-même, sur le tard, des dangers d’une telle politique et avait cherché, dans ses dernières années de pouvoir, à se réconcilier avec les États-Unis tout en dénonçant les empiètements des forces communistes vietnamiennes sur son territoire. Mais comme ce comportement ambigu a été diversement apprécié, il nous semble utile d’apporter à ce sujet quelques précisions.

Certes, le leader cambodgien ne pouvait pas s’opposer militairement, avec sa faible armée, au passage de la piste Hô Chi Minh à travers son pays. Du moins aurait-il pu dénoncer haut et fort cette violation flagrante de la neutralité khmère par le Nord-Vietnam. Au lieu de cela il s’en est rendu complice tolérant même l’ouverture au Cambodge d’une « piste Sihanouk » - ainsi qu’elle fut appelée à l’époque – pour mieux ravitailler les forces vietcong au Sud-Vietnam. Revenu tardivement de ses erreurs, il finira toutefois (à partir de septembre 1968) par dénoncer les intrusions de « Vietnamiens armés » en territoire khmer. Le 28 mars 1969, il ira même jusqu’à présenter, au cours d’une conférence de presse, une carte détaillée des « sanctuaires » établis par les Nord-Vietnamiens et Vietcong au Cambodge : « Ils sont installés chez nous par bataillons et régiments entiers », avait-il alors déclaré. Or il est permis de penser que si le prince avait dénoncé, trois ou quatre ans plutôt, le passage de la piste Hô Chi Minh et l’existence de ces « sanctuaires » en pays khmer, le cours des événements aurait pu s’en trouver modifié. Les États-Unis auraient eu là en tout cas un argument de poids pour mieux justifier, vis-à-vis de l’opinion américaine et internationale, leur engagement en Indochine.

Concernant le bombardement en secret de la piste Hô Chin Minh au Cambodge sur ordre du président Nixon, donc à partir de janvier 1969 (début du premier mandat de Nixon), on peut dire que cette initiative militaire ne déplaisait pas à Sihanouk. Car à cette époque, on l’a vu, le prince s’inquiétait enfin sérieusement de l’utilisation de son territoire par les communistes vietnamiens, tout en cherchant à renouer avec Washington. Il avait reçu ainsi, en janvier 1968, un envoyé personnel du président Johnson, M. Chester Bowles, qui passa quatre jours à Phnom-Penh. Certains indices (notamment l’évidente satisfaction du prince après ses entretiens avec l’émissaire américain) donnent à penser que Sihanouk avait pu donner alors un accord tacite pour le bombardement de la piste Hô Chi Minh au Cambodge, sous réserve qu’il n’ait lieu que dans des régions pratiquement inhabitées (celle du nord-est en particulier). Toujours est-il que le leader cambodgien poursuivit ensuite assidûment de discrets efforts pour renouer les relations diplomatiques entre Phnom-Penh et Washington. Celles-ci furent officiellement rétablies en juin 1969, après quatre années de rupture. Mais trop tard cependant pour pouvoir rééquilibrer la neutralité khmère, irrémédiablement compromis à cette époque par les imprudences de Sihanouk pris dans l’engrenage d’une longue collusion avec Hanoï et le Vietcong.

 

Cambodge de 1970 à 1975

 

On a pris l’habitude de présenter la révolution de mars 1970 à Phnom-Penh comme une « révolution de palais » ayant renversé Sihanouk et amené au pouvoir un général soutenu par les services américains, Lon Nol. Première inexactitude qu’il convient de relever, Lon Nol était déjà dans la place, comme président du conseil des ministres, à la tête d’un gouvernement que Sihanouk avait lui-même constitué le 13 août 1969. Il n’avait donc nul besoin d’être amené au pouvoir avec le soutien des « services américains », puisqu’il y avait été déjà par le prince. D’autre part il n’y a pas eu une « révolution de palais » à Phnom-Penh le 18 mars 1970, mais une destitution légale du prince Sihanouk de ses fonctions de chef de l’État par le parlement cambodgien (le vote sur cette destitution fut acquis par 92 voix contre 0, donc à l’unanimité).

Destitution, effectuée sans effusion de sang, qui était l’aboutissement d’une crise politique complexe qui avait éclaté à la fin de décembre 1969. Cette crise avait provoqué, le 6 janvier 1970, un brusque départ du prince pour la France (soi-disant pour raison de santé). Elle s’était doublée ensuite, au début de mars 1970, d’une autre crise, grave, dans les rapports entre le Cambodge et les communistes vietnamiens. Dans tous les cas il s’est agi alors d’une affaire intérieure, purement khmère, à laquelle les « services américains » paraissent avoir été totalement étrangers. Les États-Unis, d’ailleurs, n’avaient alors à Phnom-Penh qu’une très modeste représentation, dirigée par un chargé d’affaires (et non par un ambassadeur), et celle-ci s’appliquait à se montrer aussi discrète que possible. Les relations diplomatiques khméro-américaines n’ayant été rétablies que depuis neuf mois seulement, Washington évitait soigneusement tout ce qui aurait pu les compromettre.

On a ensuite prétendu que le général Lon Nol constitua une armée de 100 000 hommes, alors que l’armée khmère ne comptait guère plus de 30 000 hommes au début de l’année 1970. Le fait est exact, des milliers de jeunes Cambodgiens s’étant porté volontaires pour lutter contre l’agression des forces nord-vietnamiennes et vietcong déclenchée le 29 mars 1970, après de vaines négociations (le 16 mars) ayant eu pour objet d’obtenir leur retrait du Cambodge. Mais on accuse surtout cette armée de s’en être prise à la colonie de civil vietnamiens qui vivait depuis des générations au Cambodge et d’en avoir fait un « grand massacre ».

Sur ce point, il convient également de rétablir la vérité.

Ces regrettables événements eurent lieu en effet au mois d’avril 1970, à un moment où l’armée cambodgienne – formée en majorité de « soldats de vingt-quatre heures », suivant une juste expression du général Lon Nol – luttait courageusement pour s’opposer à l’agression de quelque 55 000 soldats nord-vietnamiens et vietcong. Phnom-Penh était menacé, le Cambodge dramatiquement isolé, et sa population anxieuse avait tendance à voir dans tout civil vietnamien un agent de l’ennemi. Il y eut ainsi, pendant trois semaines environ, des exactions contre la communauté vietnamienne, accompagnées d’exécutions sommaires. Mais parler d’un « grand massacre » est très exagéré, le nombre de victimes (selon des sources dignes de foi et présenter sur place) ayant été de l’ordre d’un millier environ pour une communauté qui comptait alors au moins 300 000 âmes. Certes, il n’est pas question d’excuser ici de déplorable excès, mais encore faut-il- les ramener à leurs justes proportions et indiquer pourquoi et comment ils purent se produire.

L’évocation de ce « grand massacre » de civils vietnamiens vivant au Cambodge et de quelques autres « bavures » regrettables ne nous paraît pas dépourvue d’arrière-pensées. Elle suggère trop visiblement, en effet, que les Cambodgiens seraient des êtres sanguinaires, des mangeurs de foie humain et donc des cannibales. Pour qui connaît réellement le peuple khmer, doux et pacifique sauf dans des cas extrêmes, cette suggestion tendancieuse n’est pas admissible.

Venons-en maintenant à la suite des événements, c’est-à-dire au déroulement de la guerre du Cambodge ! Et pour commencer, à l’intervention américaine, qui a suivi et non pas précédé l’agression des forces nord-vietnamiennes et vietcong contre ce pays. Rappelons seulement que ce sont les communistes vietnamiens, et non les Américains, qui ont violé les premiers - et pendant des années – la neutralité khmère. Quant à l’intervention des forces terrestres américaines, a elle été très limitée dans le temps et dans l’espace : du 30 avril au 30 juin 1970, sur une profondeur de 30 à 40 kilomètres seulement à l’intérieur du territoire cambodgien. Cette intervention, d’autre part, avait été indirectement sollicitée par le gouvernement cambodgien du général Lon Nol qui, le 14 avril, avait notamment déclaré dans un message radiodiffusé destiné au peuple khmer : « Le gouvernement de sauvetage a le devoir d’informer la nation que, en raison de la gravité de la situation actuelle, il s’est vu dans la nécessité d’accepter, dès maintenant même, toute aide extérieure inconditionnelle de toute provenance pour le salut national ».  Ajoutons à ce sujet que si l’action militaire des américains avait duré plus de deux mois et s’était étendue plus en profondeur, il est vraisemblable que les communistes vietnamiens auraient subi une défaite de grande envergure et sans doute perdu la guerre.

Faute de ce concours américain, il est exact, assurément, que l’armée de la république Khmère (le Cambodge ayant cessé d’être une monarchie à la date du 9 octobre 1970) n’a pas pu venir à bout des « sanctuaires » nord-vietnamiens. Elle s’est néanmoins battue courageusement contre un adversaire militairement redoutable. Toutefois, après l’échec – à l’automne de 1971 – de l’offensive « Tchenla II » visant à reconquérir la province de Kompong Thom, cette armée s’est cantonnée dans la défensive. Ce n’était évidemment pas la méthode idéale pour vaincre l’adversaire. Malgré de nombreuse causes de faiblesse (corruption d’une partie du commandement, discipline médiocre, logistique précaire, etc.) l’armée de Lon Nol a cependant tenu pendant cinq ans. Pourtant l’aide américaine ne fut pas énorme, il n’y eut pas de conseillers militaires comme au Sud-Vietnam, et l’appui aérien de l’U.S. Air Force cessa définitivement le 15 août 1973 (dix-huit mois avant la fin de la guerre du Cambodge).

En ce qui concerne les maquis des Khmers rouges qui, soi-disant, se renforçaient chaque jour, des précisions s’imposent. Ces maquis ne représentait, au début de la guerre, s’une force dérisoire : 3 000 hommes environ, et la population leur était presque partout hostile en raison de la cruauté de leurs méthodes d’actions. Aussi, pendant presque trois ans, les forces gouvernementales cambodgiennes n’ont jamais eu en face d’elles que des soldats nord-vietnamiens et vietcong exclusivement (toutes les photos de cadavres ennemis prises sur terrain, et centralisées au ministère de l’Information à Phnom-Penh, le prouvaient amplement). Les khmers rouges n’ont commencé à jouer un rôle militaire qu’au début de l’année 1973, prenant alors la relève des forces communistes vietnamiennes restées au Cambodge malgré la signature des accords de Paris du 27 janvier 1973 (dont l’article 20, paragraphe B, stipulait pourtant que toutes les forces étrangères devaient se retirer de ce pays). Auparavant, dans la partie nord du pays contrôlée par ces forces étrangères, Pol Pot et ses acolytes avaient eu largement le temps de recruter des jeunes paysans assez incultes, de les endoctriner et de former avec eux leur propre armée.

Celle-ci, dont les effectifs atteignaient plus de 50 000 hommes à la fin de la guerre, essaya de s’emparer de Phnom-Penh et d’autres villes (Kompong Cham notamment) en 1973 et 1974, mais sans succès. Ce n’est qu’en 1975 qu’elle parvint à triompher. Non pas en raison d’une véritable supériorité militaire – bien que bénéficiaient de l’aide des chinois et de soutien logistique des nord-Vietnamiens – mais à cause de la démoralisation des forces gouvernementales, lassées de cinq années de guerre et qui n’avaient plus aucun appui à espérer du côté américain.

On explique aussi la capitalisation par le fait que les défenseurs de Phnom-Penh escomptaient un retour imminent du prince Sihanouk (qui leur aurait épargné une mainmise communiste). Le prince était alors toujours à Pékin, où il s’était établi après sa destitution et avait fait alliance avec les Khmers rouges (après avoir réprimé durement leurs menées subversives au Cambodge en avril 1975. Sans doute n’en fut-il lui-même par tellement surpris. N’avait-il pas déclaré un jour, dans une interview accordée pendant son exil à la journaliste italienne Oriana Fallacci, que les Khmers rouges le cracheraient « comme un noyau de cerise » lorsqu’ils n’auraient plus besoin de lui ?...

