13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 06:16

Cliquer en bas de l'article pour lire le texte en format Pdf : Chapitre 1,2,3 et 4

Une guerre incomprise

1970-1975

 

Chapitre Quatrième

 

 

La situation politico-militaire au Cambodge entre 1972 à 1974

 

Pendant l’opération CHENLA II, à Phnom-Penh, il y avait eu aussi des batailles politiques entre le pouvoir de l’exécutif et celui du législatif. Le 8 Novembre 1971, le Général In Tam avait été élu Président de l'assemblée Constituante et le 12 Novembre 1971, Lon Nol demanda à cette assemblée d’achever la rédaction de la constitution pour la fin janvier 1972, afin de pouvoir organiser un référendum le 15 Février 1972. Le15 Novembre 1971, la commission mixte avait arrêté ses réunions et transmit ses travaux du projet de la constitution à l'Assemblée Constituante. Le 10 Mars 1972, M. Cheng Heng démissionnait de son poste du chef de l'État. Lon Nol le remplaça et annonça la dissolution de l'Assemblée Constituante. Le 12 Mars 1972, le prince Sirik Matak donnait sa démission du poste du Président du Conseil Délégué. Le 13 Mars 1972, dans un message à la nation, Lon Nol se proclama Président de la République Khmère et, il définit le rôle de celui-ci.

 

Le 30 Avril 1972, il y avait eu un référendum constitutionnel. La Constitution de la République Khmère fut adoptée. Au mois de Mai 1972, la campagne pour les élections présidentielles était lancée. Il y avait eu trois candidats : Lon Nol, In Tam et Kéo An. Le 4 Juin 1972, Lon Nol fut élu Président de la République. Dans ces élections, In Tam obtenait une majorité des voix à Phnom-Penh. Kéo An, le 3ème homme, dénonçait les fraudes électorales. Cependant, les nord-vietnamiens et les Viêt-Cong faisait la guerre contre la nation khmère. Ils occupaient la moitié du territoire du Cambodge et surent profiter d’une explosion de la haine des dirigeants des Khmers Rouges contre leur propre population et les poussaient à commettre l’horreur absolue.    

 

La stratégie des nord-vietnamiens et des Viêt-Cong

Durant les années 1972-1974, les communistes vietnamiens accéléraient leur politique de « khmérisation » de la guerre au Cambodge pour préparer la négociation avec les États-Unis. Ils permettaient les forces communistes khmères, connus sous le nom « Khmers Rouges » de participer aux différentes batailles en tant que les unités combattantes à part entière et d’avoir leurs propres bases militaires. Ils organisaient les forces khmères rouges en bataillon, régiment et division, mais ces entités restaient toujours sous le contrôle des cadres vietnamiens, appelés « Conseillers politiques ». Ceci générait de temps à autre des conflits malaisés entre les cadres khmers rouges et ceux des vietnamiens. Ces antagonismes se transformaient souvent en bagarre armée. Comme les hommes de troupe des FANK[1], les khmers rouges étaient d’origine paysanne. Et s’ils étaient reconnaissants aux communistes vietnamiens de fournir des aides militaires, mais ils détestaient l’influence qu’ils exerçaient sur eux. Les Vietnamiens étaient toujours considérés comme ennemis héréditaires des nationalistes khmers. Ce ressentiment était-il une force nationale et un dogme ? L’histoire prouvait le contraire, parce qu’il y avait toujours une partie des Khmers qui aidaient les nationalistes vietnamiens à réaliser leur rêve millénaire : bâtir le Grand Vietnam.     

Plusieurs fois, les communistes vietnamiens et les khmers rouges montaient des opérations conjointes. Par exemple : les attaques pendant la nuit du 7 octobre 1972 d’une base de M113[2] dans le secteur nord de Phnom-Penh. En septembre 1973, les deux unités alliées lancèrent deux fois les attaques de grand envergue la ville de Kompong Cham et durant l’année 1973-1974, une campagne de bombardement intensif de roquets 122-mm sur la capitale causant plusieurs victimes civiles : plus de 200 morts. Au milieu de l’année 1974, ils encerclaient la ville de Phnom-Penh. C’était un grand succès pour eux dans deux fronts : le front de la politique internationale et celui du militaire. Enfin à partir du mois de septembre 1974, presque toutes les routes nationales étaient plus au moins sous leur contrôle qui paralysait la communication entre les unités des FANK. Chaque unité se sentait seule face au reste du monde. Le moral n’était donc pas au beau fixe pour les hommes de troupe de la République Khmère.

Les nord-vietnamiens utilisaient l’arme psychologique pour exciter la population khmère à haïr les FANK et l’opinion internationale, en particulier la jeunesse américaine et les occidentaux, à interdire leur gouvernement de soutenir le régime républicain khmer. Cette arme était redoutable : la corruption des FANK. Et ça marchait, parce que cette corruption existait réellement. Elle était une maladie endémique de la société khmère depuis la nuit des temps. Ils envoyaient leurs agents pour acheter les armes et les munitions vendues par les officiers corrompus, ensuite ils prenaient des photos de ces preuves pour donner aux correspondants de guerre des grands journaux et revues des pays occidentaux afin qu’ils les publiaient pour informer leur public.

Plusieurs généraux des FANK étaient sanctionnés à titre d’exemples : le Général Sey Ung, gouverneur de Koh Kong, Mey Sichân, gouverneur de Kampot, commandant-adjoint de la 2RM[3], et le général commandant la place de Takéo. Et plusieurs d’autres étaient mis à la retraite.

Les agents communistes s’infiltraient aussi dans le corps de la jeunesse et du milieu des enseignants pour les inciter à se soulever contre le régime républicain khmer. Deux ministres de la République, Keo Sangkim et Thach Chia, étaient pris en otage par les étudiants et assassinés dans l’enceinte du lycée 18 Mars (ex-lycée Preah Yukanthor). La crise politique du régime républicain était à la hauteur du but recherché par les nord-vietnamiens. Le gouvernement khmer s’obligeait de se battre à la fois dans trois fronts : politique internationale, politique intérieure et militaire. Cette situation était appelée par les communistes : « la main gauche ennemie frappe sa main droite, et on laissait pourrir le fruit jusqu’à il tombe tout seul ». Ce qui finit par arriver.                   

 

La riposte de la République Khmère

Devant cette situation critique, Lon Nol jouait la carte de la mobilisation générale. Il fit voter une loi par les députés, appelée « L’échiquier de la mobilisation générale ». Dans tout le pays, chaque quartier ayant 10 maisons constituait un lot de défense du quartier. Et 5 ilots se formaient en un secteur de défense. Cette loi avait pour but de mobiliser la population à participer la défense de son pays, menacé par toute subversion des communistes. Elle était inspirée des lois des années 1954[4] et 1956[5]. Ces comités d’ilots de défense étaient dotés d’un pouvoir administratif important et alloué d’une mission humanitaire et sanitaire. Ces ilots devraient en théorie être une organisation paramilitaire, humanitaire et un centre de renseignement sur les activités de subversion des ennemis de la République. Mais en réalité, ils fonctionnaient plus au moins bien, parce que le gouvernement n’avait pas les moyens pour les mettre en œuvre. En outre, cette organisation, placé sous l’autorité d’un Commissariat Général de la Mobilisation générait fréquemment des conflits avec les autres autorités (Commissariat de police, Sangkat[6], préfecture). Faire vite pour faire fort était la cause de l’inefficacité de cette aspiration révolutionnaire de Lon Nol. « L’échiquier de la mobilisation », en fait, était une copie du modèle de la République Populaire de la Chine, auquel le prince Sihanouk avait inspiré et Lon Nol avait une mission de le mettre en application pendant la guerre contre les Vietminh après l’indépendance nationale. Compte tenu de la futilité de cette institution relookée, les saboteurs communistes en profitaient pour faire du mal à la République khmère.

 

La situation des FANK

L’enthousiasme du 18 mars 1970 était petit à petit s’estomper par la défaite de l’opération CHENLA II. Mais la bravoure de certaines unités des FANK, après ce coup ennemi, permettait à la République de gagner la bataille politique sur le plan internationale. Le 12 octobre 1972, à l’ONU, 132 pays se prononçaient pour la représentativité de la République Khmère. 11 pays[7] votaient contre elle. Ce sursaut dans la politique internationale avait un effet mitigé pour renverser la situation militaire dans le pays. L’augmentation des aides militaires (modernisation des équipements et formation des nouvelles techniques de combat aux hommes de troupe et des stratégies militaires aux officiers supérieurs) et économiques des Etats-Unis donnait un nouvel espoir de courte durée. La situation économique et sanitaire du pays était exécrable. Il y n’avait pas assez du riz pour nourrir la population et des médicaments pour soigner les malades et les blessés de guerre. Aux fronts, Est comme Ouest, Sud comme Nord, les FANK rencontraient partout des difficultés pour maintenir le moral des hommes de troupe et contenir les déferlements ennemis. Elles commençaient d’avoir des problèmes de recrutement des nouvelles recrues pour remplacer les soldats morts sur les champs d’honneur.  Et l’horreur qu’elles attendent déjà venait compléter la liste du désastre, c’était la désertion de tous les grades.