 

Le Cambodge après avril 1975

 

La tragédie sans précédent qui s’est abattue sur le Cambodge au lendemain de la victoire des Khmers rouges, le 17 avril 1975, est aujourd’hui bien connue grâce à de nombreux témoignages, livres et articles : la déportation des habitants de Phnom-Penh et de toutes les villes du Cambodge, le génocide (2 millions de morts étant le chiffre le plus généralement admis), les travaux forcés dans des conditions inhumaines pour tout un peuple, une régression effroyable, le périlleux exode de très nombreux Cambodgiens vers la Thaïlande… Mais on connaît généralement mal l’existence des mouvements de résistance qui se sont formés dès le mois de mai 1975, dans le nord-ouest du pays et aussi dans certaines régions de l’intérieur (notamment dans le massif de Kirirom).

Ces maquis, tragiquement démunis, ont lutté comme ils ont pu contre la tyrannie des Khmers rouges, pratiquement sans aucune aide extérieure. Par la force des choses leur raison a été très réduite, mais ils ont eu au moins le mérite d’exister pendant toute la durée du régime Pol Pot (avril 1975-janvier 1975). Leur existence a été connue dans une partie de la population opprimée, lui apportant, ici et là, un faible rayon d’espoir dans ses terribles épreuves. Mais événement ni même ébranler sérieusement le système impitoyable mis en place par les Khmers rouges. L’effondrement de ce système ne pouvait provenir que d’une intervention extérieure.

Or les Khmers rouges commirent l’erreur de se brouiller avec leurs anciens alliés nord-vietnamiens. À partir de 1977 les relations devinrent de plus en plus mauvaises entre Phnom-Penh et Hanoï. Les Chinois, dont l’influence s’était rétablie au Cambodge après une éclipse de 5 ans, on peut-être contribué, d’une manière ou d’une autre, à cette détérioration, marquée bientôt par des provocations répétées de la part des Khmers rouges. Il paraît établi en effet que les graves incidents de frontières qui se produisirent en 1977 et 1978 entre Khmers rouges et nord-vietnamiens doivent être attribués aux premiers qu’aux seconds.

Hanoï, qui n’avait nullement renoncé à ses visées expansionnistes sur le Cambodge, trouvera là le prétexte qui lui manquait pour envahir ce pays. Auparavant les dirigeants nord-vietnamiens avaient assuré leurs arrières en signant à Moscou, le 3 novembre 1978, un traité d’amitié et de coopération avec l’union soviétique – traité d’alliance en fait, qui leur donnait le feu vert pour l’invasion du Cambodge. Un mois plus tard, le 3 décembre, Radio-Hanoï annonçait la formation d’un « Front uni de salut national du Kampuchea » (en abrégé « F.U.N.S.K. »), présidé par un transfuge du régime de pol Pot, Heng Samrin. Ce « Front », fabriqué par le Nord-Vietnamiens, « tait destiné à leur servir de camouflage pour leur intervention imminence. Celle-ci fut déclenchée le 25 décembre 1978, en direction de Phnom-Penh, et prit rapidement l’allure d’une offensive-éclair. De toute évidence l’armée des Khmers rouges, bien qu’équipée par la Chine, ne pouvait pas faire le poids face aux forces de Hanoï.

Le 6 janvier 1979, presque au dernier moment, les chinois aidèrent le prince Sihanouk – que le régime Pol Pot avait placé en résidence surveillée avec sa famille depuis avril 1976 – à fuir le Cambodge pour gagner Pékin (où allait commencer pour lui un nouvel exil). Le 7 janvier, les forces nord-vietnamiennes accompagnées (pour sauver les apparences) de quelques éléments du « F.U.N.S.K. » pénétrèrent dans Phnom-Penh abandonnée par les Khmers rouges en fuite. Dans la tragique histoire du Cambodge contemporaine une nouvelle page venait d’être tournée avec cette deuxième chute de sa capitale. L’époque suivante, depuis le début de l’occupation nord-vietnamienne jusqu’à maintenant, n’aura guère été moins tragique pour le peuple khmer que la précédente. Et ce n’est pas la « leçon », militairement peu convaincante, donnée par la Chine aux Nord-Vietnamiens en février-mars 1979 qui pouvait changer la situation résultant du coup de force de Hanoï. Le 18 février avait d’ailleurs été signé à Phnom-Penh un « traité d’amitié » khméro-vietnamien, qui enchaîne le Cambodge au Vietnam pour une durée de 25 ans.

Sans doute l’arrivée des troupes du Vietnam communiste fut-elle considérée au début comme une sorte de « libération » par le peuple khmer. Car elle mettait fin au génocide perpétré par le régime de Pol Pot. Les massacres, les exécutions sommaires et les exactions en tout genre cessèrent alors, pour l’immense soulagement des rescapés. Mais le Cambodge se trouva bientôt affligé par une terrible famine en 1970-1980, séquelle inévitable de l’effrayante régression économique par les méthodes aberrantes des Khmers rouges. Cette famine put être partiellement surmontée, grâce à une importante aide alimentaire en provenance de l’étranger.

La vie reprit ensuite un cours plus ou moins « normalisé ». Mais les Cambodgiens ne tardèrent pas à s’apercevoir qu’ils n’avaient pas beaucoup gagné au change. Leur pays était occupé (et il l’est encore aujourd’hui) par quelque 180 000 soldats vietnamiens, nordistes pour une bonne part mais avec dans les rangs des sudistes – ceux-ci recrutés sous la contrainte et peu motivés pour cette occupation. Un régime communiste était de nouveau en place, prosoviétique cette fois au lieu d’être prochinois. Fait plus grave, les occupants ont entrepris ces dernières années de vietnamiser systématiquement le Cambodge en y envoyant en grand nombre des « colons » qui se sont installés sur les meilleures terres : dans le centre (région du Grand Lac) et le sud-est (province de Prey Veng, Svay Rieng et Takéo). Selon des déclarations faites en 1984 par le prince Sihanouk et par M. Son Sann (son ancien Premier ministre, aujourd’hui associé avec lui dans une coalition anti-Hanoï) le chiffre de ces « colons » se situerait entre 300 et 500 000. Beaucoup d’entre eux – grâce à la complaisance du régime de Heng Samrin, qui n’a rien à refuser aux envahisseurs – auraient déjà obtenu la nationalité cambodgienne. Ce qui pourrait avoir de très graves conséquences si un jour des « élections libres » avaient lieu au Cambodge. Ceux qui voteraient alors, en effet, seraient pour une bonne partie des Vietnamiens naturalisés, qui suivraient évidemment les consignes de vote données par Hanoï.

Sur le plan international, l’occupation du Cambodge, qui dure depuis plus de six ans déjà, a été condamnée par de très nombreux pays – à l’exception de ceux du bloc soviétique. À l’O.N.U., les Khmers rouges ont conservé le siège du « Kampuchea démocratique » (nom donné par eux à leur pays). Ils le détiennent conjointement avec le prince Sihanouk et de M. Son Sann, depuis qu’un gouvernement de coalition cambodgien (« G.C.K.D. ») a été créé en juin 1982 sous la pression de la Chine et de l’A.S.E.A.N. L’Assemblée générale des Nations-Unies vote chaque année, depuis l’automne de 1979, une résolution demandant le retrait des « troupes étrangères » du Cambodge. En octobre 1983 cette résolution fut votée par 105 pays, et par 110 le 30 octobre 1984.

Par ailleurs une conférence internationale consacrée au Cambodge s’est tenue à New-York en juillet 1981, sous l’égide de l’O.N.U., et elle s’est prononcée également pour le retrait des « troupes étrangères » et pour un règlement négocié du problème cambodgien. Malheureusement les prises de position de l’O.N.U. restent sans effet, car elles sont purement et simplement ignorées par le gouvernement de Hanoï qui n’en tient aucun compte.

Sue le terrain enfin, la résistance a paru se renforcer. Les maquis anti-Khmers rouges qui étaient basés le long de la frontière khméro-thaïlandais se sont regroupés pour former en octobre 1979, le « Front national de libération du peuple khmer » (F.N.L.P.K.), qui a choisi M. Son Sann comme président et qui compterait aujourd’hui 12 000 combattants. Paradoxalement, et contre son gré, ce front est devenu – on l’a vu – l’allié des Khmers rouges, qui disposeraient encore de 30 000 combattants, et du prince Sihanouk (dont le mouvement de résistance – « le F.U.N.C.I.N.P.E.C. » - aligne entre 3 000 et 5 000 hommes). Cette curieuse alliance, imposée par les asiatiques désireux de contrer l’influence soviétique et vietnamienne, est assez flexible. Quant à la force respective des trois partenaires, elle est très inégale. Les Khmers rouges, toujours redoutés et haïs par la population cambodgienne, sont activement soutenus et bien armés par les chinois et ménagés par la Thaïlande (qui s’appuie sur Pékin face à la menace nord-vietnamienne). Ils ont mené de nombreuses actions contre les forces d’occupation de Hanoï en 1984, parfois de loin à l’intérieur du territoire cambodgien. Le Front de M. Son Sann, pour sa part, a fait des progrès militairement, bien qu’ayant un armement inférieur à celui des Khmers rouges. En avril 1984, ses combattants, qui se signalent par leur courage, ont repoussé avec succès une offensive ennemie contre leur importante base de Ampil (proche de la frontière khméro-thaïlandaise), après de durs combats. Quant aux forces du prince Sihanouk, elles comptent peu sur le terrain et les Nord-Vietnamiens ne paraissent pas s’en préoccuper.

La saison sèche de 1984 avait don été plutôt favorable aux diverses forces de la coalition cambodgienne anti-Hanoï. Mais la situation existant depuis 1979 ne s’en trouve pas sensiblement modifiée pour autant et les perspectives d’avenir restent sombres pour le peuple khmer. D’autant plus que la résistance a été très malmenée par les forces de Hanoï à la fin de 1984 et au début de 1985 (chute de Ampil le 8 janvier). Avec une population qui est probablement inférieur à 5 millions d’habitants aujourd’hui, un déficit en riz évalué à 300 000 tonnes pour l’année dernière, la menace d’une nouvelle famine et une vietnamisation qui s’accentue inexorablement, le Cambodge risque de disparaître en tant que nation à plus ou moins brève échéance. La plus grave menace qui pèse sur son peuple est de se trouver un jour réduit à l’état de minorité ethnique dans son propre pays, si l’afflux des « colons » envoyés par Hanoï devait se poursuivre pendant quelques années encore.

Le salut pour le Cambodge ne pourrait don venir que du retrait total et définitif des forces communistes vietnamiennes, sous réserve qu’il ne soit pas suivi d’un retour au pouvoir des Khmers rouges. Un salut très hypothétique actuellement. Les nationalistes cambodgiens, surtout ceux du F.N.L.P.K. nettement plus nombreux que les partisans du prince Sihanouk, attendent donc des pays favorables à leur cause un soutien plus actif que celui qui consiste à voter une fois par an à l’O.N.U. en leur faveur. Mais ils n’entretiennent pas d’illusions excessives à ce sujet. Ils savent du reste que le pays est devenu le champ clos de la rivalité sino-soviétique dans la péninsule indochinoise, par Khmers rouges et Nord-Vietnamiens interposés, et que cette rivalité n’est pas près de prendre fin.                

Repost 0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 21:28

Télégramme du Prince Sihanouk de Pékin, Mai 1974 à M. Sim Var

 

CECI EST LA REPONSE A VOTRE TEMEGRAMME DU 15 MAI QUI AURAIT DU VOUS ETRE RETOURNED AVEC TOUT LE MEPRIS A SON INFECT EXPEDITEUR. L’ILLUSTRE DESTINATAIRE NE SABAISSE PAS A VOUS REPONSE ? A VOUS ? UN TRAITRE DE LA PIRE ESPECE STOP SIMVAR VOUS OUBLIEZ QUE VOUS ET VOS MISERABLES COMPLICES AVEZ DETRUIT LE CAMBODGE INDEPENDANT SOUVERAIN NEUTRE PACIFIQUE OASIS DE PAIX DE SAMDECH SIHANOUK ET QUE VOUS LIVREZ ENSUITE A VOS MAITRES LES IMPERIALISTES YANKEES ET SOUS MAITRES DE REGIMES DE BANGKUK ET SAIGON STOP POURSUIVI ET RONGED PAR LES PIRES REMORDS DAVOIR LAISSE VOS MAITRES ET SOUS MAITRES SE LIVRER AU CARNAGE SANS NOM DU PEUPLE CAMBODGIEN A LA DESTRUCTION DES MILLIERS DE PAGODES VILLAGES ET VILLES VOUS VOULEZ DECHARGER VOTRE PROPRE FORFAITURE SUR NOUS QUI LUTTONS CONTRE VOS PATRONS AGRESSEURS ET ARCHICRIMINELS POUR LIBERER NOTRE PATRIE BIEN AIMEE LAQUELLE NEST PLUS LA VOTRE NI CELLE DE VOS PIRES COMPLICES CAR LES UNS ET LES AUTRES VOUS NETES PLUS QUE DES RENEGATS STOP ET MAINTENANT VOUS VOUS PERMETTEZ DINSULTER NOTRE PEUPLE NOS COMBATTANTS EN LES TRAITANT DE VIETCONG ET NORDVIETNAMIENS QUI SONT CERTES NOS AMIS ET COMPAGNONS DE LUTTE MAIS NON COMME LE SONT POUR VOUS ET AUTRES TUTTI QUANTI LES IMPERIALISTES YANKEES LES YOUN DE SAIGON ET SIEM DE BANGKOK STOP SIMVAR POURQUOI PERSISTEZ VOUS A NIER ENCORE LEVIDENCE PUISQUE VOTRE GRAND PATRON ET BAILLEUR DE FOND R.NIXON A AVOUE QUE CETAIT BIEN LUI QUI AVAIT ORDONNE LIVASION DU CAMBODGE EN 1970 ET LE BOMBARDEMENT DE HANOI ET HAIPHONG EN 1972 STOP RENVOYEZ LE CABLE A.F.P DE WASHINTONG DU 16 MAI 1974 CET AVEU DE NIXON A ETE FAIT AU JOURNALISTE JAMES J. KILPATRICK DE WASHINTON STAR NEWS STOP ET VOUS VOULEZ ETRE ENCORE PLUS NIXON QUE CHEF GANSTER MEME POUR LE PEUPLE AMERICAIN STOP GARDER AU MOINS UNE MIETTE DE DIGNITE AU LIEU DE VOUS ASSERVIR STOP NE VOUS SOUCIEZ PAS DE NOTRE PRETENDU CRIME QUI  NEXISTE QUE DANS VOTRE IMAGINATION ABERRANTE CELLE DUN FOU RONGED PAR MAUVAISE CONSCIENCE STOP NOTRE PEUPLE VICTIME DIRECTE DE VOTRE TRAHISON VOUS RESERVE A VOUS ET VOS COMPLICES CRIMINELS MILLE PENDAISONS STOP VOILA NOTRE REPONSE ET CEST LA DERNIERE AVEC TOUT LE MEPRIS QUE NOUS VOUS DEVONS STOP FIN CABETA. (Cabinet du chef de l’Etat).

 

Cliquez Ici pour lire la réponse de M. Sim Var

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 16:44
Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 15:36

Une cruelle publicité

Extrait de l’article de M. Bernard Hamel paru dans HISTORIA n° - 391 du mois de Juin 1979.

 

Les « Khmers Serei » (ou « Khmer libres »), républicain mais anticommunistes et pro-américains, furent les premiers à en faire l’expérience. Réfugiés au Sud-Vietnam ou en Thaïlande au début des années 1960, ceux d’entre eux qui tentèrent de revenir au Cambodge et qui se firent prendre finirent devant un peloton d’exécution.

Sihanouk donna une cruelle publicité à ces exécutions, ordonnant qu’elles soient photographiées et filmées dans les moindres détails. Photos et films étaient ensuite diffusés dans tout le pays, sans doute qu’aucun Cambodgien n’ignore le châtiment réservé aux « traîtres ».

Ce fut ensuite le tour des « Khmers Rouges » ou présumés tels, car il ne s’agissait pas toujours de vrais communistes, mais de simples paysans las d’être brimes par une administration fortement corrompu.

Les exécutions de « Khmers Rouges » - ainsi nommés par Sihanouk lui-même – n’eurent lieu qu’à partir du début de l’année 1967, lorsque ceux-ci entrèrent en rébellion dans la province de Battambang puis dans d’autres provinces. Elles furent beaucoup plus nombreuses que les exécutions de « Khmers Serei » et se poursuivirent pendant trois ans.

Toutefois le prince s’abstint de leur donner la même publicité, pour ne pas indisposer les pays communistes asiatiques (Chine, Nord-Vietnam et Corée du Nord) avec lesquels il entretenait d’étroites relations.

Mais les Khmers Rouges capturés furent souvent exécutés d’une manière assez féroce : Décapitation et exposition des têtes coupées, précipitation dans le vide du haut des falaises de Bokor, etc.

Sihanouk lui-même se vanta de ces exécutions en certaines circonstances, notamment dans un discours mémorable prononcé dans la province de Kompong-Thom le 19 août 1968 et qui fut enregistré, comme tous ses discours, par les services du Ministère de l’Information cambodgien.

Il proclame à cette occasion qu’il avait fait tuer déjà plus d’un millier de « Khmers Rouges », et que cela « ne l’avait pas empêché de dormir ».

Tous les opposants à son régime n’étaient pas exécutés cependant, et d’autres connurent un sort plus doux en allant moisir en prison pendant huit ou neuf ans. Toujours est-il que les prisons étaient assez bien remplies lorsque Sihanouk fut destitué par le Parlement khmer, le 18 mars 1970.

Quinze jours plus tard, le gouvernement Lon Nol ordonna la libération de tous les détenus politiques. Rien qu’à Phnom-Penh, 486 détenus furent remis en liberté le 2 avril. La plupart d’entre eux avaient été emprisonnés parce qu’on les soupçonnait d’être des Khmers Rouges.    

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 05:47

Texte intégral :

C’est, je l’avoue, avec une certaine émotion que je prends la parole devant l’un des auditoires les plus cultivés et les plus avertis qui se puissent rencontrer en France, l’association des Docteurs en Sciences Politiques, que je remercie de m’offrir cette précieuse occasion de faire mieux connaître mon pays et sa politique bien souvent incompris sur le plan international.

J’ai le sentiment en effet que si je n’arrive pas à trouver, pour mon pays, le Cambodge, et pour ma région, l’Indochine, le chemin de votre cœur et de votre raison – à vous qui, j’en suis sûr, ferez preuve d’objectivité à mon égard – je ne parviendrai à convaincre personne en Occident que les évènements tragique qui se déroulent à quelque 12 000 kilomètres de votre Capitale pourraient bien, sauf arrangement international rapide dicté par le bon sens, déboucher sur un conflit ouvert entre grandes puissances, conflit qui ne restera pas longtemps limité à l’Asie du Sud.

Oui, je sollicite et redoute en même temps votre jugement. On n’atteint jamais un peuple qu’à travers ses élites – et vous êtes parmi ses représentants les plus authentiques. Mais celui qui vous parle ne saurait vous cacher qu’il n’est pas un universitaire, tout au plus un autodidacte nourri aux dures leçons de l’expérience quotidienne, un homme qui pratique depuis vingt-trois ans la politique sans en avoir jamais appris la « science », un « ouvrier des affaires d’Etat » qui a exercé tant bien que mal diverses fonctions : Roi, Président du Conseil, Chef de l’Etat – un « job » délicat, et croyez-moi, sans retraite assurée – enfin, vous devez aussi le savoir, une personnalité qui fait l’objet de nombreuses controverses et que la presse occidentale (français, bien souvent, y compris) traite généralement sans ménagement.

Vous avez devant vous, selon beaucoup de journaux, un Prince « rouge, imprévisible et déconcertant, changeant et versatile », un « dictateur monarchiste et progressiste », un « satellite de la chine…et de la France ». Tous au plus me reconnaît-on une qualité : avoir maintenu mon pays en paix depuis dix ans et l’avoir fait sortir de son état de sous-développement. On veut bien reconnaître aussi, dans les nombreux milieux qui ne m’aiment guère, que je jouis d’une popularité « exceptionnelle » parmi le peuple cambodgien et que je travaille, selon l’expression même d’un magazine américain, « plus dur qu’un coolie ».

Je n’ai jamais pensé qu’une conférence, si détaillée soit-elle, puisse modifier profondément les opinions reçues. Elle peut toutefois constituer une base de réflexions pour ceux qui demeurent, intellectuellement parlant, « disponibles » et qui ne portent de jugement qu’en connaissance de cause. Si critiqué que je sois, et quelque méfiance que j’inspire à certains bons esprits assurés de détenir la vérité sur l’Asie du sud, comme d’ailleurs sur maints autres problèmes, c’est la jeunesse, à laquelle j’aime m’adresser librement , qui m’a jusqu’ici donné les meilleurs espoirs. Je me souviens avec gratitude qu’en un pays où j’ai été couramment, obstinément vilipendé – les Etats-Unis d’Amérique, pour ne pas les citer – les étudiants des Facultés les plus diverses, d’esprit plus curieux et plus ouvert que leurs aînés, m’ont réservé toujours, à moi et à mes idées peu conformistes, l’accueil le plus encourageant. Je veux espérer que la jeunesse intellectuelle française m’écoutera de son côté, sinon avec sympathie, du moins avec quelque intérêt, même si mes propos sont parfois de nature à l’étonner un peu.

Ce qui m’a poussé à accepter votre aimable et redoutable invitation, c’est en effet l’amitié très ancienne et très affectueuse qui lie Khmers et français – amitié qui fait que nous nous sentons chez nous en France comme vos compatriotes se sentent chez eux au Cambodge – et aussi le charme persuasif de votre « ambassadrice », Mme René Bridel, car les khmers ne savent pas dire non à une aimable femme qui est de surcroît Parisienne.

Comme vous avez bien voulu m’y convier, je vais donc essayer de vous exposer ce qu’est notre neutralité, que d’aucun baptisent « neutralisme », en m’appuyant sur vingt-trois années d’expérience politique à la barre de mon pays.

Un de vos éminents professeurs, Doyen d’une de nos Facultés, a bien voulu me suggérer un jour d’exposer dans un ouvrage, à l’intention de nos étudiants, ce qu’il appelait ma « doctrine politique ».

J’ai dû sans doute décevoir mon estimable interlocuteur en lui avouant que, chargé de si longue date d’assurer l’existence de mon petit pays face à des situations très difficiles et à des évènements aussi graves qu’imprévisibles, j’avais eu généralement recours à une politique d’«au jour le jour » et n’avais jamais su trouver le temps d’essayer d’en dégager une « doctrine ».

J’ai ajouté que je n’avais mis en œuvre, en place de doctrine qu’une simple règle de conduite, à savoir m’efforcer d’assurer par tous les moyens possibles, imaginables… et admissibles, la sauvegarde de l’existence de mon pays, de son indépendance et de son intégrité territoriale, dans un monde troublé, divisé, qui ne pardonne pas une fausse manœuvre ni un mauvais choix. J’ai toujours pensé qu’il fallait « d’abord vivre, ensuite philosopher ». S’il fallait absolument m’attribuer une étiquette, celle de « pragmatiste » serait, je crois, la plus exacte.

Comment les choses se sont-elles passées pour le peuple khmer et pour moi depuis qu’en 1941, à ma grande surprise, et à la veille des examens du baccalauréat au Lycée Chasseloup-Laubat de Saigon, je fus désigné par le Conseil du trône pour succéder à mon grand-père, Sa Majesté Monivong ?

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, j’eus à faire face à une double opposition – qui n’en fit souvent qu’une, car les opposants s’entendaient assez bien pour une action commune – celle des Communistes qui devaient se regrouper plus tard en « groupe du peuple » et celle des tenants de l’ancien Président du Conseil pro-japonais Son Ngoc Thanh, qui est actuellement l’hôte privilégié de nos voisins thaïlandais et sud-vietnamiens. Les uns et les autres menaient une vive campagne anti-monarchiste, soit par conviction, soit par opportunité, affirmant à notre peuple, surtout à la jeunesse scolaire, que les derniers souverains du Cambodge étaient responsables de la perte de notre indépendance au profit des Français, et antérieurement, de la perte de nombreuses provinces khmères au profit de nos voisins.