Napoléon le disait : « Pour faire la guerre, il faut avoir trois choses : l’argent, l’argent et l’argent ». Un proverbe khmer s’articulait autrement : « On cultive du paddy avec de l’eau et on fait la guerre avec du riz ». Et, tout le monde le savait que la République Khmère n’avait ni l’argent pour acheter les armes et les munitions, ni le riz pour nourrir son armée. Les Khmers Rouges pouvaient nourrir la sienne, parce qu’ils avaient tout pris le riz des paysans. Quant aux armes, ils avaient de plus en plus après les accords de Paris, parce que la Chine demandait aux nord-vietnamiens, avant que ces derniers quittassent le Cambodge, de les laisser pour eux.

L’accord de paix entre les Etats-Unis et le Nord-Vietnam, signé à Paris le 27 janvier 1973, ne s’ouvrait pas la perspective de paix au Cambodge, parce que les Khmers Rouge refusèrent d’y agréger. Mais Lon Nol et Hang Thun Hak[8] avaient accepté cet accord et décrétèrent unilatéralement le cessez-le-feu. Ils ne considéraient plus les Khmers Rouges comme les ennemis athées, mais les Khmers de l’autre côté. Cette mesure sapait davantage le moral des FANK, parce que le 29 juin 1973, la Chambre des Représentants des USA adoptait un amendement fixant au 15 août la date de la suppression des fonds alloués aux opérations aériennes au-dessus du Laos et du Cambodge. En outre, la nature de la modernisation des équipements et de la formation des techniques de combat constituaient une autre difficulté. D’un côté, on attendait de la FANK qu’elle se battre comme l’armée américaine, fournisseur et formateur, et, de l’autre on ne lui donnait pas tout à fait le matériel et les moyens perfectionnés indispensables pour le faire. Sans avoir l’appui aérien et le nombre de M113 suffisant, la chance de gagner la bataille soit compromise, parce que la puissance de feu des nord vietnamiens et Viêt-Cong, alliés des Khmers Rouges, est redoutable. La volonté de Lon Nol de faire la paix avec les Khmers de l’autre côté hypnotisait les militaires. Ils adoptaient donc une attitude de survie « jour par jour » pour éviter d’être tué par leur frère de sang de l’autre côté. La guerre pour eux était finie au moment où Long Boret, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement d’In Tam[9], proposait le 6 juillet 1973 au nom de la République Khmère au FUNK[10] un plan de paix de 6 points. Ce plan fut rejeté par ce dernier, parce que les faiblesses de la République Khmère étaient nombreuses et connues, ce qui rassurait ses adversaires de ne pas y accepter : la cessation d’intervention aérienne américaine ; l’entente cordiale entre les États-Unis et la République Populaire de Chine de régler la guerre au Cambodge par la solution du retour du Prince Sihanouk au pouvoir et la volonté des États-Unis d’encourager la Chine de devenir une puissance régionale pour face faire à l’hégémonie de l’Union soviétique. Ces trois approches s’inscrivaient dans la doctrine du Président Nixon concernant la politique de désengagement des troupes américaines dans le conflit armé au Vietnam. La République Khmère était donc une victime collatérale de cette diplomatie nouvelle de « faire mal pour faire bien » dont l’auteur eût été Henry Kissinger, alors Secrétaire d’État.

Au Cambodge, tout le monde parlait de l’avenir de la République Khmère après le 15 août 1973, date de la fin des interventions aériennes américaines. Les pessimistes croyaient que ce fût la fin de la République Khmère, mais la Force de l’Air Khmère (FAK), après l’attaque des commandos nord-vietnamiens sa base dans la nuit des 21-22 janvier 1971, se réorganisait et dotait d’armes modernes (hélicoptères[11] de combat et de transport des troupes, l’avion C130 et C-47s) fournies par les l’armée de l’air américaine. La durée de formation des pilotes et du personnel techniques était faite rapidement avec une efficacité au-delà de l’attente du Haut Commandement militaire. A peine d’un an d’apprentissage, les hommes de la KAF étaient opérationnels dans leurs missions de combat. Les avions de chasse et de bombardement T-28s faisaient leurs preuves de valeur dans la bataille de Kampot avec 80 interventions par jour (missions d’attaque et de reconnaissance des positions ennemis). Dans cette bataille, les hélicoptères transportaient des troupes de plusieurs brigades d’infanterie pour les déposer dans la ville de Kampot afin de renforcer le périmètre de défense. Au-delà de ses missions militaires, la FAK assurait aussi les missions humanitaires et sanitaires pour aider la population. La FAK après le 15 août 1973 se substituait à peu près 50% les frappes aériennes américaines au Cambodge. La République Khmère montrait sa capacité de faire face à ses ennemis nord-vietnamiens et Khmers communistes. C’est pourquoi, les FANK décidaient de choisir la date du 15 août 1974 pour célébrer le premier anniversaire de leur autonomie dans les missions de défense nationale contre les envahisseurs nord-vietnamiens et les Viêt-Cong. Un défilé militaire à la place de stoupa du Bouddha eut lieu pour cette occasion. Mais l’apparition de chars des nord-vietnamiens T-54/55 à partir de 1974 aux champs de bataille dans le territoire khmer et sud-vietnamien ne se posaient pas de problème de conscience sur M. Henry Kissinger, cosignataire, des accords de paix de Paris.

 

La situation des Khmers Rouges

Le non-respect de l’accord de paix par le Nord-Vietnam et le refuse du FUNK d’accepter les propositions de paix du gouvernement de la République Khmère menaçaient sur le Cambodge. Le peuple khmer n’attendait plus rien, sauf le retour de Sihanouk au pays pour rétablir la paix entre les khmers. C’était à ce moment-là les nord-vietnamiens laissaient les Khmers Rouges d’opérer leur transformation brutale de la société rurale khmère en forçant les paysans à créer des coopératives où chaque heure du jour était réglée et contrôlée, et en imposant une discipline de fer par la terreur. Ceux qui n’étaient pas d’accord disparaissaient purement et simplement. Dans les zones « libérées », l’argent était aboli, et l’Angkar (organisation du parti communiste khmer) contrôlait tous les commerces, y compris la vente du riz. Les moines bouddhistes furent envoyés travailler dans les champs et les cérémonies traditionnelles et religieuses furent interdites. Mais le prince Sihanouk continuait de s’adresser des messages au peuple khmer depuis Pékin pour qu’il aide le FUNK à gagner la guerre contre la République. Mais on savait depuis longtemps que les leaders des Khmers Rouges méprisaient Sihanouk, mais ils jouèrent la carte du dernier en exploitant sa popularité pour affirmer leur influence sur les paysans. Avec l’aide des nord-vietnamiens et les Chinois communistes, ils semaient la terreur dans la campagne. Et, selon l’écrivain Stanley Karnow : « A côté des atrocités khmères rouges, l’holocauste nazi n’est qu’un incident minime. »

L’incitation des nord-vietnamiens aux Khmers Rouges à commettre des violations contre la population cambodgienne s’inscrivait dans un plan d’ensemble visant à couper le parti Communiste Khmer (PCK) de sa propre population après la victoire du camp communiste en Indochine.  Le PCK faible et sans le soutien populaire fut une proie facile pour eux. Et pour créer l’Indochine vietnamien ou le Grand Vietnam, ils n’avaient jamais de court d’invention pour détruire le Cambodge.

 

La situation du Prince Sihanouk

Vers la fin de l’année 1973, la République khmère cherchait sincèrement une nouvelle politique pour riposter les nord-vietnamiens par « la solution Sihanouk ». Le 30 novembre 1973, Lon Nol déclara qu’il était prêt à rencontrer le prince Sihanouk pour trouver ensemble une solution de paix au Cambodge. Mais tout le monde se trompait, y compris des Etats-Unis d’Amérique, dans cette nouvelle démarche. En réalité, le Prince rouge n’était que la marionnette des Chinois et les Khmers Rouges. Il n’avait aucun pouvoir de décision. Les nord-vietnamiens exploitaient sa popularité pour envahir le Cambodge à son nom. Ils pouvaient cependant compter sur une profonde hostilité entre les zones rurales et les zones urbaines, hostilité enracinée dans la tradition et les légendes populaires et qui trouvait son origine dans des causes pratiques. Peut-être le destin du Cambodge pourrait être autrement si Sihanouk avait un vrai pouvoir au sein du FUNK et GRUNK[12] et plaçait l’intérêt de la nation au-dessus de tout.  