Il découlait naturellement de cette campagne que l’héritier des souverains en question, votre serviteur, devait quitter le trône et céder la place à « d’habiles politiciens » appartenant aux quelques dix partis qui s’étaient créés sur le modèle des partis français – mais qui, à une ou deux exceptions près, n’étaient guère que des clans au service de personnalités ambitieuses.

Ma première tâche fut de réhabiliter la mémoire de mes ancêtres qui, loin d’être d’odieux tyrans opprimants le peuple, furent à certains égards de hardis novateurs, qui servirent et défendirent les intérêts de leur pays. Scrupuleusement informés de l’œuvre de ses rois et de la lutte, souvent obscure et toujours difficile, qu’ils menèrent pour rétablissement de l’indépendance, les Khmers leur rendent aujourd’hui justice. Et tous ont applaudi lorsque, inaugurant des réalisations nationales dans la province de Rattanakiri, limitrophe du Sud-Vietnam, je leur ai dit : « Nous nous attachons à faire revivre la tradition d’Angkor, non point celle qui s’est traduite en guerres et en conquêtes, mais celle qui a servi le peuple ». J’ai cité la construction de nombreux établissements hospitaliers créés par nos Rois et leur étonnante « politique de l’eau », notamment la création d’immenses réservoirs et de canaux d’irrigation qui s’étendaient d’Angkor jusqu’à la mer. J’aurais pu parler aussi de la construction répandue dans les pagodes et du développement inouï des beaux-arts…

Comme ces souverains, j’ai rencontré, pendant les premières années de mon règne, de nombreuses difficultés. J’ai réussi néanmoins à les surmonter et j’ai aujourd’hui la profonde satisfaction de dédier à leur mémoire la réussite d’un programme qui assure la réhabilitation de nos dynasties khmères.

Sur le plan territorial, j’ai pu avec l’aide de la diplomatie française, récupérer en 1947 les trois provinces que les Siamois (aujourd’hui Thaïlande) nous avons arrachées en 1941, au lendemain de la défaite française, face à l’Allemagne nazie, avec le concours du japon fasciste, alors tout puissant dans le Sud-Est Asiatique.

Sur le plan diplomatique, j’ai pu obtenir, en novembre 1953, sans que soit versée une goutte de sang khmer ou français et par des négociations certes opiniâtres, mais amicales, la remise par la France l’évacuation du Commandement et des troupes françaises. Cela se passait exactement huit mois avant que la Conférence de Genève sur l’Indochine ne se réunisse.

Si, tout à la fin de cette même année, profitant du départ des troupes françaises et des difficultés que nous causait alors le Vietminh, la Thaïlande, notre ennemi traditionnel, fit occuper par sa police, puis par ses troupes, Preah Vihear (temple proche de la frontière construit par les anciens Rois khmers sur cette colline, et joyau de notre patrimoine architectural et religieux), nous avons pu présenter à la Cour International de Justice de la Haye un dossier suffisamment copieux et solide qui, défendu par trois brillants juristes dont le Professeurs Pinto et Reuter, que vous connaissez bien, nous permit d’obtenir un jugement prescrivant le retour de Preah Vihear au Cambodge.

En 1954, lorsque s’ouvrit la Conférence de Genève sur l’Indochine, qui consacrera la division du Vietnam et du Laos, nous fûmes, en raison de notre indépendance recouvrée et de la stabilité de notre régime, le seul Etat indochinois qui échappât à la partition et qui obtint l’évacuation sans conditions des forces vietminh et la reddition, également sans condition, des rebelles khmers qui les épaulaient. J’ajoute aussitôt qu’en ce qui concerne ces derniers, nous nous bornâmes à les faire regagner leurs villages et à les réintégrer, comme citoyens à part entière, dans la communauté nationale.

Ces rappels historiques peuvent vous paraître un peu fastidieux. Ils sont toutefois, je crois, d’une extrême importance, car ils marquent les premiers pas et les premiers succès de la diplomatie du Cambodge indépendant.

Ces faits sont à l’origine de notre réussite actuelle qui a permis à notre peuple de rester « debout » malgré les agressions répétées des forces sud-vietnamiennes, conseillées et guidées par les Américains, contre nos villages et postes frontaliers, alors que le Sud-Vietnam (et le Laos) sont arrivés à l’état de déliquescence que vous connaissez.

Aujourd’hui, bien que les Etats-Unis et leurs alliés asiatiques, curieusement appuyés par la Grande-Bretagne, nous refusent la reconnaissance formelle de notre neutralité et de nos frontières, nous sommes heureux et fiers de demeurer, comme a bien voulu me l’écrire récemment le Général de Gaulle, un « facteur exemplaire de stabilité » dans cette région déchirée, avec notre indépendance et notre intégrité territoriale maintenues.

Nous sommes fiers aussi, pour nous et pour le Trône, d’avoir fait du Cambodge l’un des pays les plus avancés de l’Asie dans le domaine de l’Instruction Publique. Nous consacrons en effet à celle-ci un milliard et demi de riels sur un budget de 6 milliards de riels ; près de 700 000 enfants (pour une population de 5 800 000 habitants) sont scolarisés, contre 50 000 seulement en 1945 et 250 000 en 1955 ; l’éducation de base combat les restes de l’analphabétisme en donnant des cours aux adultes de tous les villages ; près de 4 000 écoles primaires sont ouvertes ainsi qu’une centaine d’établissements secondaires. Notre Université coiffe toutes les branches d’Enseignement Supérieur : Facultés des Lettres et des Sciences, de Droits, de Médecine et de Pharmacie. Nous avons des Ecoles Supérieures de Technologie, d’Arts-et-Métiers, de Pédagogie, d’Agriculture et Sylviculture de Science vétérinaire, des Beaux-Arts, de Travaux Publics, de Musique et d’Art Dramatique. Nous avons même pensé à l’avenir et nos Facultés, où enseignent, avec leurs collègues khmers, d’éminents professeurs français, ont été si largement conçues qu’elles peuvent accueillir deux fois plus d’élèves qu’elles n’en reçoivent actuellement.

En vous remémorant, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, les principales étapes de notre histoire contemporaine et les résultats, dans un domaine qui vous intéresse particulièrement, qu’a pu obtenir notre politique nationale. Je ne me suis rendu coupable de digression qu’en apparence. J’ai voulu en effet vous montrer que le prétendu « neutralisme » que je pratique s’inscrit en fait dans un contexte permanent et invariable, celui d’une politique royale, dont les grandes lignes sont et resteront :

-       Une indépendance totale vis-à-vis des nations étrangères, quelles qu’elles soient ;

-       Une volonté inébranlable de ne plus permettre à des voisins expansionnistes, qui ont réduit au cours de ces cinq derniers siècles le Cambodge à sa plus simple expression territoriale, de s’emparer de la moindre parcelle de notre domaine national ;

-       Garder à tout prix le Cambodge aux Cambodgiens, dans toute son intégrité morale (c’est-à-dire politique), et physique (c’est-à-dire territoriale) ;

-       Maintenir la paix et l’union – pour la sauvegarde de notre unité nationale, mais aussi pour le développement et le progrès continu de notre pays.

Notre neutralité est donc, vous le voyez, très différente du « neutralisme » que pratiquent certains pays africains ou asiatiques dont les desseins ne sont pas seulement nationaux, mais à prétention internationale, et qui se donnent le devoir d’intervenir dans les affaires mondiales, de jouer le rôle d’arbitre entre les blocs et de condamner tel ou tel impérialisme.

Nous luttons, certes contre impérialisme – celui des Etats-Unis – mais nullement par idéologie ou hostilité doctrinale. Notre combat a pour motif le fait que, depuis 1955 et avec une rare obstination, les Etats-Unis ont essayé par tous les moyens y compris les plus déloyaux et les plus dangereux, de nous forcer à nous aligner sur eux en qualité de satellite docile. D’où notre résistance acharnée et nos propos peu amènes qui, paraît-il, « consternent » tellement Washington qu’on y envisage de demander à nos amis français de nous conseiller de « changer de ton ». Or, nos véhémentes protestations sont notre seul moyen de défense. Ce sont elles qui empêchent qu’on nous meurtrisse « tout à la douce », comme on disait autrefois chez vous. Que les Etats-Unis adoptent à notre égard une politique plus correcte, et je les assure que le ton changera.

Mes compatriotes et moi-même sommes tous d’accord pour estimer que l’alignement sur l’Est ou l’Ouest signifierait la fin de notre indépendance nationale. Or, notre peuple, à commencer par notre clergé et notre jeunesse, est, je vous certifie, farouchement attaché à cette indépendance.

Cet attachement a sans aucun doute pour origine la profonde nostalgie qu’ont les Khmers, pourtant si amis du progrès, de leur passé. Je vous demande de ne pas oublier que nous sommes les descendants d’un Empire qui trouvera son apogée au temps d’Angkor et qui était cinq fois plus vaste que le Cambodge actuel. Nous dominons une grande partie de ce qui est aujourd’hui la Thaïlande, le Laos et le Sud-Vietnam.

Mais, du XVe au XIXe siècle, nos voisins eurent leur revanche. Ils mirent à sac notre capitale, Angkor, et s’emparèrent de nos provinces une à une, emmenant les populations en captivité quand ils ne supprimaient pas purement et simplement – véritable politique de génocide.

L’arrivée des Français, en 1863, nous sauva de la disparition, mais nous plaça dans la sujétion. Le Protectorat en lui-même eût été, compte tenu des circonstances, acceptable. Mais la « convention » de 1884 imposée par la force au Roi Norodom nous plaça sous l’administration directe de la France, ravalant le Souverain au niveau d’une marionnette et notre pays au rang d’une colonie.

Ne croyez pas que notre peuple resta passif. Encouragés en sous-main par ses rois surveillés dans leurs palais, les princes et les paysans se révoltèrent à maintes reprises – révoltes qui furent noyées dans le sang. Car les Khmers, si doux qu’ils paraissent sont un peuple fier qui n’accepte ni l’humiliation, ni l’injustice, ni surtout l’esclavage. Cela explique pourquoi les relations khmères-françaises, qui n’étaient pas vraiment bonnes avant l’indépendance, sont devenues excellentes depuis, cela explique qu’il y a aujourd’hui 6 000 Français chez nous, contre 2 500 en 1953 et que la langue et la culture françaises connaissent dans le Royaume un essor incomparable, qui fait du Cambodge le foyer de l’influence culturelle française en Asie.

Les accords de Genève 1954, nous débarrassant de l’occupation du Vietminh, consacrèrent en fait notre neutralité en faisant obligation à l’Est et l’Ouest de respecter notre indépendance et s’abstenir de toute interférence dans nos affaires intérieures.

On comprend dès lors pourquoi tous les Khmers se « raccrochent » énergiquement à ces Accords ainsi qu’à l’indépendance obtenue de la France en 1953, et s’insurgent contre toute tentative extérieure de compromettre cette indépendance et ce non-alignement.

On a parfois écrit que nous souhaitions être une Suisse de l’Asie. Cela est juste en ce sens que nous avons toujours souhaité vivre en paix entre nous et voir notre liberté respectée par les autres pays.

Certains Occidentaux assurent que nous rêvons. « La Suisse », disent-ils, « est un pays très développé, qui se passe d’aides étrangères. Le Cambodge est sous-développé ; il a donc besoin de recevoir de l’étranger des aides qui aliènent son indépendance et l’empêchent d’être vraiment neutre ».

Ces mêmes bons esprits ajoutent que nous ne pouvons prétendre être réellement neutres puisque nous entretenons d’excellentes relations avec les pays socialistes (notamment la Chine Populaire), alors que nos rapports se détériorent sans cesse avec les Etats-Unis, chefs de fils du monde libre, et leurs alliés sud-vietnamiens et thaïlandais.

Examinons donc ce que valent ces arguments.

Tout d’abords, je ne vois pas en quoi le sous-développement d’un pays récemment sorti du statut colonial pourrait l’empêcher d’être neutre. Mais sommes-nous toujours sous-développés ? Tous les observateurs honnêtes qui ont visité notre pays voilà quelques années et tout récemment encore – beaucoup d’amis français sont dans ce cas, dont d’anciens Gouverneurs – reconnaissent que le Cambodge, depuis son indépendance, s’est mis au travail avec foi et ténacité et qu’il est devenu méconnaissable – certains disent  même qu’il change d’aspect d’un an à l’autre ». M. et Mme Bridel peuvent témoigner personnellement à cette réalité, hélas systématiquement méconnue par une grande partie de la presse occidentale, surtout américaine.

Récemment encore, le journal le plus sérieux de France écrivait que l’aide américaine à laquelle nous avons spontanément renoncé (ce qui aurait dû ravir les Etats-Unis, mais les a plongés dans une colère indescriptible), couvrait « le tiers du budget khmer ». J’ai dû remettre les choses au point. Nous recevions des « tax-payers » américains 20 millions de dollars par an, alors que nos propres contribuables fournissaient 6 milliards de riels à notre budget, soit près de dix fois plus. J’ajoute qu’il fallait déduire de ces 20 millions de dollars les frais d’entretien des nombreuses familles civiles et militaires américaines résidant au Cambodge, ainsi que du non  moins nombreux personnel…cosmopolite utilisé par les services américains. J’hésite à calculer ce qui restait aux Khmers après cette copieuse ponction et je rappelle que le Sud-Vietnam, en récompense de son alignement, reçoit des mêmes donateurs une aide annuelle de quelque 500 millions de dollars, qui vient encore d’être augmentée de 125 millions de dollars.

Je voudrais, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, vous mettre en garde contre une légende largement répandue par la presse et tend à faire croire que le « développement » du Cambodge consiste essentiellement dans le don par la France d’une aérogare et d’un appontement pour navires de haute mer, par l’Union Soviétique d’un hôpital, par l’Amérique d’une route et par la Chine de quatre usines. On oublie totalement de vous dire que depuis notre indépendance notre Gouvernement a construit près de 200 hôpitaux, infirmeries et dispensaires, permis la création de plus de 2 000 moyennes et petites entreprises industrielles, fait ouvrir plusieurs milliers de kilomètres de routes et de pistes automobilables, favorisé la plantation de plusieurs dizaines de milliers d’hectares  - sans parler des établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur dont je vous ai indiqué tout à l’heure l’étonnant essor ».

Comme vous le voyez, nous n’avons jamais vécu des aides étrangères, ni réellement compté sur elles pour faire progresser notre pays. C’est pourquoi nous avons créé à Phnom-Penh une Exposition permanente avec photos, graphiques et statistiques constamment tenus à jour, qui donne le détail de nos propres réalisations. Nous avons intitulé cette Exposition : « La Cambodge s’aide lui-même », et elle ne laisse pas d’impressionner les nombreux étrangers qui la visitent.

On vous a sans doute dit par ailleurs qu’en renonçant à l’aide américaine tout en conservant celle des pays socialistes, le Cambodge cessait d’être neutre et l’on vous a peut être mis en garde contre le « flot » des techniciens chinois, soviétiques, tchèques, yougoslaves, qui déferlaient sur notre pays.

Je puis vous rassurer sur ces deux points. Nos amis du camp socialiste ne nous couvrent par d’or (nous ne leur demandons rien, du reste) parce que nous avons renoncé aux dollars. Quant aux techniciens socialistes, à l’exception d’une poignée de médecins et de professeurs (soviétiques), ils regagnent leur pays dès qu’ils ont mis en train l’aide qui nous est destinée. Au demeurant, ils ne sont guère nombreux. Mais ce qu’on ne vous a probablement pas dit, c’est que tous les instructeurs étrangers de notre Armée sont des officiers français, que 90% des professeurs étrangers de notre Enseignement sont français, que notre Administration n’utilise que des Experts français, même dans les secteurs les plus confidentiels. Et la France, pour autant que je sache, ne saurait être classée, si hardie que soit sa politique étrangère, parmi les pays communistes…

Il est une autre légende contre laquelle je voudrais m’élever, pour le tort qu’elle cause, non seulement à mon pays, mais aussi à la vérité. On a dit et répété, dans certains milieux occidentaux, que le Cambodge est préservé du communisme par la « barrière » que dressaient autour de lui ses voisins – Sud-Vietnam, Sud-Laos, Thaïlande, qui s’efforceront « d’endiguer la marée rouge ». Cette protection, qui nous permettrait de vivre dans une heureuse insouciance, nous la reconnaîtrions fort mal, selon ces mêmes milieux, en protestant à la face du monde chaque fois que nos « défenseurs », entraînés par leur zèle, franchissent nos frontières pour y poursuivre « l’adversaire commun ».

Cette thèse ne saurait être retenue, car cette « barrière » est depuis longtemps illusoire et les communistes sont déjà à nos frontières. Les quatre cinquièmes de notre frontière avec le Sud-Vietnam sont occupés, d’une façon permanente ou occasionnelle, par les troupes du Front National de Libération – qu’on appelle à Saigon les Vietcong. Obéissant aux ordres stricts qui leur ont été donnés, ces combattants prennent soin de ne jamais s’aventurer à l’intérieur de notre territoire – n’ignorant d’ailleurs pas qu’ils s’y heurteraient à nos forces. Une partie de la frontière du Sud-Laos, théoriquement le fief de la droite, est occupée, d’autre part, par les « guérilleros » du Pathet Lao. Ceux-ci campent parfois à quelques centaines de mètres de nos postes avancés, où nos officiers les observent à la jumelle. Il est des « barrières », on le voit, qui ressemblent singulièrement à des passoires…

Là où cette barrière s’élève encore, c’est-à-dire à notre frontière avec la Thaïlande, elle apparaît de toute évidence moins faite pour nous protéger que pour empêcher toute communication avec un Cambodge infecté, paraît-il, par le « virus rouge ». Car Bangkok, dont les provinces septentrionales, peuplées de Laotiens, sont pourtant soumises à une intense propagande du Pathet Lao, estime que le danger communiste vient aussi du Cambodge – le seul pays d’Indochine où, justement, il n’y ait pratiquement pas de communistes.

La vérité est que les frontières, dans notre Asie troublée, n’ont jamais arrêté la pénétration du communisme. Le Général de Lattre, le meilleur capitaine que la France ait eu en Indochine, nous avait assuré que ses forces étaient le « rempart » qui nous protégeait en plus nombreux chez nous, et c’est nous qui avons dû lui tenir tête jusqu’à son évacuation, ordonnée par la Conférence de Genève, en 1954.

J’ajoute, pour votre information, que nos soi-disant « protecteurs » sud-vietnamiens se sont livrés, au cours de ces cinq dernières années, à plus de 260 incursions sur notre territoire, à la poursuite, disaient-ils le plus souvent, des Vietcong. Le malheur a voulu que toutes les victimes de ces incursions – hommes, femmes et enfants – soient sans exception d’inoffensifs paysans khmers. Une « barrière » de ce genre, non merci !

Je sais mieux que personne, vous vous en doutez bien, comment s’exercent à notre encontre les propagandes étrangères et quels sont les arguments qu’elles emploient. J’ai lu à peu près tout ce qu’on peut écrire sur mon pays. Or, nous n’avons pas une presse très importante, ni une radio très puissante, ni des moyens qui nous permettaient de créer des « lobbies » à notre dévotion dans les capitales qui nous sont hostiles, pour renverser les tendances – je ne parle pas de Paris, bien sûr.

C’est pourquoi vous voyez un Chef d’Etat tenter d’expliquer lui-même la situation de son pays et répondre aux critiques qu’on porte contre celui-ci.

En ce qui concerne la France, nous avons besoin, parce que nous l’aimons et tenons à son estime, qu’elle ait de nous une image véridique.

Les plus vives critiques dirigées contre notre neutralité sont le fait que les Etats-Unis d’Amérique, qui ne comprennent pas pourquoi un pays qui s’est farouchement battu contre le Vietminh jusqu’à l’armistice de 1954 est devenu à partir de 1956, l’ami des pays difficile à comprendre.

Je me permettrai, si vous le voulez bien, de répondre ici à cette critique – à laquelle une partie de l’opinion française est sans doute sensible.

Il ne faut pas oublier, pour commencer, qu’à la Conférence de Genève notre neutralisation et notre indépendance ont été garanties par des puissances qui comprenaient l’Union Soviétique et la Chine Populaire. Depuis 1954, d’autre part, en échange de notre non-alignement, les puissances socialistes, non seulement se sont abstenues de nous causer le moindre tort, mais se sont montrées parfaitement correctes à notre égard et nous ont même offert leur amitié.

Refuser cette amitié pour complaire aux Américains, c’était susciter le ressentiment des socialistes, devenir leurs adversaires et connaître finalement le sort tragique du Laos et du Sud-Vietnam. On me reproche d’avoir accepté la main tendue par les communistes nos ex-ennemis. Mais on ne reproche pas à la France de s’être réconciliée et alliée avec l’Allemagne, ni aux Etats-Unis d’être devenus les associés et alliés du Japon. Or nous Khmers, ne sommes pas les alliés du camp socialiste, ni d’ailleurs de personne. Notre Parlement a voté une loi sur la neutralité qui nous interdit toute alliance avec qui que ce soit, et nous nous y tenons scrupuleusement. Y aurait-il donc deux morales en matière de rapports internationaux.

Nous avons été, c’est bien vrai, les amis des Etats-Unis. Juste après la seconde guerre mondiale, l’Amérique représentait un grand espoir pour les Asiatiques. Elle était le symbole de l’anticolonialisme, du libéralisme, de la démocratie, de la justice, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Nous-mêmes avions accepté avec reconnaissance que les Etats-Unis fournissent en exclusivité une aide militaire à notre armée – ce qui risquait de nous faire qualifier par les socialistes de « neutres pro-occidentaux ».

Mais les désillusions sont bien vite venues. Dès 1954, nous avions conçu quelque inquiétude de voir les U.S.A. refuser d’entériner les accords de Genève – qui, je le rappelle en passant, assuraient notre neutralisation. Nous assistâmes, avec plus d’inquiétude encore, à la naissance, sous son « ombrelle protectrice » - initiative qui, si nous l’avions acceptée, nous rangeait d’office dans le camp anti-communiste.

Or nous sortirons à peine de huit pénibles années d’insécurité, de destruction et de misère. Les Vietminh avaient enfin évacué notre pays et notre peuple n’aspirait qu’à la paix, qui seule nous permettait de reconstruire le pays. Personne ne m’aurait suivi si, pour être agréable à Washington, j’avais attiré la « foudre » communiste sur nos têtes.

Dès 1955, M. Foster Dulles choquait vivement notre opinion – point encore hostile aux Etats-Unis- en déclarant le neutralisme « immoral ».

Mais c’est en 1958 que nos relations se gâtèrent vraiment. Nos voisins et vieux adversaires sud-vietnamiens envahirent sans crier gare notre province de Stung-Treng, déplacèrent à leur convenance les bornes- frontières et se maintinrent pendant deux mois et demi, avec des forces importantes, sur un territoire qu’ils s’étaient arbitrairement appropriés.

Non sans quelque candeur, nous demandâmes aux Etats-Unis d’user de leurs bons offices auprès de Saïgon pour mettre fin à une dispute qui risquait de tourner fort mal. Washington s’y refusa, sous prétexte qu’il ne pouvait prendre parti entre deux nations amies. Si, finalement, les Sud-Vietnamiens évacuèrent notre sol, ce fut à la suite, non d’une démarche américaine, mais d’un solennel avertissement lancé depuis Pékin par MM. Choi en Laï et Chen Yi.

Cette incursion nous apprit bien d’autres choses. L’ambassadeur des U.S.A., M. carl Strom, m’avertit d’abord, au nom de son Gouvernement, que le matériel militaire donné par son pays au Cambodge, devait être exclusivement réservé à la lutte contre les communistes, et en aucun cas employé contre les alliés des U.S.A. Comme nous ne disposions alors que d’armes américaines, il ne nous restait plus qu’à utiliser contre les agresseurs sud-vietnamiens des coupes-coupes, des gourdins et des pierres.

Au reste, il aurait peut-être été plus prudent de nous en tenir à ces moyens héroïques de défense. Car ledit matériel américain était à bout de souffle. Les G.M.C. sur lesquels nous entassâmes nos renforts pour Stung-Treng tombèrent en panne les uns après les autres et c’est finalement grâce à des camions civils réquisitionnés que nos soldats purent atteindre leur destination. Cela n’a jamais été oublié par nos troupes.