Sans le savoir la vraie situation de Sihanouk, Nixon et Kissinger choisissaient le perdant. Ils lâchèrent Lon Nol et abandonnèrent le Cambodge pour un homme de paille de Pékin. Sihanouk était conscient de sa situation par son expression célèbre : « Plus tard, les Chinois me cracheront comme un noyau de cerise ». Mais cette autorévélation ne lui empêchait pas de courir après son ombre pour attraper le pouvoir perdu, mais il savait parfaitement que dans cet ombre se cachait une montre, nommée Pol Pot (Saloth Sar) qui était prêt à commettre « l’horreur absolue ». Sans doute, Nixon mettait fin à une guerre impopulaire ou incomprise au Cambodge, mais il y remplaçait par une paix des meurtriers. Une paix qui donnait un pouvoir aux Khmers Rouges de tuer en toute liberté leur propre population : plus de deux millions de morts pendant 3 ans et 9 mois. Il y avait de quoi qui faisait honte aux partisans d’Hitler et de Staline. Le Prince Sihanouk était sans doute le promoteur et grand complice de génocide. De son vivant, plus Sihanouk tentait de se disculper, plus il s’accusait, s’empêtrait dans le contradictoire, l’infantile, l’absurde et dans cette évidence : « sans lui, tout cela ne serait pas arrivé ! »

 

Suite : Chapitre 5 : Les principales batailles du Cambodge.

 

[1] Les FANK : Les forces de l’Armée Nationale Khmère.

[2] Le M113 est le véhicule blindé de transport de troupe (VTT). Le nouveau M113 qui sortit de ces modifications (installation de boucliers protecteurs pour les mitrailleurs) fut connu sous le nom d’ACAV (Armored Cavalry Assault Véhicule).  Ce véhicule est très précieux auxiliaires dans les champs de bataille. Non seulement parce qu’il donne une grande mobilité à une énorme puissance de feu, mais aussi parce que dans les combats rapprochés, son blindage fait toute différence entre un soldat communiste mort et un soldat des FANK vivant.  

[3] RM : Région militaire.

[4] Kram (loi) 866 du 27/5/54 : Création du Mouvement des forces vives du Cambodge lors de la lutte pour l’indépendance. Ce mouvement était composé des milices communales (Chivapols) et de commandos de troupes paysannes auxquels peuvent être dévolues des missions proprement militaires. 

[5] Kret (décret) 596 du 19/01/56. Création de la force de défense en surface. Les menaces que font peser sur le Cambodge la reprise de l’insécurité et de la guerre dans les pays voisins de la péninsule indochinoise donnent une particulière importance à l’organisation de la défense contre toute subversion interne ou défense en surface. 

[6] Sangkat : Commune.

[7] Albanie, Algérie, Chine Populaire, Congo, Cuba, Irak, Mauritanie, Roumanie, Sénégal, Syrie et Yougoslavie).

[8] Hang Thun Hak : Premier Ministre (17 octobre 1972 au 17 avril 1973).   

[9] In Tam : Premier Ministre du 10 mai au 7 décembre 1973.

[10] FUNK : Front d’Union National du Kampuchéa, dirigé par le parti communiste khmer.

[11] L’hélicoptère (bell UH-1c) fournit à la KAF ce que les Américains appelèrent « l’aéromobilité » : rapidité, liberté de mouvement et puissance de feu sur le champ de bataille. Bell UH 1 : Vitesse max. 204km/h ; Rayon d’action : 511 km ; Poids : 2 116 kg ; Armement : 4 mitrailleuse de 7,62 mm, 38 roquettes de 69,9 mm.

[12] GRUNK : Gouvernement Royal d’Union Nationale Khmère dont le siège se trouvait à Pékin.

Partager cet article

Published by Sangha OP - dans Une guerre incomprise
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 17:11

Une guerre incomprise

1970-1975

Chapitre Troisième

 

  1. La conquête des territoires perdus

Après les attaques soudaines des forces communistes vietnamiennes contre la FANK, celle-ci arrivait avec l’aide de l’armée américaine et de la force aérienne sud-vietnamienne à contenir leur avance à partir du mois d’avril 1970. La capitale de Phnom-Penh n’était plus menacée. Sa chute semblait impossible. Devant les contre-attaques de la FANK, le commandement des forces communistes vietnamiennes  décidait de réorganiser ses unités et de stopper l’offensive. Cette situation permettrait à la FANK de consolider la zone de survie : la partie sud du pays dont la ligne de défense était la route nationale n° 6, appelée route Lon Nol. Dans les combats acharnés contre les forces étrangères depuis le 29 mars 1970, la FANK prouvait une chose : qu’elle pourrait affronter et vaincre l’armée communiste. Lon Nol y croyait. A partir du mois d’août, il lança une opération de conquête des territoires occupés par les ennemis, appelée le CHENLA (nom du Cambodge ancien).

 

CHENLA I

Le théâtre d’opération militaire est formé un triangle de trois districts : Skoun – Kompong Thmar – Troeung. L’objectif final de l’opération est de libérer Kompong Thmar. C’est la première opération de grande envergure montée contre l’armée du Nord-Vietnam (ANV) et Viêt-Cong au Cambodge avec l’appui de la force aérienne américaine et sud-vietnamienne. Pour les américains cette opération, c’est le moyen idéal de tester la détermination des cambodgiens dans leur lutte contre les communistes.

La FANK installe sa base de logistique à Skoun-ville. Cette localité a été libérée de l’occupation d’ennemi au mois de mai. Le Haut commandement de la FANK confie la responsabilité de l'opération au Brigadier Général Um Savuth. Il dispose de dix à douze bataillons d’infanterie, des autos blindées et des pièces d’artillerie. Deux colonnes d’infanterie montent aux fronts. La première colonne allant de Skoun à Kompong Thmar en passant par plusieurs contrées : Prakham, Tang Kauk et Baray. La deuxième colonne allant de Traeung à Kompong Thmar en traversant deux principales localités : Bos Khnoar et Chamkar Andong. En septembre, Um Savuth libère Tang Kauk sans rencontrée de grandes difficultés. Une première victoire militaire, mais l’armée devrait absolument protéger les habitants et les réfugiés qui ont fui la zone ennemie. Pour cette mission, la FANK décide de créer les unités d’auto-défense armées au sein de la population libérée. Quant à la deuxième colonne, elle a un contact avec quelques unités ennemies à Bos Khnaor, lesquelles font partie de la 9ème division de l’ANV basée aux plantations d’hévéa à l’est de la route nationale (RN) n° 6. Après des combats sporadiques, les ennemis abandonnent leurs positions, parce qu’ils ne veulent pas que les avions américains repèrent leur base.

En novembre et décembre, les ennemis lancent les contre-attaques contre les différentes positions de la FANK tout le long de la RN7 entre Prey Totung et Kompong Cham ville dont l’objectif est d’isoler le chef-lieu de la province de Kompong Cham pour prendre cette localité. La FANK a besoin le soutien de l’aéromobilité de l’armée sud-vietnamienne pour transporter ses soldats aux zones de combat. Il faudrait plusieurs jours d’opérations combinées entre FANK et ARVN[1]  pour reprendre le contôle de la RN7. Au même moment, les unités des communistes vietnamiens venant spécialement du Sud-Vietnam coupent la RN4 au niveau de Pich Nil. Encore une fois, une opération militaire combinée entre ces deux armés est lancée avec succès. Mais dans le mois de janvier 1971, 100 commandos VC[2]/NVA attaquent dans la nuit du 21-22 janvier la base de l’armée de l’air khmer à Pochentong qui se trouvait à l’ouest de Phnom-Penh en détruisant presque la totalité des avions. Toutes ces attaques ennemies obligent le Haut commandement de retirer plusieurs bataillons engagés dans l’opération CHENLA pour venir renforcer la défense de la capitale. Les députés convoquent Lon Nol pour qu’il vienne le 8 févrierà l’AN d'expliquer sa stratégie de défense du pays. La nuit du 7 février, le Général a une attaque de paraplégie. Le 14 février, Il est évacué par l’avion de l’armée américaine pour qu’il puisse se soigner à hôpital d’Honolulu. L’opération CHENLA I est donc mise en suspens.

 

CHENLA II

Nol Nol avait été retourné au Cambodge le 12 avril 1971. Son premier initiative ce fut la poursuite de la politique de reconquête des territoires perdus. Il présenta au peuple khmer un programme général de la défense nationale en appelant ce dernier à participer activement à l’effort de la guerre défensive contre les envahisseurs communistes vietnamiens. Il décréta donc la mobilisation générale. Il décida en effet de relancer l’offensive contre les ennemis. Cette opération était appelée CHENLA II avec un nom de code : « œil pour œil ; dent pour dent ; sang pour sang ». Le Brigadier Général Hou Hang Sin a été désigné Commandant de l’opération.

L’objectif du CHENLA II était double : contrôler la RN6 afin de ravitailler par voie terrestre la ville de Kompong Thom, laquelle était encerclée par les ennemis depuis 1970 et placer la région centre du pays sous le contrôle de la FANK, parce qu’elle était les greniers du riz du pays.

Le 26 août 1971, la FANK occupe Barai. Le 2 septembre la 5ème Brigade d’infanterie attaque la position ennemie au mont de Santuk. Elle s’y heurte une résistance de front avec une violence exceptionnelle et l’enfer se déchaine. Le 20 septembre, la ville de Tang Krasang est libérée. Le 5 octobre, trois brigades d’infanterie délocalisent une position stratégique des communistes au sud du mont Santuk. La 8ème Brigade d’infanterie est transportée par des hélicoptères pour attaquer par le sud-est du Santuk. La bataille s’engage intensivement entre la FANK et ANV jusqu’à corps à corps. Enfin le mont mythique est libéré le 25 octobre. La RN6 est sous le contrôle de la FANK.