Les années suivantes, il devient évident que les Américains, malgré de nombreuses déclarations apaisantes, étaient décidés à mettre fin à notre régime et à notre neutralité, qui offraient un trop « mauvais exemple » à leurs alliés, nos voisins. Tous les moyens furent employés pour parvenir à cette fin.

En liaison avec les gouvernements de Saïgon et de Bangkok, les Etats-Unis favorisèrent le complot sécessionniste du général Dap Chhuon, gouverneur de la Province de Siemreap. Dap Chhuon, chez qui nos forces saisirent un trésor de guerre composé de six valise de lingots d’or, disposait d’un émetteur radio, servi par deux spécialistes sud-vietnamiens, qui assurait en permanence le contact avec Saïgon d’une part, avec l’Ambassade des U.S.A. à Phnom-Penh d’autre part. C’est le diplomate américain Victor Matsui, en réalité agent de la C.I.A., qui était chargé d’aider Dap Chhuon. M. Matsui, américain d’origine japonaise, couvert par l’immunité diplomatique, quiita Phnom-Penh en catastrophe à l’annonce de l’échec de son « poulain ». Il court encore…

Il y eut aussi une bombe au plastic adressée à la Reine ma mère, qui explosa au Palais Royal, épargnant mes parents par miracle, mais tuant le Chef du Protocole et quelques serviteurs. Cette bombe avait été fabriquée à Saïgon sous la supervision de spécialistes américains et introduite au Cambodge par des agents de Diem et des U.S.A., comme l’enquête le démontra.

Ce n’est pas tout : quelques centaines d’ambitieux déçus et aigris, dirigés par l’ancien Président du Conseil pro-japonais Son Ngoc Thanh, s’étaient réfugiés, les uns en Thaïlande, les autres au Sud-Vietnam, où ils vivotaient. La C.I.A., comme tous les prisonniers que nous avons pu faire le révélèrent, leur fournit en abondance, par l’intermédiaire des autorités de Saigon et de Bangkok, armes, équipement et argent – voire même des instructeurs – ainsi que deux puissants émetteurs radio grâce auxquels ils insultent notre Gouvernement et votre serviteur à longueur de journée. De temps à autre, leurs maîtres les lancent contre nos villages et nos postes frontaliers – tout comme les anti-castristes réfugiés en Floride sont appelés à effectuer des débarquements à Cuba. Je dois dire que nos rebelles n’ont pas plus succès que leurs collègues des Caraïbes, et qu’ils payent souvent de leur vie l’erreur de s’être fait les mercenaires de l’étranger.

Je vous rappellerai également la participation active du personnel militaire américain accompagnant les forces sud-vietnamiennes – participation prouvée par le témoignage de nos habitants et des prisonniers – dans toutes les incursions de ces derniers mois contre notre territoire, notamment les sanglantes affaires de Mong, Chantrea, Orek Taey, où tant de nos paysans furent tués – les « vainqueurs » emmenant l’argent, les vélos, les porcs même, dans leurs véhicules amphibies offerts par les contribuables américains au Sud-Vietnam pour « contenir la marée rouge ».

Je citerai enfin le « barrage » systématique qu’opposent les Américains à notre projet de Conférence Internationale pour la neutralisation garantie et contrôlée du Cambodge et la reconnaissance de ses frontières ; les accusations, naguère officieuses, aujourd’hui officiels, selon lesquelles notre pays serait un refuge, un « sanctuaire » pour les Vietcong (ce qui tend à justifier des expéditions militaires contre notre territoire) ; enfin l’aveu d’un correspondant bien connu et fort bien informé du quotidien américain Washington Post, selon lequel « une forte demande émane du Pentagone pour une intervention directe au Cambodge en vue de renverser le neutraliste fantasque Norodom Sihanouk.

Voici, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, sommairement exposées, quelques-unes des raisons qui font que nous ne pouvons être, quant à présent du moins, les amis des Etats-Unis d’Amérique. Tout pays qui aurait été traité comme le nôtre, avec autant de brutalité et de mauvaise foi, n’aurait pu qu’adopter la même attitude – à moins qu’il ne manque totalement de dignité et de courage.

Est-ce à dire que nous sommes pour toujours les ennemis des U.S.A. ? Je ne le souhaite nullement, pas plus que mes compatriotes. Je connais et j’aime le peuple américain, un peu naïf sans doute, mais simple, hospitalier, sincère, pétri de bonnes intentions.

Dans mes pires démêlés avec l’Administration américaine, dans mes pires difficultés avec la presse d’Outre-Atlantique, il s’est toujours trouvé des Américains de bonne volonté pour m’écrire : « Ne nous jugez pas tous d’après quelques-uns ; continuez à lutter pour votre pays : nous admirons votre patriotisme et nous sommes avec vous ». Des professeurs réputés ont pris courage ment notre défense dans des livres, dans des conférences, des articles de presse. Des cercles intellectuels, des étudiants m’ont demandé des causeries et m’ont fait part de leur sympathie.

Si l’Administration – souvent pour des raisons de politique interne – se conduit aussi mal que possible à notre égard, les réactions saines d’une partie de l’opinion américaine, les discours d’hommes politiques de valeur tels que les Sénateurs Mike Mansfiel, Wayne Morse, Fullbright – et bien d’autres – montrent que les yeux commencent à s’ouvrir et j’espère qu’un jour viendra où les dirigeants américains eux-mêmes reconnaîtront les erreurs et les injustices commises. Mais je crains fort que ce ne soit au lendemain d’un Dien Bien Phu diplomatique ou militaire.

J’en viendrai maintenant à nos relations avec la Chine. Ces relations – je ne vois pas d’autre mot pour les qualifier – sont particulières.

La Chine n’est pas notre voisin immédiat, mais sa grande influence, malgré quelques éclipses, s’est toujours fait sentir dans toute l’Asie du Sud.

Il se trouve que, depuis les premiers siècles de notre existence en tant que nation, nos rapports avec la Chine ont toujours été excellents. Jamais cette puissance, quel que soit son régime, n’a manifesté à notre encontre la moindre tendance à l’impérialisme ou à l’annexionnisme.

Actuellement, les quelque 300 000 Chinois qui vivent chez nous respectent, sur les ordres formels de Pékin, notre souveraineté et s’abstiennent de toute activité de subversion auprès de notre peuple. Bien mieux, beaucoup pénètrent, par la voie de mariages mixtes, dans la société khmère : ils deviennent dès lors sans difficulté – et a fortiori leurs enfants – de loyaux sujets du Royaume. Les Sino-Khmers, intelligents, actifs, ne connaissent plus, au bout d’une ou deux générations, la langue chinoise. Vivant heureux sur notre sol, y gagnant largement leur vie, ils sont « khmérisés » à cent pour cent et fournissent à notre pays la plupart de ses grands commerçant et quelques-uns de ses meilleurs fonctionnaires.

Au contraire, les quelque 400 000 Vietnamiens résidant au Cambodge forment un groupe ethnique fermé, et les mariages mixtes sont très rares. Je ne leur reprocherai pas de mal se conduire à notre égard. La politique intérieure vietnamienne les occupe trop pour qu’ils se mêlent beaucoup de la politique cambodgienne. Ils savent, d’ailleurs, que notre Police est sans indulgence à l’égard des fauteurs de troubles étrangers.

Les relations entre Khmers et Vietnamiens du Cambodge sont donc correcte. Mais elles sont beaucoup moins confiantes qu’avec les Chinois. Car aucun de nos compatriotes n’oublie que les Vietnamiens, de même que les Thaïlandais, sont nos adversaires traditionnels et n’ont jamais renoncé à absorber ce qui reste de notre territoire national : les Sud-Vietnamiens continuent à réclamer l’ensemble de nos îles côtières, les Thaïlandais ne renoncent pas à récupérer le temple de Preah Vihear (qui nous a été restitué, je vous le rappelle, par décision de la Cour internationale de la Haye), et organisent une action subversive d’envergure pour s’emparer de notre province maritime de Koh Kong, la plus poissonneuse du golfe du Siam. J’ajoute qu’un pays qui ne nous avait jusqu’ici montré aucune hostilité, le Laos, dont nous avons sauvé l’existence à la Conférence de Genève 1961-1962 (réunie, on l’oublie trop souvent, sur notre requête) en vient, lui aussi, et malgré la situation lamentable où il se trouve aujourd’hui, à revendiquer notre province de Stung-Treng. Cette réclamation provient, non du Pathet Lao, mais de la droite et des neutralistes, ou soi-disant tels, du Prince Souvanna Phouma.

Nous sommes donc entourés de gens qui rêvent de s’agrandir à nos dépens – et ces gens-là sont des alliés, des protégés des Etats-Unis. Malgré cela, les Occidentaux, à l’exception de nos amis français toujours compréhensifs à notre égard, nous demandent de n’accorder aucune attention à ces exigences territoriales – puisqu’elles proviennent de puissances du monde libre – et à craindre plutôt le « Dragon Chinois » - puisqu’il est communiste. Nous vivons vraiment, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, dans un monde à l’envers, d’où toute logique, tout bon sens sont bannis.

Bien entendu, si notre région doit être un jour submergée par le communisme, souhaitons-nous sincèrement que soit la Chine, et nulle autre puissance socialiste, qui prenne en charge notre pays, car nous savons qu’elle nous comprend et qu’elle maintiendra, en tout état de cause, notre intégrité territoriale.

Il va de soi que nous essaierons jusqu’au bout de n’être les satellites de personne. Les Khmers royalistes, nationalistes, aiment leurs traditions, attachés à leurs libertés et à leur joie de vivre, n’ont aucune prédisposition pour la satellisation. C’est pourquoi je lutte, au milieu d’immenses difficultés, pour maintenir mon pays indépendant et hors des camps.

On me dit parfois que nous ne devons pas nourrir d’illusions, que notre neutralité ne peut tenir éternellement et qu’un jour viendra où nous serons « avalés » par le camp vainqueur – qui, selon toute vraisemblance, sera, pour notre région, le camp chinois.

Je sais bien que nous ne pourrons maintenir notre position actuelle jusqu’à la fin des temps et que même si le monde socialiste accepte actuellement, comme beaucoup le croient, la perspective d’une assez longue pause dans sa marche vers la conquête, un jour viendra où il s’estimera assez fort pour imposer sa loi.

Dans une telle hypothèse, le destin du Cambodge sera éviemment scellé. Mais nous aurons connu cinq ans, dix ans, peut-être quinze ans supplémentaires de paix et de sécurité – ce qui est, en tout cas de cause, bon à prendre. Nous villes et nos compagnes n’auront pas été ravagées, des centaines de milliers de nos compatriotes auront évité la souffrance et la mort, notre édification nationale aura été menée bien – ce dont notre peuple, quel que soit le régime où il vivra, profitera toujours.

Par ailleurs, ce temps gagné, ces années sauvées, permettront sans doute au communisme de continuer son évolution, très sensible depuis quelque temps. Il n’y a déjà plus, en fait, de « camp socialiste » uni. De plus en plus, les pays socialistes européens mènent leurs affaires selon leurs intérêts propres dans une indépendance grandissante à l’égard des chefs de fils les plus révérés. La nation de « satellite » s’estompe en attendant sans doute de disparaître. Ce qui se passe en Europe se passera nécessairement en Asie, compte tenu du retard des nations de ce contient sur les nations européennes du point de vue de l’équipement, de l’industrie, de l’infrastructure, etc. Une fort intéressante indication en est donnée par le Président Ho Chi-Minh de la R.D.V.N., qui interviewé récemment pour le compte de la R.T.F. par Danielle Hunebelle, a souligné avec énergie que son pays se refusait à être le satellite de quiconque, même de la Chine Populaire.

On peut espérer aussi que, sous l’impulsion de nation hardiment novatrice comme la France – qui est actuellement la nation de l’Ouest la plus respectée et la plus écoutée en asie – le monde occidental évoluera à son tour dans ses rapports avec le monde communiste, que les frictions disparaîtrons peu à peu et qu’un « modus vivendi », basé sur l’intérêt commun, remplacera l’affrontement actuel, aussi dangereux que stérile.

Gagner du temps, pour un peuple comme le nôtre, c’est éviter à coup sûr une inutile destruction, c’est aussi augmenter ses chances de conserver une certaine indépendance et une certaine liberté. Comme, de toute façon, ce ne sont pas 5 800 000 Cambodgiens et une armée de 29 000 hommes qui changeront la face des évènements en Asie, nous n’avons rien d’autre à faire qu’à rester le plus longtemps possible ce que nous sommes.

On nous demande parfois, pour les raisons que vous imaginez si nous ne sommes pas quelque peu « simplets » en croyant aux bonnes paroles que nous prodiguent les puissances communistes. « Croyez-vous réellement qu’elles vous aiment pour vos beaux yeux ? » ajoute-t-on.

C’est vraiment nous prendre pour plus sots que nous ne sommes. Si nous étions aussi naïfs, nous n’occuperions pas la position, somme toute enviable, où nous nous trouvons placé, nous ne mériterions pas l’éloge qu’à bien voulu faire de nous le général de Gaulle lorsqu’il a dit : « Le Royaume Khmer, par son unité nationale solidement maintenues, par l’exemple qu’il donne du maintien sur son territoire de la liberté, de la paix et de l’ordre public, est un facteur exemplaire de stabilité dans la région ».

En fait, nous savons parfaitement que tout pays, qu’il soit grand ou petit, n’agit que selon son intérêt, et jamais pour les beaux yeux d’un autre.

Nous aussi, lorsque nous nous lions d’amitié avec le camp socialiste – et avec d’autres puissances – c’est parce que nous y trouvons notre avantage. Pour le moment, par exemple, l’intérêt des pays socialistes est de nous soutenir, de nous respecter. Notre intérêt à nous est d’accepter ce soutien et ce respect. Mais nous restons sans illusions à l’égard de quiconque. Entre gouvernements, l’amitié n’est que la coïncidence des intérêts.

Je crois qu’il serait équitable de juger notre neutralité, non point d’après l’état de nos relations avec les puissances de l’un ou de l’autre bloc, mais d’après notre conduite sur le plan pratique.

Or il est évident que, jusqu’ici, nous ne sommes devenus les satellites, ni même les alliés de personne. Que nous ne tolérons pas chez nous les propagandes idéologiques subversives. Que nous n’acceptons aucune base, aucune troupe étrangères sur notre territoire, mais simplement une coopération avec les nations qui nous la proposent et se conduisent correctement à notre égard – en l’espèce la France et quelques pays socialistes. Qu’en politique étrangère nous n’avons jamais adopté une politique d’hostilité systématique à l’égard des pays occidentaux (qu’on veuille bien rapporter, par exemple, à nos divers votes aux Nations Unies, et l’on verra que nous sommes jamais ingérés dans les affaires des autres, même des nations voisines hostiles, à qui nous aurions pourtant pu créer de nombreuses difficultés, etc.

Telle est, dans la réalité des faits, la neutralité khmère, souvent qualifiée à tort de « neutralisme ».

Et pourtant, on doit admettre que l’attitude carrément hostile et parfois intolérable adoptée depuis plusieurs années à notre égard par les Etats-Unis et leurs protégés asiatiques aurait conduit bien des nations, à notre place, à se jeter dans les bars des communistes. Moi-même, que la presse américaine traite couramment de fou, d’excentrique, de déséquilibré  (ce qui me fait sourire, mais indigne au plus haut degré le peuple khmer qui m’est très attaché), j’ai veillé personnellement à ce que notre position générale ne dévie pas.

Chaque fois que l’on m’apporte une coupure de la presse américaine, je suis certain d’y trouve, au regard de mon nom, l’épithète : « mercurial », qui veut dire « changeant ». Bien sûr, mes méthodes varient. Pour tenter de parvenir à la neutralisation complète et au contrôle généralisé de mon pays, j’ai fait des tentatives en diverses directions. J’ai essayé du côté occidental, ne rencontrant la France exceptée, qu’ironie ou rebuffades : j’ai essayé du côté socialiste, trouvant un meilleur accueil, mais suscitant les pires menaces des Etats-Unis, qui n’admettent pas que nous cherchions ailleurs ce qu’ils nous refusent.

Si j’ai adapté mes méthodes aux changements de la conjoncture aux diverses possibilités qui s’offraient pour le présent et surtout pour l’avenir des frontières et de l’indépendance de mon pays. Depuis dix ans, le plus strict censeur ne peut enregistrer aucun changement à cet égard. Si ma tactique est « souple », ma politique est rigide. Et je suis reconnaissant à un éminent professeur américain, M. Armstrong, auteur du livre : Sihanouk parle, d’avoir écrit : « C’est un fait curieux que le Cambodge, surtout grâce aux efforts du Prince Sihanouk, son ancien roi, a atteint un niveau de stabilité, de progrès et de prospérité inhabituels dans la région ». Le même professeur ajoute : « Le Cambodge est la seule partie de l’ancienne Indochinoise qui ait gardé son intégrité territoriale et sa souveraineté non compromises ». Et, après avoir dressé un noir mais véridique tableau de la situation générale en Indochine, il conclut : « Seul le Cambodge semble avoir résisté aux tempêtes de la guerre froide ».

Permettez-moi maintenant, si je n’abuse pas votre patience, d’élargir le problème et de vous parler, non seulement en tant que Cambodgien, mais en tant qu’Indochinois et même en tant qu’Asiatique.

Je crois que le grand tort du monde libre (la France, encore une fois, exceptée) a été de se refuser à reconnaître que son intérêt bien compris était, non pas de détruire, mais au contraire de renforcer la neutralité que le Cambodge a édifiée par ses propres efforts et qui aurait pu constituer un solide noyau nationaliste à partir duquel aurait pu être bâti le « cercle » des nations non engagées d’Indochine.

Ce refus a été imposé aux puissances occidentales – U.S.A. et Grande-Bretagne – par leurs protégés asiatiques, les Sud-Vietnamiens et surtout les Thaïlandais, qui ont fait l’impossible – afin d’assouvir des haines anciennes – pour dissuader leurs protecteurs de s’engager dans la voie du « neutralisme », qu’ils présentaient comme « l’antichambre du communisme ».

Il était pourtant profondément illogique de refuser au Cambodge la reconnaissance internationale de sa neutralité – au Cambodge qui a maintenu sa neutralité depuis dix ans contre vents et marées – et d’accorder au Laos en proie à la guerre civile et où les neutralistes sincères se comptaient sur les doigts d’une main.

La raison de cet apparent illogisme n’est que trop évidente. On a cru un temps, à Washington et à Londres, que l’accord sur le Laos permettrait de duper Pékin, Moscou et Hanoï, et de les amener à se « désengager » du royaume lao tandis que l’Occident continuerait, par divers biais diplomatiques et politiques, à soutenir les forces de droite qui étaient alors sous le commandement du général Phoumi Nosavan.

C’était faire bon marché de la perspicacité et de la vigilance des nations socialistes. Aucun désengagement ne viendra de ce côté si les Occidentaux ne donnent pas la preuve qu’ils sont prêts à « jouer le jeu » honnêtement. Il est certain que les communistes n’abandonneront pas par bonté d’âme à leurs adversaires les gains territoriaux, moraux et psychologiques qu’ils ont pu acquérir. Aussi donnerai-je peu de chances à la Conférence (restreinte) de Zurich sur le Laos, « mijotée » par les Anglais pour échapper à une véritable confrontation internationale… et à une défaite militaire trop prévisible de la droite phoumiste. Les Anglais ont eu, pendant longtemps, une grande réputation d’habilité. Depuis qu’ils marchent – pour sauver Singapour et Malaysia – dans le sillage américain, ils paraissent nettement moins bien inspirés.

La seule solution qui ait une chance de ramener la paix dans cette région, est et reste l’adoption de la proposition présentée voilà quelques mois par le Cambodge et plus récemment par la France, à savoir réunir une Conférence de tous les pays intéressés pour examiner l’ensemble du problème indochinois – conférence qui, si elle aboutissait dans le sens que souhaitent ses promoteurs, conduirait à la neutralisation garantie et soigneusement contrôlée du Cambodge, du Laos et du Sud-Vietnam.

Certains veulent relever une contradiction de la politique française dans le fait que la France entend favoriser le désengagement de l’Indochine tout en prêchant le renforcement de la solidarité des nations européennes contre le communisme.

Je ne vois là aucune contradiction, car l’Europe et le Sud-Est Asiatique sont des choses très différentes, par la position géographique, la mentalité et le niveau de vie des peuples, la puissance militaire, le régime politique.

Bien souvent, en Europe occidentale, le neutralisme n’est pas nécessaire ou n’a pas de sens. Le niveau de vie est en général nettement plus élevé que celui des pays communistes proches. La puissance militaire et industrielle soutient facilement la comparaison avec celle du bloc socialiste – même l’U.R.S.S. n’a pas à cet égard une supériorité écrasante sur l’Europe de l’Ouest. Le régime occidental est la plupart du temps réellement démocratique et l’association entre pays de même tendance se fait, sauf rarissimes exception, sur une base d’égalité.

Les Etats du Sud-Est asiatique, par contre, écrasés par la proximité de la Chine Populaire et de la République Démocratique du Nord-Vietnam, ligotés par les intrigues des U.S.A., sont bien loin de jouir des mêmes avantages. La plupart, restés sous-développés, vivent sous des régimes dictatoriaux qui ignorent la justice sociale. Ils n’ont même pas de puissance militaire propre – les pays soi-disant « fort » militairement : Sud-Vietnam, Formose, Thaïlande, ne le sont que par la grâce des Etats-Unis, et cesseront de l’être lorsque ceux-ci décideront de réduire ou de supprimer leurs crédits. Enfin, et compte tenu de tout ce qui précède, ils ne sont pas susceptibles d’être des alliés à part entière de l’Occident.

J’ajouterai que la chine populaire et la république démocratique du Nord-Vietnam, quelque crainte qu’elles puissent inspirer, sont malgré tout, des nations « jaunes » - c’est-à-dire, pour la plus part des asiatiques, des « nations-sœurs ». Tandis que les Américains, même s’ils se présentent comme « non-colonialistes », sont et restent pour nos peuples des « blancs », des étrangers à notre continent.

Or, si le chant des sirènes communistes peut laisser indifférents les Européens de l’Ouest, il n’en est pas de même des asiatiques dont le pays est occupé par des « blancs », dirigé par un gouvernement dictatorial et souvent corrompu. Qui n’offre au peuple aucune justice, aucun avantage social – seulement une perspective indéfinie de guerre, de destruction et de misère.

C’est le mérite du général de Gaulle d’avoir compris cette différence fondamentale entre le problème communiste en Europe occidentale, et le même problème en Sud-Est Asiatique.

L’Occident ne peut donc qu’échouer lorsqu’il tente d’aligner sur lui, contre le communisme, les pays du Sud-Est asiatique. Le choix lui reste entre la neutralisation de ces pays, ou la poursuite d’une guerre insensée qui n’évitera pas la communisation, mais qui risque de déclencher un conflit généralisé dans notre région.

Mon ressentiment pour les Américains provient, non pas du fait que je sois pro-communiste, mais bien au contraire du fait que les U.S.A., en s’obstinent à continuer une guerre perdue d’avance et en cherchant à détruire les neutres, se font, sans en être conscients, les meilleurs agents du communisme en Indochine. Si le Cambodge est prochainement entouré de nations « rouges », il le devra sans aucun doute possible aux Américains, à propos desquels un diplomate soviétique a reconnu devant moi qu’ils servaient le camp socialiste « bien mieux que les meilleurs propagandistes marxistes ».

Washington tente de mystifier l’opinion publique occidentale en lui présentant sa guerre au sud-Vietnam comme une guerre de libération, faite à la demande du peuple vietnamien lui-même et dans son seul intérêt – une guerre très différente, moralement et matériellement, de la guerre « coloniale » que menaient autrefois les « impérialistes français » en Indochine.

J’ai bien des raisons d’être anti-colonialiste. Mais je dois à la vérité de reconnaître que, dans leur guerre contre le vietminh, les Français ont bénéficié de la coopération de beaucoup d’Indochinois patriotes, qui espéraient que ce combat déboucherait un jour sur l’Indépendance.