La première phase de CHENLA II avait été déclarée officiellement terminée. Une cérémonie religieuse et militaire était organisée par le gouvernement de la République khmère les 25 et 26 octobre pour fêter la victoire. Le Brigadier Général Ith Sung fut invité à la télévision pour conter les exploits des soldats khmers sur les champs de bataille. Mais pendant la dernière nuit de cérémonie, la situation avait changé radicalement aux fronts. Les nord-vietnamiens lancèrent des contre-attaques générales.

Les unités de la 9ème division d’infanterie, appuyées par celles des 205ème  et 207ème des régiments régionaux de l’ANV, basés à la plantation d’hévéa de Chamkar Andong, attaquent la position du 376ème bataillon d’infanterie de la FANK de Kroel qui se trouve entre Tang Kauk et Rumlong. En un seul coup avec la puissance de feu d’enfer, le bataillon khmer est complètement détruit. 20 soldats de ce bataillon ont pu rejoindre Barai et les autres à Rumlong pour raconter le dernier jour de leurs frères d’arme tués par les assaillants. Cette attaque surprise permet à l’ennemi d’encercler Rumlong où se trouvent le 14ème bataillon, le PC de la 46ème Brigade d’infanterie et une section d’artillerie d’appui avec plusieurs canons 105mm. Le pont DEK est sous le contrôle d’ennemi. La RN6 est donc nouveau coupée.

La nuit du 28, la position des unités de la FANK à Damrei Slap est attaquée par les communistes avec l’arme chimique (gaz shells) les obligeant à se retirer à Kreul, alors défendus par le 118ème bataillon et une compagnie  de la 211ème d’infanterie. Ceux-ci sont attaqués à leur tour au petit matin du 29. Le Commandant décide d’abandonner sa position quelques heures plus tard pour s’y mettre à l’abri à Tang Kauk.

Devant cette situation catastrophique, le général Hou Hang Sin avait décidé de bâtir une nouvelle stratégie de défense. Il ordonna la 61ème Brigade et le 424ème bataillon de la 62ème Brigade et le 22ème bataillon d’infanterie, basés à Kiri, de se replier à Treal et les 222ème  et 377ème bataillons d’infanterie, basés à Neak Veang, de venir renforcer la défense de Tang Kauk. Pendant les attaques ennemies du 28 au 31 octobre 1971, La FANK avait perdu beaucoup d’hommes et matériels militaires. 100 morts par jour et beaucoup de blessés. Mais l’armée khmère n’avait pas les hélicoptères de sauvetage médical pour les évacuer de la zone des combats et les transportés dans un hôpital. Une proie idéale pour les dieux de la mort, parce que les infirmiers militaires n’avaient pas les moyens médicaux adéquates pour stopper les hémorragies et les garder en vie.   

Malgré ce coup ennemi, elle lança des contre-attaques des positions des assaillants entre Phum Svay et Rumlong pour créer en vain une zone de survie. Presque tous les terrains occupés par l’armée khmère étaient encerclés par les ennemis ou bien par l’eau. Une situation défavorable pour lancer les contre-attaques et avec le mauvais temps qui empêchait les interventions aériennes efficaces. Les soldats commençaient à être fatigués pour défendre leurs positions, mais leur enthousiaste restait intact pour mesurer avec les nord-vietnamiens. Mais les vivres et les munitions faisaient défaut pour maintenir le moral des troupes, parce que les ravitaillements par voie aériens n’étaient pas réguliers. Les troupes des garnisons de Rumlong et Treal n’étaient plus dans la possibilité de se battre, parce qu’elles manquaient des munitions. Assiégées, affamées et dénués des ressources militaires, elles capitulèrent face aux troupes nord-vietnamiennes en espérant que ces communistes respectèrent les lois de la guerre. Pendant ces offensives successives ennemies, il y avait eu une infiltration des éléments subversifs communistes dans les rangs khmers qui engendra une confusion totale dans une position de la FANK. L’ennemi en profita pour demander une frappe aérienne sur elle. Il y avait beaucoup de morts et les troupes de la FANK furent découragées par cet incident importun, mais les soldats se disaient toujours : Après tout, la guerre est un boulot à risque !

Mais la FANK avait pu rétablir la ligne de défense au nord de Barai avec le concours de son armée de l’air. Mais les moyens aériens limités dont elle disposait pendant cette opération n’aurait pas lui donné la possibilité de reconquérir ses positions stratégiques prises par les nord-vietnamiens et d’affaiblir la puissance de feu de l’artillerie ennemie installée à la plantation de Chamkar Andong. La FANK obtenait un soutien aérien américain le 14 novembre : le bombardement de B52 sur Chamkar Angdon. C’était  une seule frappe aérienne américaine sur les positions nord-vietnamiennes durant l’opération CHENLA II. Elle arrivait 15 jours trop tard compte tenu de la supériorité de feu des nord-vietnamiens par rapport à celle des Cambodgiens. Mais les généraux américains avaient une conception de guerre un peu spéciale pendant la guerre au Vietnam : un contact sérieux avec les nord-vietnamiens et les Viêt-Cong quand leurs troupes ou celles des alliées commencent avoir des difficultés de les résister.

Le coup de grâce des nord-vietnamiens qui achevait l’opération CHENLAII était la bataille de Prakham, un district qui se trouvait le long de la RN6 entre Skoun et Tang Kauk. La bravoure des soldats ennemis dans le duel avec ceux des Cambodgiens en première ligne sema la terreur dans les casemates qui jalonnaient le périmètre de défense et leurs canons sans recul de 57 et 75mm et les lance-roquettes RPG-2 volatilisèrent les M113 khmers dans les champs du riz et sur la RN6.

Et pourtant, pendant la réunion entre Lon Nol et le Commandant de l’opération CHENLA II du 14 novembre 1971, ils n’avaient pas modifié grande chose du plan initial de l’opération CHENLA. Pour Lon Nol, l’urgence fut ailleurs : Renforcement de la défense de la RN4. Etait-il conscient de la situation du CHENLA ? Ou bien le Général Hou Hang Sin ne disait pas la vérité à Lon Nol ?

CHENLA à partir du mois de novembre 1971 était synonyme « chacun pour soi ». Le Général Hou Hang Sin, commandant d’opération n’avait d’autres ressources que de laisser les chefs d’unités de se débrouille tout seul. Il s’installa son PC à Skoun et y attendit le retour des frères d'arme. Mais les chemins parcourus étaient rudes, parce que les ennemis s'étaient embusqués derrière un talus ou un bosquet. Il fallait faire n’importe quoi pour échapper à leur vigilance. Ceux qui arrivèrent à fuir les zones de combat pour rejoindre la ligne amie étaient dans un état d’épuisement et de dépression. Un spectacle difficile à voir par ceux qui avaient eu la chance de se replier à temps avant la prise de contrôle de la RN6 en plusieurs points par les nord-vietnamiens. Lon Nol, Chef d'Etat-Major Général avec quelques généraux, visita le front et devant le spectacle attristé de l’effondrement de son armée, il ne s’exprima aucun chagrin. Le 3 décembre 1971, les ennemis du Cambodge occupèrent Prakham, dernier poste de résistance de la FANK, après quelques jours de combat acharné contre les unités khmères qui ne voulaient pas y croire à cette fatalité.

CHENLA II avait double approches pour la suite de la République khmère. Une défaite et une leçon.

La défaite : La défaite de l’opération CHENLA II soustrayait de la FANK et du pays les meilleures unités d’infanterie (10 bataillons), beaucoup de matériels militaires (1/3 au total) et de nombreuses infrastructures du pays (ponts et routes). L’armée avait perdu beaucoup d’hommes dont le nombre total était à près de 2 000 morts sans compter les disparus. Il y avait aussi de nombreuses victimes collatérales parmi les civils dont on ne connaissait pas le nombre exact. Sur le plan psychologique, elle faisait perdre chez les hommes de troupe la confiance en soi. Quant aux officiers, ils commençaient d'avoir un doute sur la capacité du Haut Commandement de mener une la guerre contre les nord-vietnamiens et les Viêt-Cong. Chez les civils, l’avis était partagé, la jeunesse, en particulier les étudiants, voyaient qu’elle fût le signe avant-coureur de la fin de la République Khmère ; les fonctionnaires apolitiques de tous les échelons étaient dubitatifs à l'égard du nouveau régime qui parlait de la victoire finale contre les communistes sans l’aide de Sihanouk ; les Républicains téméraires ne perdaient pas encore l’espoir, ils avaient une dent contre les partisans de Sihanouk et les communistes khmers qui aidaient les nord-vietnamiens à envahir le pays ; les Khmers en bas se taisaient dans leur souffrance quotidienne ; les hommes politiques voyaient Lon Nol comme un chef militaire qui n’était pas très doué pour faire la guerre.