Les Américains, qui prétendent lutter au Sud-Vietnam pour « la liberté et la démocratie », pour « le bonheur du peuple vietnamien », n’ont par contre aucune patriote à leur côté, tant parmi les masses que parmi l’élite – en dehors de la poignée d’ambitieux qu’ils ont hissés au pouvoir et qui n’y demeuraient pas un instant sans leur présence et leur protection.

Le peuple vietnamien est hostile à toute occupation étrangère. Il est las d’une guerre qui, sous des aspects divers, dure depuis vingt-cinq ans et dont les Etats-Unis seuls l’empêchent de voir la fin. Il est las des dictateurs, civils et militaires, que les U.S.A. lui imposent depuis 1955. Il réclame un minimum de liberté et de démocratie et s’indigne de voir ses gouvernements (qui ne l’ont jamais consulté et ne représentent qu’eux-mêmes) recevoir avec soumission les ordres de Washington.

Le résultat est très clair : le Vietcong contrôle actuellement les quatre cinquièmes du Sud-Vietnam, le cinquième demeurant, de jour tout au moins, sous l’autorité des Américains et de leurs protégés de Saigon.

Et l’on voudrait que notre pays suivît l’exemple Sud-Vietnamien alors qu’il est le seul de toute l’Indochine où l’on connaisse la paix, la sécurité, le progrès et le bonheur de vivre ?

Il faudrait vraiment que nous ayons la vocation du suicide pour marcher dans la voie où les U.S.A. ont entraîné les infortunés peuples vietnamien et laotien.

Les chefs de file du monde occidental nous accusent alors d’être pro-communistes – accusation qu’ils lancent automatiquement contre ceux qui objectent à leur folle tactique. Ils ne se rendent pas compte que notre différend avec eux provient essentiellement, non pas de notre sympathie pour le communisme, mais de la différence de nos conceptions quant au moyen d’éviter la communisation de l’Indochine.

Notre conception est la suivante :


 

 

 

- Créer une zone-tampon, composée du Cambodge, du Sud-Vietnam et si possible du Laos, qui sépare réellement les communistes et les occidentaux dans cette région où ils s’affrontent très dangereusement et pour eux, et pour nous.

 

 

 

-       Obtenir le désengagement complet des Américains du Sud-Vietnam et du Sud-Laos, afin d’obtenir un désengagement complet, simultané et parallèle, des communistes au Sud-Vietnam et au Laos.

-       Réaliser la neutralisation de nos trois pays sous garantie formelle de l’Est et de l’Ouest, avec contrôle sérieux approprié.

-       Satisfaire aux aspirations populaires profondes à une démocratie et une liberté réelles, et surtout à l’indépendance.

-       Satisfaire aux aspirations populaires à la paix, à la justice sociale et au progrès (comme nous le faisons avec passion au Cambodge)    

 A 

cet égard, je voudrai souligner que le socialisme khmer, considéré par certains Occidentaux comme une preuve de notre inclination vers le communisme, est au contraire destiné à concurrencer celui-ci en offrant à notre peuple, jour après jour, tout ce que la propagande marxiste promet de lui offrir… au bout de plusieurs générations, et en échange de sa liberté.

 J

e dois tout de même, pour être honnête, prévenir que ce « plan de sauvetage » de l’Indochine non communiste risque chaque jour davantage d’être dépassé. Les progrès du communisme sont tels au Sud-Vietnam et au Laos que la perspective d’y installer des gouvernements nationalistes et neutres devient de plus en plus aléatoire, tandis que se confirme la probabilité de l’installation de gouvernements purement communistes.

 

Il est évident que le camp socialiste, qui accepte encore aujourd’hui la neutralisation des trois pays, n’aura plus aucune raison de le faire demain. Je le répète : demain, il sera trop tard.

 

Je vous demande de m’excuser, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, de vous avoir si longuement exposé nos problèmes et ceux du Sud-Est Asiatique.

 

Mais où aurais-je pu développer ces problèmes, d’une si grande importance pour la paix du monde et l’état des relations Est-Ouest, mieux que devant un auditoire aussi réceptif et indépendant d’esprit que le vôtre, en ce pays de France que j’aime parce que le bon sens et la logique y furent toujours respectés, parce que le racisme y est inconnu, parce que je ne m’y sens nullement un étranger ?

Je vous remercie de votre attention et de votre patience. 


Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 03:04

Publication dans le bulletin « Vimean Ekkrach » n° 2, mai 1992. Directeur de publication : Sam Rainsy ; Rédacteur en chef : Pen Vano.

 Le mot de la rédaction : Dans une lettre ouverte aux puissances du monde libre, datée du 14 janvier 1990, Samdech Norodom Sihanouk a fait une analyse extrêmement pertinente du régime actuel de Phnom-Penh. Nous reproduisons ci-dessous de larges extraits de cette lettre pour rappeler à nos lecteurs la véritable nature du régime de Chea Sim-Hun Sen, dans la perspective des prochaines élections. Même après la signature des Accords de Paris le 23 octobre dernier, ce document demeure d’une brûlante actualité, car il pose les vrais problèmes du Cambodge.

 Voici le contenu de la lettre :

 Texte manuscrit :

 Vous êtes des États souverains. En tant que tels, votre « politique cambodgienne » ne doit dépendre que de vous. Vous pouvez la modifier ou la changer complètement, à votre gré. Je n’ai pas à m’ingérer dans vos affaires même s’il s’agit d’affaires ayant un rapport direct avec ma Patrie et le sort de mon peuple.

 Texte traitement de texte :

 (…) si le régime de HUN SEN-HENG SAMRIN est maintenu pour longtemps au Cambodge, ce dernier (le Cambodge) deviendra de facto, non seulement un satellite (s’il ne l’est déjà) de la R.S. du Vietnam, mais, chose beaucoup plus grave et même mortelle pour lui (Cambodge), une colonie du Vietnam en ce qui concerne, en particulier, le peuplement et l’exploitation sans limite, le pillage catastrophique des ressources naturelles du pays colonisé. (…)

 Je vous demande de bien vouloir vous pencher sur le problème autrement plus grave pour le Cambodge et pour le peuple cambodgien de la vietnamisation physique et du pillage extensif des ressources naturelles du Cambodge par le gouvernement de Hanoï avec le plein consentement du régime de Hun Sen-Heng Samrin.

À ce sujet, ayez le courage d’interroger les militaires, les diplomates, les fonctionnaires, les intellectuels, les étudiants khmers du régime et qui ont pu déserter ce régime pour se réfugier dans plusieurs pays du monde libre.

 Ces « defectors » vous diront, très clairement, ceci :

 a) le groupe de Hun Sen-Heng Samrin est Khmer-rouge pur sang ; ce groupe est aussi mauvais que celui de Pol Pot ; les 2 factions khmères rouges (celle de Hun Sen et celle de Pol Pot) ne diffèrent que sur la question de leur dépendance : les Polpotiens dépendent de la RP de Chine et les Hunséniens dépendent (…) de la RS du Vietnam.

 b) le régime de Hun Sen (tout comme celui de Lon Nol en 1970-1975) bat tous les records de corruption et les soi-disant « progrès socio-économiques » ne profitent qu’aux familles des dirigeants et aux classes sociales supérieures, mais pas au vrai peuple cambodgien.

 c) le régime de Hun Sen viole constamment et gravement les droits de l’homme.

 d) le régime de Hun Sen n’est absolument pas indépendant. Il obéit au doigt et à l’œil au gouvernement de Hanoï. Dans les ministères, les services, l’administration du régime de Hun Sen, ce sont les « conseillers » vietnamiens qui dirigent en maîtres ces ministères, services, administration. Et c’est Hanoï qui dirige la politique intérieure et extérieure du régime de Hun Sen.

 e) à l’intérieur du Cambodge, il y a plus de 1 million de colons vietnamiens, immigrants illégaux, qui sont venus du Vietnam pour coloniser physiquement les terres des Cambodgiens et exploiter les ressources naturelles du Cambodge (pierres précieuses, forêts, caoutchouc, céréales, fruits, poissons, etc.…).

 À l’heure actuelle, les îles côtières cambodgiennes sont peuplées de pêcheurs vietnamiens ; il en est de même des régions du « Grand Lac » (Tonlé Sap), Mékong, Bassac.

Plusieurs centaines de villages jadis khmer sont, aujourd’hui, peuplés de Vietnamiens et portent des noms vietnamiens. Il en est de même de certains bourgs et petites villes jadis khmers, se trouvant près des frontières du Vietnam. En certains endroits, les frontières du Cambodge sont modifiées au profit du Vietnam.

Au plan culturel, la vietnamisation (surtout au plan linguistique) se poursuit à grande vitesse. Les Cambodgiens (Khmers) qui ne parlent pas bien et n’écrivent pas bien le vietnamien sont outrageusement défavorisés (dans l’obtention des diplômes ou des emplois, dans l’avancement administratif) par rapport aux Khmers parlant et écrivant brillamment le vietnamien.

Ainsi, dans quelques décennies, le Cambodge sera peuplé d’une majorité de Vietnamiens et les Khmers (comme au Kampuchea krom devenu Sud-Vietnam depuis l’arrivée des Français « coloniaux » en Cochinchine, en 1860) deviendront une minorité ethnique dans leur propre Patrie, laquelle verra également se rétrécir son territoire avec des modifications de ses frontières et maritimes au profit du Vietnam.

 Vous voulez « commencer » avec le régime de Hun Sen.

Et c’est ainsi qu’un nombre croissant de vos compagnies (banque, commerce, industrie, exploitation et plantation, etc.) se sont installées ou s’apprêtent à s’installer au Cambodge.

Ceci n’a rien de choquant.

Mais je me permets d’attirer votre attention sur certains (très graves) dangers que le Cambodge (en ce qui concerne son avenir) rencontrerait si vos compagnies se livraient à certaines activités, telles que les coupes extensives des arbres des forêts cambodgiennes (coupe non suivies d’un reboisement obligatoire, extensif et méthodique), l’exploitation intensive des ressources piscicoles dans nos lacs, fleuves et mers, le commerce des objets d’art antiques (d’Angkor, etc.…).

 Le régime de Hun sen permet la destruction des forêts du Cambodge. Cette destruction qui se poursuit à une cadence accélérée a déjà contribué (fortement) au changement du régime des pluies, au déséquilibre croissant entre les éléments positifs et les éléments négatifs de l’écologie au Cambodge, jadis pays exportateur de céréales, poissons, fruits et bétail, aujourd’hui importateur de nourriture et mendiant d’aides humanitaires et « demain » un pays aride et stérile, ne pouvant plus survivre par lui-même. (…)

 Pour 90 % au moins de Cambodgiens et Cambodgiennes à l’intérieur et à l’extérieur du Cambodge, la « légalisation » par vos soins du régime pro-vietnamien de Hun Sen voudra dire que vous sacrifiez cyniquement le Cambodge sur l’autel du colonialisme vietnamien, de la vietnamisation du Cambodge et de l’intégration à long terme (comme cela s’est passé, au 19ème siècle, avec le Kampuchea Krom), l’intégration à long terme, dis-je, du Cambodge actuel dans le Grand Vietnam, ce dont avaient toujours rêvé les Empereurs vietnamiens et, après eux, HO CHI MINH. (…)

 Vous savez que plus de 90 % des Cambodgiens et Cambodgiennes n’admettent pas le communisme au Cambodge ; même pas le communisme « libéra à Hunsénienne ».

 Au moment où en Roumanie on met hors la loi le Parti communiste roumain, au moment où tant d’autres Pays de l’Europe de l’Est se décommunisent vigoureusement (…), vous n’hésitez pas à embrasser le régime communiste, marxiste-léniniste, hochiminhien (…) de Hun Sen , Heng Samrin, Chea Sim.

 Et c’est au nom de Droits de l’Homme et des idéaux du Monde libre que vous allez consolider le communisme Vietnamien dans un Cambodge profondément nationaliste, foncièrement anti-communiste et « viscéralement » neutraliste. (…)

 À cet égard, je peux vous assurer que les patriotes Cambodgiens et Cambodgiennes ne vous en remercieront pas. (…)

 NORODOM SIHANOUK

Repost 0