La leçon ou les leçons : Pour les généraux de la FANK, cette défaite n’était pas due à une erreur stratégique, mais tactique, des problèmes de ravitaillements des munitions aux unités de combat et de manque d’effectifs pour assurer la sécurité des territoires reconquis. La colonne militaire qui se progressait et s’étirait sur la RN6 en croyant que ses flancs aient été protégés par les terrains inondés par l’eau, se trouverait elle-même piégé par cette défense naturelle par les bombardements de canons ennemis. Les services de renseignements militaires ignoraient l’existence de la base d’une division d’infanterie ennemie à la plantation de Chamkar Angdon. Enfin cette défaite servait comme une leçon dans toutes les batailles contre les nord-vietnamiens et les Viêt-Cong. Mais cet apprentissage coutait cher en vie humaine. On se posait la question, ces morts étaient-ils utilisés comme un simple pion sur l’échiquier politique ?

Après CHENLA II, les hommes de troupe avaient perdu leurs illusions : « Il faut que je dise à mes hommes d’aller se faire tuer, dit un officier. Et pour qui donc suis-je censé leur demander de mourir ? Les soldats étaient en majorité des paysans. Ils avaient certainement plus d’une raison d’être découragés. Leurs conditions de vie étaient dures. Leur nourriture se composait exclusivement de riz, de poisson séché et de soupe de légumes. Un soldat touchait environ 15 $ par mois, un peu plus s’il était marié et ayant des enfants à charge. Pendant la guerre les prix se mirent à grimper, il avait difficulté à nourrir sa famille. Pour s’en sortir, sa famille devait le suivre de campement en campement, s’installant dans la boue ou vivant dans des cabanes improvisées construites avec de feuilles de palmier. Quant aux officiers subalternes, leurs conditions de vie étaient un peu plus améliorées que leurs hommes. La guerre pour eux n’était qu’une affaire des généraux et des politiques.

 

[1] ARVN : L’armée de la République du Vietnam (le Sud-Vietnam). En 1972, elle avait un effectif plus d’un million d’hommes, dont à peu près une moitié faisait partie de l’armée régulière et l’autre moitié de diverses milices. Dans le cadre de la vietnamisation de la guerre au Vietnam, dès le milieu de l’année 1970, l’ARVN se chargeait de la grande majorité des opérations offensives contre les communistes, tandis que les effectifs américains diminuaient considérablement.

[2] VC : Viêt-Cong. 

 

Partager cet article

Published by Sangha OP - dans Une guerre incomprise
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:19

Partager cet article

Published by សង្ហា ឧប - dans ពិភាក្សានយោបាយ
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 04:48

Partager cet article

Published by សង្ហា ឧប - dans ពិភាក្សានយោបាយ
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 06:37

ការល្បងសិក្សា​ អំពី អាក្បកិរិយា នយោបាយខ្មែរ ជាវិភាទានមួយតូច នៅក្នុង គ្រោង (cadre)

ការពិភាក្សខាងនយោបាយ។ ជាមតិផ្ទាល់មួយ ទុកជូន ជនរួមជាតិខ្មែរ យកទៅពិចារណា រិះ

គន់ ដើម្បីរក ការពិត។

ចុចខាងក្រោម ដើម្បីអានអត្ថបទ Pdf.

Partager cet article

14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 09:46

ជាតិខ្មែររុងរឿង

ជាតិខ្មែររុងរឿង ជាប្រធានសិក្សាគោល នៅក្នុងគ្រោង (cadre) សិក្ខាសិលា​នាថ្ងៃទី២០មិថុនា

ឆ្នាំ២០១០​ ប្រព្រឹត្តមានឡើងនៅ វត្តពោធិវង្សនៅប្រទេសបារាំង ដែលខ្ញុំបានចូលរួមចំណែក

ក្នុងឋានៈជាអ្នកធ្វើអន្តរាគមន៏ម្នាក់។ ក្នុងចំណោម​ប្រធានសិក្សាគោល, ប្រធានសិក្សារបស់ខ្ញុំ

គឺ៖ ការថែរក្សាជាតិខ្មែរ (នយោបាយការគ្រប់គ្រោងជាតិ ដើម្បីបណ្តុះបណ្តាលកម្លាំងនិងគំនិត

ជាតិឲបានគង់វង្ស និង រុងរឿង) ដែលខ្ញុំយកមកចុះផ្សាយនៅពេលនេះ ទុកជាឯកសារសំរាប់

សាធារណជន ទុកអានជាតម្រិះរិះ (réflexion) សំរាប់កិច្ចពិភាក្សា នៅក្នុងមហាគ្រួសារខ្មែរ។

Partager cet article

Published by សង្ហា ឧប - dans ពិភាក្សានយោបាយ
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 07:13

Une promenade de l’Esprit

 

Au bord du Mékong

 

L’eau venant de la montagne « déesse, bonne route ou heureux de vous rencontrer[1] » est ravie de dire bonjour aux plusieurs peuples riziculteurs. Elle prend son temps pour s’amuser avec les enfants qui se baignent dans son corps fluide et svelte,lequel change de couleur suivant le caprice de la nature. Mais elle est toujours belle avec sa force puissanteet sa nature de mère nourrice.

En arrivant au pays de la terre d’or (សុវណ្ណភូមិ)[2], elle accepte de porter un nom donné par sa population : le Mékong. En la remerciant, elle crée un grand bassin de million de poissons, appelé le « Tonlé-sap » pour sustenter sa force physique et d’esprit. Ainsi le Mékong est la source de la vie et de l’intelligence du peuple khmer qui enfanta au temps jadis une civilisation puissante et harmonieuse.

L’heure de la passée, au bord du Mékong et dans le ciel bleu au-dessus du temple d’Angkor, les oiseaux chantent tous les jours la même mélodie : Bonjour et bonne nuit au peuple du fleuve. Le Mékong est toujours heureux, mais le peuple khmer, va-t-il pleurer de son malheur ? L’eau du Mékong est toujours l’eau de joie de vie, mais larme des Khmers sont-elles toujours l’eau de chagrin ? Ce qu’on sait, il n’y a plus la fête des eaux au pays des Khmers.

Au bord du Mékong, la rencontre entre l’eau du fleuve et la population khmère est toujours un rendez-vous de solennité. Au son  de ruissellement des eaux, le cœur de cette population millénaire qui s’entiche d’un respect du don de la nature :

- Tu es la mère des eaux, dit ce peuple du fleuve, j’exprime tous mes remerciements de ta présence dans ma chère patrie dans lequel ta place ou ton lit est honoré même par le saint protecteur du pays. Tu es invisible, mais ton corps constitue des ressources toujours croissantes pour l’humanité. Mère nourrice et avec ta force et la science, tu deviendras la productrice de l’électricité. Comment dussé-je te remercier dans mille ans ?   

- Merci mon ami, répond l’eau du fleuve avec beaucoup de douceur, ton témoignage du respect envers moi est éternel. J’absorbe cette reconnaissance dans mon corps millénaire. Je suis heureux de te rencontrer au bord de mon lit. Cette occasion est le lien d’amitié qui perdure.

Au bord du Mékong entouré les plus beau paysage du monde, le corps humain est tout près de la divine. Elle le caresse légèrement et chant l’air populaire accompagné par les murmures du vent pour le consoler de ses contrariétés afférents à la vie. Ce corps est celui du peuple khmer qui est accordé parfaitement à sa double passion pour le bouddhisme et pour l’empire d’antan avec une tendre mélancolie. Mais on le savait que l’empire d’Angkor n’est qu’une histoire de l'archéologie pour la jeunesse khmère d'aujourd'hui, quant au bouddhisme, son secours soit limité à ses belles paroles. Le peuple khmer d’aujourd’hui est-il heureux comme l’eau du Mékong ?

Au bord du Mékong dans le Cambodge d’aujourd’hui, il y a des autres. Qui sont-ils ? Personne n’ose pas dire leur vrai nom. Ils sont nombreux, plusieurs millions d’individus. Ce chiffre n’est pas une hypertrophie d’un sentiment du racisme. Il est le problème pour la nation khmère, parce qu’il représente le passé sanglant et un avenir imprévisible. L’eau du Mékong est-elle le témoin de cette incertitude ? Mais dans l’esprit des autres, cette peine est le maillon essentiel de leur rêve d’illuminé pratique : le Grand Vietnam victorieux ! Ses soldats ont leur fusil et ils savent s’en servir pour réaliser ce rêve millénaire. Ils ont un talisman caché dans la poche de leurs vêtements : c’est le testament de l’oncle Hô.

Et ce rêve deviendra-t-il un jour une réalité pour le peuple khmer ? Au bord du Mékong, comment l’eau du fleuve lui annoncera cette nouvelle ? Mais on le savait depuis le 7 janvier 1979 que cette vérité se faisait jour au pays des Khmers. Ils sont tristes, bien sûr. Sont-ils conscients de ce danger mortel, pas sûr. Avec une apparence de courage, les victimes expropriées de leur lopin de terre revendiquent en vain leurs biens, mais ils laissent les millions de colons vietnamiens d’occuper leur pays. Ce qu’on l’appelle le combat contre le mal, mais pas la racine du mal.

Au bord du Mékong, le peuple khmer contemple l’arrivée des milliers de barques des colons vietnamiens. Ils apprennent à parler Khmer et deviendront deux ans plus tard des citoyens mal élevés parce qu’ils ne respecteraient jamais les lois et la coutume du pays conquis. Ils ont déjà donné des noms dans leur langue à un square, à un pont, à un village, à une ville et à une province. Avec tous ces colons vulgaires qui s’enrichissent de tous les côtés par les procédés malhonnêtes,  il faut se méfier du mandat des députés qui passe, parce que chaque législature, un exponentiel de leur nombre qui viendra écraser le peuple khmer. Le Cambodge, à l’état actuel, ne serait plus capable de faire face, de rendre coup pour coup et, en vérité, de provoquer et de procéder les attaques contre ce mal absolu.

Pourquoi ce défaitisme inattendu ? Parce que le peuple khmer n’a plus de larme pour pleurer. Il n’a plus personne pour lui venir en aide et un officiel de l’ONU ou un humaniste de l’ONG donne un peu espoir. Mais on le savait que son malheur fait le bonheur des conquérants ou des autres qui viennent s’établir au bord du Mékong. L’eau du fleuve, pour lui, reprit le visage de ce qu’elle a souvent été sous les masques de la fête et de la beauté : un visage de souffrance et de mort. Il n’y a plus de fête des eaux au Cambodge. Aujourd’hui, il faut qu’on voyait ce pays comme un mélange inextricable de Vietnamiens, Chinois, Khmers, bouddhistes, musulmans, chrétiens, de misère, d’immenses fortunes, de royalistes arriérés, de communistes opulents. Est-ce que ce mélange est explosif ?

 

[1] Le Tibet.

[2] សុវណ្ណភូមិ (Sovanaphum) = Le Cambodge d’autrefois.

Partager cet article

Published by Sangha OP - dans Promenade de l'Esprit
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 08:03

Une promenade de l’Esprit

 

Ainsi soit-il !

 

Autrefois, la solution des ex-partis de l’opposition, trop souvent empruntée, fut la fuite, vers autres choses qui ne répondaient pas aux vrais problèmes du pays. Et celle de la panique du Sangkroscheat (PSN), pratiquée depuis plus un an, se ressemble à la peur. Peut-on l’accuser de l’irresponsabilité ?

Si cette peur soit un sentiment général pour le peuple khmer, il est certain qu’il continue de faire des mauvais choix pour lui et son pays. On le savait, en 2013, une majorité des Khmers ont choisi le PSN comme voie de secours et recours, parce qu’ils ont cru à ces dirigeants qui sont assez d’honnêteté, ou du moins de savoir-vivre pour comprendre leur souffrance et leur volonté de changer le gouvernement inféodé à Hanoi. Le 22 juillet 2014, comme le 22 septembre 1998, cette opposition a montré encore une fois son vrai visage de l’antichambre de Hun Sen. Elle attendait en vain sa récompense. Par ce manque de sagesse, elle offense gravement leurs électeurs et fait frétiller les démocrates, et même son ennemi cosignataire de cet accord, la considère comme volage. Quand un homme est capable de trahir son propre camp et ses idées, il est certain qu’il n’hésite plus de tuer pour un titre ou une place. Les 55 représentants du PSN à l’Assemblée antinationale baisent la sale semelle du vrai roi Déchau (តេជោ) pour servir comme un simple domestique dans la maison du PPC. Pourquoi ?

Aujourd’hui ces vendus allant à nouveau d’une commune à l’autre, s’écrient : Louange et gloire au roi. Ils s’avancent et visitent leurs supporteurs trahis, ils souhaitent le bonjour à tous, avec un hypocrite sourire, et les appellent grands-pères, grands- mères, frères, amis, compatriotes ! Mais sur leur visage nul indice qu’un homme honnête l’a enveloppé ; au contraire, ils ont l’air dispo pour mentir à nouveau. Ainsi le peuple khmer oublie tout, et tout va recommencer comme hier. Mais quand on regarde ses yeux généreux, on voit son larme gelé à l’œil car à force de pleurer dans la peur glacée depuis plusieurs décennies, larme de tristesse se cristallise en grains cancéreux. Comment ce peuple pourrait-il extraire par lui-même de cette peur dans l’âme ?

A chaque nouveau contact du défi national est toujours ravivé les souvenirs vécus et racontés de l’époque sanguinaire des Khmers rouges. Mille excuses pour s’échapper du danger réel sur le grand chemin de la liberté. Si l’ennemi est cruel, sans foi, ni loi, toutes les petites voies sont le commencement de la fin, parce qu’il regarde avec sourire le peuple khmer comme un naufragé sur un banc de sable qui doit s’attendre bientôt à être emporté par le déluge prochain. Ce déluge ne serait que l’invasion des millions des colons vietnamiens.

Nous, le peuple khmer, sommes tous responsables de nos actes, parce que nous confondons l’ami et l’ennemi et de tout. Avec cette confusion, notre ennemi peut nous montrer extérieurement tout son courage qu’il voudra, quant à nous, nous nous doutons de notre sensation de l’odeur : la rose du 7 janvier a pour lui le même parfum que nous. Nous nous doutons aussi de notre perception de l’accord du 22 juillet 2014 : les pauvres gens auraient la vie sauve dans une paix chargée d’iniquités inexpiées. Nous nous doutons enfin de notre conscience : Le mal prémédité et perpétré commis par des amis perfides est le bien de tout le monde.

Oh ! Notre excuse après le choc mortel était toujours la même : nous n’en savions pas. Plutôt, c’est ce que nous n’avons pas à rechercher ; car nous en savons assez, si nous savons que nous sommes le citoyen khmer. L’obéissance à la loi d’airain est contraire à toutes les règles de citoyenneté ; celui qui en échappe de croire que, ayant obéi à cette loi injuste sans réserve, elle lui donnera de survivre afin de rendre hommage à la grandeur de son ennemi vainqueur. Il se trompe lourdement. Il n’y pas de trêve de faim entre les lions et les cerfs dans la jungle. Le mal pour nous se prolonge, si Sam Ransy et Kem Sokha continuent de cloner la politique du feu Sihanouk et considèrent le PPC comme une résurgence de la nation khmère, ils participeront à la politique de colonisation de la terre de nos ancêtres par le Vietnam. Le peuple khmer peut et il doit éviter cela. La question est de savoir : Est-ce qu’il a la volonté et le courage pour le faire ?   

Excusez-moi, à tous ceux qui aiment balader dans la nature ayant des beaux paysages divins et ceux qui veulent vivre en zen, de ma manie de citer des noms avec des titre ronflants, Samdech et Excellence. J’ai les écouté leurs interminables discours à prétentions astrales. Je les vois bien, Hun Sen, Sam Rainsy et Kem Sokha, c’est le pouvoir sous le halo vietnamien et royal. Ils ont besoin d’ignorer le peuple khmer, mais ce dernier ne peut pas ignorer sa souffrance, parce que je le vois pleurer tous les jours pour supplier Dieu. Il ne change rien de ses habitudes : va jusqu’ à supporter cette souffrance comme sa vie normale. C’est une réaction franchement tout à fait « mal-pensant » d’après les critères de droits des humains. Mais chaque peuple à ses mœurs et sa croyance. A force de faire sourd oreille, il entend មនុស្សកូនសោ (l’homme qui détient la clé de la solution) au lieu de មនុស្សកូនចោរ (valet d’un grand bandit) il suit ainsi Sam Rainsy et Kem Sokha dans la cage rouge du parti communiste vietnamien. Ainsi soit-il !

Partager cet article

Published by Sangha OP - dans Promenade de l'Esprit
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 08:22

៥៥+១ (55+1)

៥៥+១

55+1  

 

សម-រង្សី និង កែម-សុខា ធ្វើមុខល្ងីល្ងើ នៅពេលឃើញលទ្ធផលបោះឆ្នោតរើសប្រធានគណ

កម្មការទី៨ និង ទី១០ សួរជាសំណួរថា «១» ជាអ្វី ?

ដូចយើងតែងតែនិយាយរួចហើយ តាំងពីមុនពេលបោះឆ្នោតថា្នក់ជាតិកាលពីឆ្នាំមុន ថា

សម-រង្សី និង កែម-សុខា គាត់ មិនត្រឹមមានមុខមាត់ ជាមនុស្ស ល្ងីល្ងើប៉ុណ្ណោះទេ គឺ ជា

«ឆ្កែឆ្កួត» តែម្តង ដែយួនកុម្មុយនិស្ត ទាក់កដក់ទ្រុង សំរាប់ឲព្រុសពីក្នុងទ្រុង តែប៉ុណ្ណោះ។ បើ

គេចង់ឲបាយស៊ី​ គេអោយស៊ី បើមិនចង់អោយ គេមិនអោយស៊ី ព្រោះគេជាម្ចាស់ សុនក។

យួន គេឲ កែម-សុខា ធ្វើជាអនុប្រធានរដ្ឋសភា តែគេបិទទ្វារប្រធាន និង អនុប្រធាន គណ

កម្មការ ដល់ ឥស្សរជន នៃគណបក្សសង្គ្រោះជាតិ មិនឲចូលបាន ព្រោះគេចង់បង្ហាញដល់

ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ ថា គេជាអ្នកសំរេចកិច្ចការរដ្ឋខ្មែរ គឺជាម្ចាស់ស្រុកខ្មែរ មួយវិញទៀត ដើម្បី

ធានាដល់ប្រជាជនយួនដែលមករស់នៅកម្ពុជា​ កុំឲមានការបារម្ភ អំពីសុវត្ថិភាពអ្វីឡើយ

ព្រោះ កម្ពុជាជាប្រទេសចំណុះយួន។

យួន គេដកការពិសោធ ពីលទ្ធផលនៃការបោះឆ្នោតថ្នាក់ជាតិ ក្នុងឆ្នាំ២០១៣ ដែលគេទុកជា

ការធ្វេសប្រហែស​មួយ នៃរបបអាយ៉ងគេនៅភ្នំពេញ ជាពិសេស ភាពមិនស័ក្តិសិទ្ធិ​របស់​ហ៊ុន-

សែន​ ក្នុងការដឹកនាំអំណាចផ្តាច់ការ ហេតុនេះឯង យួន គេបញ្ជាឲអំណាចស្រមោលគេ នៅ

កម្ពុជា ដឹកនាំផ្ទាល់ កិច្ចការនយោបាយខ្មែរតែម្តង គេរៀបចំតួនាទីជាថ្មី រវាងអំណាចយួន

និង កម្លាំងអាយ៉ងគេនៅស្រុកខ្មែរ។ គេបែងចែក​ កម្លាំងអាយ៉ងជាពីរ៖

១. កម្លាំងបាយ ដែលគេទុកឲ ហ៊ុន-សែន នៅកាន់កាប់ដដែល ព្រោះបុរសនេះ​ទោះបីមានការ

ធ្វេសប្រហែស តែជាមនុស្សស្មោះនឹងនយោបាយយួន១០០% ហើយជាពិសេស បុរសនេះគ្មាន

ច្រកណាអាចចេញរួចពីទ្រុងយួនបាននោះឡើយ ព្រោះបុរសនេះដឹងខ្លួនថា ប្រជាជនខ្មែរស្ទើរ

តែមួយនគរស្អប់ខ្លួន។    

២. កម្លាំងចិត្តសាស្ត្រ ដែលគេប្រគល់ឲ ហេង-សំរិត ជាអ្នកដឹកនាំ។ កម្លាំងនេះ គេប្រើនៅក្នុង

រដ្ឋសភា ដើម្បីវាយបំបាក់ស្មារតី តំណាងរាស្ត្រគណបក្សសង្គ្រោះជាតិ ដើម្បីទុកជាឧទាហរណ៏

សំរាប់អ្នកប្រឆាំងមតិទូទៅ។ កម្លាំងនេះ ជាកម្លាំងទ្រនង់ របស់កម្លាំងបាយ ; ឧទាហរណ៏៖ នៅ

ពេលបោះឆ្នោតរើស អង្គការដឹកនាំរដ្ឋសភា មានវត្តមាន ហ៊ុន-សែន ជានាយករដ្ឋមន្ត្រីដែល

ជាវត្តមានមិនប្រក្រតី ព្រោះ ហ៊ុន-សែន លែងមានលក្ខន្ថិកៈជាតំណាងរាស្រ្តបាត់ទៅហើយ នៅ

ពេលដែលខ្លួនត្រូវតែងតាំងជានាយករដ្ឋមន្ត្រី តែវត្តមាននេះហើយ ជានិមត្តរូប​ «១» ដែល

សម-រង្សី និង កែម-សុខា ធ្វើមុខល្ងីល្ងើ ឆ្ងល់ថាជាអ្វី។ «១» មិនមែនថា ហ៊ុន-សែន ជាអ្នកបោះ

ឆ្នោតអោយ បេក្ខជន​ គណបក្សសង្គ្រោះជាតិនោះទេ តែជាតំណាងសម្លេង តំណាងរាស្រ្តម្នាក់

នៃគណបក្សប្រជាជន សំរាប់បង្ហាញការប្រមាថ ដល់គណបក្សសង្គ្រោះជាតិ។

សម្លេង «១» មានន័យច្រើន​ ហើយជាសារ​សំរាប់គណបក្សសង្គ្រោះជាតិ៖

«១» ក៏អាចមានន័យថា គ្រាប់កាំភ្លើង មួយគ្រាប់ ; ក៏អាចជា ការអោយ «ក្ត» ដល់ តំណាង

រាស្ត្រ នៃគណបក្សសង្គ្រោះជាតិ ; ក៏អាចជា ការបញ្ចាក់ថា នៅស្រុកខ្មែរ មានអំណាចតែមួយ

គត់ គឺអំណាចយួន, ដូច្នេះ គ្រប់កិច្ចព្រមព្រៀង​ រវាងគណបក្សប្រជាជន និង គណបក្សស

ង្គ្រោះជាតិ យួនគេមិនយកជាការបានការសំរាប់គេនោះឡើយ។ យើងដឹងថា យួនកុម្មុយ

និស្ត ជាអ្នកជំនាញខាងបោកប្រាស់ ដូច្នេះ គេមិនចាញ់បោក សម-រង្សី និង កែម-សុខា

ដែលគិតថាខ្លួនអាចបោកប្រាស់ហ៊ុន-សែនបាន ; ជាពិសេសយួន គេមើលងាយជនទាំង

ពីរនេះ ព្រោះគេទុកជាមនុស្សក្បត់ជាតិឯង ស្មើនឹងពួកអាយ៉ងរបស់គេ។ ចរិតខ្មែរបែបនេះ

នាំឲខូចកិត្តយស ដល់ប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ។ តែ សម-រង្សី,​ដែលជាតំណាងរាស្រ្តតែងតាំង, គាត់

គ្មានការអៀនខ្មាស់អ្វីបន្តិចឡើយ គ្មានការទទួលការខុសត្រូវ អំពីកិច្ចព្រមព្រៀង ២២កក្តដា

ឆ្នាំ២០១៤ ដែលខ្លួន ជាប្រមុខក្នុងការចរចាររកដំណោះស្រាយនយោបាយ បែជាធ្វើអត្ថាធិ

ប្បាយ ថាជារឿងមិនសំខាន់ ព្រោះមានកិច្ចការច្រើនទៀតដែលត្រូវធ្វើនៅក្នុងរដ្ឋសភា ; សួរ

ថា តើគាត់អាចធ្វើអ្វីបានតទៅទៀត បើដៃគូ របស់គាត់គេលែងឲតម្លៃដល់គាត់រួចទៅហើយ

ដូច្នេះ មានតែនាំគ្នាអង្គុយចាំបើកប្រាក់បំណាចតំណាងរាស្រ្តតែប៉ុណ្ណោះ ;​ឯចំណែក កែម-សុខា

គឺគាត់នៅក្រាញអង្គុយលើអាសនៈ​ អនុប្រធានទី១ សុនក នេះ ឥតមានការខ្មាស់អៀនអ្វី

នោះទេ, គ្មានទេ គតិ (esprit) សមគ្គីភាព គឺមានតែតណ្ហា «អត់ឯង ឆ្ងាញ់អញ» តែប៉ុណ្ណោះ។

រីឯ​ពួកតំណាងរាស្ត្រឯទៀត គាត់បានមកអង្គុយកៅអីស្រួលហើយ គឺគាត់សុខគ្រប់គ្រាន់ណាស់

ទៅហើយ បើថ្ងៃស្អែក ហ៊ុន-សែន ចាប់ សម-រង្សី, កែម-សុខា ឬ អ្នកណាម្នាក់ក្នុងជួរគាត់ គឺ

គាត់មិនកំរើកការពារអ្វីនោះដែរ ដូចតែក្នុងអាណត្តិទី៤ ;ពាក្យស្លោករបស់ពួកគាត់គឺ«ម្នាក់ៗ

យករួចខ្លួន» នោះឯង។ ចរិយាមាយាទ (comportement) បែបនេះ យួនគេមើលឃើញច្បាស់

ណាស់ ដូច្នេះគេគ្មានការបារម្ភអ្វីដល់អំណាចស្រមោលគេនៅស្រុកខ្មែរនោះឡើយ។

សួរថា តើខ្មែរយើង​ មើលឃើញដូចយួនដែររឺទេ ?  

ធនក្ស័យ នៃប្រជ្ញា អ្នកដឹកនាំគណបក្សសង្គ្រោះជាតិ និង តុណ្ណីភាព​ នៃប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរ​ នេះ

ហើយ ជាជ័យជំនះ យួន និង អំណាចផ្តាច់ការនៅក្នុងស្រុកខ្មែរ៕  

Partager cet article

Published by សង្ហា ឧប - dans ប្រតិក្មមរហ័ស
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 10:17

 

Format PDF en bas de l'article

 

 

ដេកមើលមេឃទាយភ្លៀង

Scruter le ciel pour prédire la pluie  

 

ខ្មែរអ្នកចាំតែជឿ នាំគ្នាដេកទាយភ្លៀង​​ ព្រោះ ហ៊ុន-សែន ជាបុគ្គលអច្ជរិយៈ​ ឬ បុរសខ្លាំង ចេះ

ធ្វើផ្គរ ព្រោះបុរសនេះ ដឹងថា ខ្មែរទាំងនោះ គិតតែពីជឿ កាលណាឮសូរផ្គរ គឺច្បាស់ជាមាន

ភ្លៀងជាពុំខាន។

នាឆ្នាំ២០១៣ ពេលបោះឆ្នោត​ ថា្នក់ជាតិ បុរសនេះ បង្កើត«រន្ទះសមរង្សី» នាំឲខ្មែរអ្នកចាំជឿ

ទាយថាមានភ្លៀងធ្លាក់ខ្លាំង ឈ្មោះ «ដូរ» រត់ងងុះ កាន់ប៉ោតសង្គ្រោះជាតិ ដើម្បីចាំត្រងទឹក

ភ្លៀង យកមកទុកជាទឹកមន្ត តែភ្លៀងដូរ វាមិនធ្លាក់មកសោះ ពីព្រោះ រន្ទះសមរស្សី ជាសិប្ប

និម្មិត បង្កើតដោយ បុរសខ្លាំង តែប៉ុណ្ណោះ។

បច្ចុប្បន្ននេះ បុរសខ្លាំង ធ្វើឲឮសូរ «ផ្គរមិនស្តាប់យួន» នាំឲអ្នកចេះ សម្លឹងមេឃម្តងទៀត

រំពឹង នឹងមានធ្លាក់ «ភ្លៀងសាមគ្គីខ្មែរ»​ ប្រឆាំងយួន ; មានអ្នកខ្លះ ជឿថា ហ៊ុន-សែន និង

សម-រង្សី កំពុងផ្គុំកម្លាំងគ្នា ដើម្បីរំដោះជាតិ ពីអំណាចយួន ដូច្នេះយុទ្ធសាស្រ្ត ការផ្សះផ្សារជាតិ

ជាយុទ្ធសាស្ត្រ ឲផល សំរាប់ប្រជាជាតិខ្មែរ ; រង់ចាំមើលសិន ប្រាកដជាមានផលនៅពេលឆាប់

នេះជាពុំខាន (អស្ចារ្យ=Sic)។

ជំនឿជាសិទ្ធិរបស់បុគ្គលម្នាក់ៗ ដែលឥតអាចនរណាបំពានបាននោះឡើយ តែចំពោះយើង

វិញ យើងគ្មានជំនឿ លើអ្វីមួយ ដែលមានកើតឡើងក្នុងប្រព័ន្ធជាតិបច្ចុប្បន្ននេះឡើយ ព្រោះ

វាសាបរលាប ក្នុងប្រព័ន្ធដឹកនាំជាតិផ្តាច់ការអស់ទៅហើយ។​ នៅស្រុកខ្មែរសព្វថ្ងៃ គ្មានអ្វីជា

ឯករាជ្យ នោះទេ ហើយត្រូវកុំសូវទុកចិត្តថែមទៅទៀត ទៅលើជនណា ដែលប្រកាសថា ខ្លួន

ឯករាជ្យ ព្រោះជននោះឯងហើយ ដែលមិនឯករាជ្យតែម្តង។ យើងនិយាយនេះ មិនមែននៅ

ក្នុងសេចក្តីអស់សង្ឃឹមទេ តែយើងគ្មានមានជំនឿអ្វីមួយ ដែលកើតឡើង សំរាប់តែពង្រឹង

កម្លាំង អ្នកដឹកនាំជាតិសព្វថ្ងៃ ; ការផ្សះផ្សារជាតិ រវាងគណបក្សសង្គ្រោះជាតិ ជាមួយគណបក្ស

ប្រជាជន ; បាតុកម្មដុតទង់ជាតិយួន ; សម្ភាសន៏ស្តីអំពីបទពិសោធន៏ របស់ស្ត្រី មូរ-សុខហួរ

នៅគុងព្រៃស ដែលគេហៅថា «ទឹកភ្នែក្រពើ» ; វិភាគនយោបាយ របស់ពួកអ្នកវិភាគឯក

រាជ្យ ។ល។

ទីវាលនយោបាយនៅស្រុកខ្មែរសព្វថ្ងៃ ថិតនៅក្រោមឥទ្ធពល អំណាចបិទមុខយួន ដែលមាន

បុរសខ្លាំង ហើយបច្ចុប្បន្ននេះ មានបុរសខ្សោយពីររូបទៀត  ជួយបំថែមធ្វើរនាំងខ្មៅបិទមិនឲ

សហគមអន្តរជាតិមើលឃើញអំណាចយួន ; តែរឿងខ្មែរដឹង, យួន និង បុរសខ្មែរទាំងបីឥតឈឺ

ក្បាលទេ ព្រោះ វាគ្មានអ្វី ធ្វើឲបុរសខ្លាំង ដេកមិនលក់នោះឡើយ ; ជាពិសេសយួនដឹងច្បាស់ថា​

ខ្មែរអ្នកចេះ ក៏គាត់ដេកសម្លឹងមេឃ ទាយភ្លៀងដូចគេឯងដែរ។ 

បើខ្មែរយើង មិនសំរេចចិត្តកាត់ផ្តាច់ តាមផ្លូវចិត្ត ពីប្រព័ន្ធនយោបាយនៅស្រុកខ្មែរសព្វថ្ងៃ

នេះទេ គឺយើងនៅតែ នាំគ្នារត់តាមព្រឹត្តិការណ៏ ដែលប្រព័ន្ធនេះ គេបង្កើតឡើងឲយើងរត់

តាម គឺរស់ជានិច្ចក្នុង ប្រតិកម្ម គ្មានលទ្ធភាព អាចប្រព្រឹត្តប្រឆាំងនឹងគេបាននោះឡើយ។

យួនគេកោះហៅអ្នកដឹកនាំជាតិខ្មែរទៅស្រុកគេ ដូចចៅហ្វាយហៅឈ្នួលមកប្រើ ដើម្បីបង្ហាញ

រាស្ត្រខ្មែរ ឲឃើញថាគេ ជាម្ចាស់ស្រុកខ្មែរ, នុះ គ្មានរឿងយួនត្រូវសុំទោសខ្មែរអ្វីអំពី រឿងក្រឡៃ

ប្រវត្តិសាស្ត្រខ្មែរទេ, ផ្ទុយទៅវិញ ត្រូវ ហេង-សំរិន, ប្រធានតំណាងរាស្រ្តខ្មែរ, ត្រូវមកស្រុកយួន

ដើម្បីសុំទោសប្រជាជនយួន អំពីបញ្ហាដុតទង់ជាតិប្រជាជាតិវៀតណាម។ និមិត្តរូប បែបនេះ

លោកថាច់-សេថ្ឋា គាត់ ធ្វើហាក់បីមិនយល់ ប្រកាសផ្អាកធ្វើបាតុកម្ម ចាំយួនដូរទូតសិន ; ការ

ដូរទូត គ្មានមានការសុំទោស វាគ្មានជាប់ទាក់ទងអ្វីនឹង រឿងក្រឡៃប្រវត្តិសាស្ត្រសោះ តែកុំនាំ

គ្នាឆ្ងល់អ្វី ដូចដែលយើងបានជំរាបខាងលើរួចមកហើយ អ្វីក៏ដោយដែលមានកើតឡើងនៅ

ក្នុងស្រុកខ្មែរសព្វថ្ងៃ គឺ យួនជាអ្នកបង្កើត ដើម្បីវែករកមុខអ្នកណាខ្លះ ហ៊ានប្រឆាំងគេ ដែល

ជា យុទ្ធសាស្ត្រ ម៉ៅ-សេងទុង ហៅ «ផ្កា១០០» បើកសេរីភាពឲបញ្ញាវន្ត រិះគន់ របបកុម្មុយនិស្ត

ដើម្បី ឃើញមុខអ្នកប្រឆាំងមតិ សំរាប់ចាប់សម្លាប់ ឬ ដាក់គុក នៅពេលក្រោយ។ តើនយោ

បាយបែបនេះ វាមិនដូចបុរសខ្លាំង កំពុងតាមចាប់ អ្នកប្រឆាំងខ្លួន​ នោះទេ? 

យួនគេប្រើ យុទ្ធសាស្រ្ត «តក់ៗពេញបំពុង», បុរស សម-រង្សី និង កឹម-សុខា គាត់ប្រើយុទ្ធ

សាស្ត្រ«អត់ឯង ឆ្ងាញ់អញ» ឯចំណែក បុរសខ្លាំង គាត់ប្រើយុទ្ធសាស្ត្រ «អញខ្លាំង យួនឈ្នះ» តែ

អ្នកឃ្លាន និង អ្នកចាញ់ គឺ ខ្មែរអ្នកជា គាត់គិតតែពីចាញ់រហូត ព្រោះតែជឿគេមិនចេះចប់។

ជឿហើយ ជឿទៀត, ជឿខ្មៅ ថា ស, ជឿល្អ ថា បាប, ជឿតាម ហើយ​ ប្រព្រឹត្តិ ឥតគិតមុខ

ក្រោយ៕   

Scruter le ciel pour prédire la pluie (Texte en Khmer)

Partager cet article

Published by សង្ហា ឧប - dans ពិភាក្សានយោបាយ
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sangha OP
  • Le blog de  Sangha OP
  • : La grande Voie n'a pas de porte. Des milliers de routes y débouchent. (Proverbe zen)
  • Contact

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog